Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice

A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z  

Procédure de codécision

mise en ligne : 14 07 2008

contact   

Suite à la signature du traité de Lisbonne, le texte est en cours d'actualisation.

La procédure de codécision (article 251 du traité CE) a été instituée par le traité de Maastricht. Elle donne le pouvoir au Parlement européen d'arrêter des actes conjointement avec le Conseil de l'Union européenne. La procédure de codécision comporte une, deux ou trois lectures. Elle a pour effet de multiplier les contacts entre le Parlement et le Conseil, les colégislateurs, ainsi qu'avec la Commission européenne. Dans la pratique, elle a renforcé le pouvoir législatif du Parlement européen dans les domaines suivants: la libre circulation des travailleurs, le droit d'établissement, les services, le marché intérieur, l'éducation (actions d'encouragement), la santé (actions d'encouragement), les consommateurs, les réseaux transeuropéens (orientations), l'environnement (programme d'action à caractère général), la culture (actions d'encouragement) et la recherche (programme-cadre).

La procédure de codécision a été simplifiée par le traité d'Amsterdam afin de la rendre plus efficace, plus rapide et de renforcer le rôle du Parlement. De plus, elle a été étendue à de nouveaux domaines, notamment l'exclusion sociale, la santé publique ou encore la lutte contre la fraude portant atteinte aux intérêts financiers de la Communauté européenne.

Pour renforcer le caractère démocratique de l'action communautaire, le Parlement doit participer à l'exercice du pouvoir législatif. C'est pourquoi tout instrument législatif adopté à la majorité qualifiée est susceptible de relever de la procédure de codécision. Ainsi, dans la plupart des cas, la codécision au Parlement va de pair avec le vote à la majorité qualifiée au Conseil. Cependant, pour certaines dispositions du traité, la codécision et l'unanimité coexistent encore.

Le traité de Nice met partiellement fin à cette situation. En effet, la Conférence intergouvernementale (CIG), lancée en février 2000, s'est prononcée pour l'extension du champ d'application de la codécision, parallèlement et en complément de l'extension de la majorité qualifiée au Conseil. Ainsi, sept dispositions pour lesquelles la CIG a prévu de passer à la majorité qualifiée passent également à la codécision. Il s'agit des mesures d'encouragement pour combattre les discriminations, de la coopération judiciaire civile, des mesures spécifiques d'appui dans le domaine industriel, des actions en matière de cohésion économique et sociale (en dehors des fonds à finalité structurelle), du statut des partis européens et enfin des mesures en relation avec les visas, l'asile et l'immigration.

Voir :