Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Actualités des grands projets de l'Union européenne

 

Le Portugal et le Danemark ratifient le Traité de Lisbonne - L'Autriche finalise sa ratification - L'Allemagne: en bonne voie - Les yeux restent braqués sur l'Irlande

pdf mise en ligne :25 04 2008

LIBRE CIRCULATION DES PERSONNES > Elargissement

Le Parlement portugais a voté en faveur du traité de Lisbonne à une majorité écrasante: 208 voix contre 21. Les non viennent du parti communiste, des verts et du bloc des gauches. Ces trois groupes ont argumenté que le traité menaçait la souveraineté du pays et qu'en conséquence, un référendum aurait du être organisé.

Au Danemark, le Folketing (chambre monocamerale) a adopté la loi par 90 voix contre25; l'extrême droite et l'extrême gauche joignant leurs voix, selon une figure désormais classique pour s'opposer. C'est la première fois que le Danemark ne ratifie pas un traité européen par la voie référendaire. Par contre, la levée de ses opting out se fera par voie référendaire.

Vote massif à Berlin: le Bundestag s'est prononcé par 515 voix contre 58 et une abstention. Les votes négatifs provenaient pour l'essentiel (53) du parti d'extrême gauche, die Linke. Le Bundesrat se prononcera le 23 mai 2008 (comme en Autriche), mais le vote ne fait pas de doute.

L'Autriche, par le vote positif et massif de la Chambre basse (151 pour contre 27) a mis quasiment fin à sa procédure de ratification. Il revient au président Heinz Fischer de signer le traité pour achever dans les règles la procédure de ratification, une simple formalité.

En Tchéquie, le 24 avril, la Cour constitutionnelle a été saisie pour vérifier si le traité de Lisbonne est conforme à la Constituion, cela à l'initiaitive du parti de droite du prmier ministre Mirek Topolanek, fondé par Vaclav Klaus, eurosceptique vigoureux, mais qui s'est engagé à ne pas bloquer la ratification.

Si l'on comptabilise le vote allemand, nous en sommes à 12 ratifications.

PERSPECTIVES