Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Actualités des grands projets de l'Union européenne

 

L'Irlande s'engage avec précaution dans le débat de ratification du traité de Lisbonne

pdf mise en ligne :11 03 2008

LIBRE CIRCULATION DES PERSONNES > Elargissement

La démission du premier ministre va-t-elle compliquer le référendum ?

Le référendum aura lieu probablement la deuxième semaine de juin 2008, le 12 ou 13 juin, a annoncé le Premier ministre Bertie Ahern. Selon de dernier sondage publié début mars, 46% des personnes interrogées ont l'intention de voter "OUI", alors que 23% veulent dire "NON" et 31% seraient encore indécis.

A l'occasion d'une conférence donnée devant l'Irish Society for European Law, le 4 mars dernier, le ministre irlandais des affaires européennes, Dick Roche, a indiqué que la Charte des droits fondamentaux, qui aura une force juridique contraignante dans le traité de Lisbonne, "n'étendra pas le champ d'application du droit communautaire et n'élargira pas les compéences de l'Union..." Il a insisté sur le fait que la reconnaissance de la Charte constituait toutefois "un progrès important pour l'Union" et que ses dispositions s'adressent aux institutions européennes au sens large, dans le respect du principe de subsidiarité. Les dispositions en vigueur en Irlande en matière, par exemple, de droit à l'avortement, de mariage homosexuel, etc. seront donc maintenues. Il a appelé à voter "OUI" au référendum, dont la date sera connue après Pâques. L'Irlande a, par ailleurs, modifié sa Constitution pour protéger sa neutralité en matière militaire.

L'annonce de la démission de Bertie Aher, premier ministre et militant du traité de Lisbonne comme du projet de Constitution va-t-elle compliquer le référendum en faisant entrer dans le débat des éléments extérieurs à l'objet même du référendum? Certains le craignent, mais la majorité estime qu'au contraire cette démission apportera une clarification prélable salutaire.

PERSPECTIVES