Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Actualités des grands projets de l'Union européenne

 

A la recherche d'un lien entre l'Union européenne et ses citoyens

pdf mise en ligne :02 03 2006

COOPERATION JUDICIAIRE CIVILE > Garanties procédurales

Vous avez une idée pour réconcilier le citoyen avec l'Europe? Dites-le!La Commission a lancé, le 1er février 2006, une large consultation du public en Europe, sur la base de son Livre Blanc sur une politique de communication européenne. L'objectif est de trouver des solutions pour combler le fossé entre l'Union européenne et ses citoyens…

Après le plan d'action sur l'amélioration de la communication sur l'Europe de juillet 2005 visant à moderniser la communication interne de la Commission, après le "Plan D comme Démocratie, Dialogue, Débat" d'octobre 2005 destiné à alimenter la "période de réflexion" à la suite des rejets français et néerlandais du traité établissant une Constitution pour l'Europe, voici un troisième volet d'initiative, en faveur de la communication avec les citoyens européens. Cinq domaines d'actions –qui ne sont "pas gravés dans la pierre"- sont livrés à la consultation pour définir une politique de communication capable de faire émerger une "sphère publique européenne": définir des principes communs, impliquer les citoyens, collaborer avec les médias et utiliser les nouvelles technologies, comprendre l'opinion publique, agir ensemble.

Impulsée par Mme Margot Wallström, vice-présidente de la Commission spécialement chargée des relations institutionnelles et de la stratégie de communication, cette initiative se place d'emblée comme l'amorce d'un dialogue dont la Commission ne souhaite pas garder le monopole. La Commission a pris conscience principalement de deux choses:
- la communication sur l'Europe doit passer par l'échelon national qui "demeure le premier point d’entrée de tout débat politique, et les gouvernements des États membres ainsi que les autres acteurs nationaux doivent utiliser les canaux nationaux pour garantir la richesse du débat européen", lit-on dans le Livre Blanc;
- la communication sur l'Europe des institutions vers les citoyens ne suffit pas, il faut faciliter la communication entre les citoyens européens, pour l'émergence d'une "culture politique paneuropéenne, englobant des organisations et groupes politiques paneuropéens" et, finalement, de la "sphère publique européenne" que Margot Wallström appelle de ses vœux.

L'accueil réservé au Livre Blanc par la presse et la société civile le 1er février a été plutôt frais. Il semble que chacun se méfie de la tentation de "vendre" le projet européen. Mais sont présentes dans le document des préoccupations à propos de l'information objective et même de l'éducation des citoyens et acteurs européens sur l'Union européenne. L'objectif de la stratégie de communication est de "faciliter [l']échange, le processus d'apprentissage ainsi que le dialogue". Est-ce rassurant? Il faudra s'en donner les moyens, comme l'a noté Jan Seifert, président des Jeunes Européens Fédéralistes (JEF): "étant données les restrictions budgétaires contenues dans la proposition sur les perspectives financières pour la période 2007-2013, on peut se demander si ces annonces ne resteront pas comme de nouveaux trous dans le gruyère".

Au cours de la consultation qui se terminera au mois de juillet 2006, la Commission souhaite "recueillir le point de vue des institutions européennes, des États membres, des pouvoirs publics aux niveaux local et régional, des organisations non gouvernementales, des parties intéressées et des citoyens d’Europe sur la meilleure manière d’établir le contact et de communiquer". En conclusion de son Livre Blanc, elle résume l'objectif de la "collaboration" entre "tous les acteurs concernés": "convenir d’une série d'objectifs et mettre en place un ensemble d’outils communs".

Parmi les "acteurs concernés", nul doute que les corps organisés feront entendre leur voix; la plupart sont déjà exercés à la consultation européenne par une pratique que la Commission a instaurée de longue date. Pour le citoyen européen, l'exercice sera moins aisé. Il est pourtant le premier concerné par le fossé qu'il s'agit de combler. Mais peut-il et doit-il apporter des solutions? Mettons-nous à la place d'un villageois dans n'importe quelle commune européenne, et voyons les devoirs et responsabilités de chacun…L'enjeu de cette nouvelle approche en matière de communication se situe plutôt au niveau de la place qui sera accordée aux acteurs pouvant jouer le rôle de "courroie de transmission" vers l'ensemble de la population: les élus locaux, les médias et peut-être les partis politiques. Ces éléments sont présents dans le Livre Blanc, et c'est bien là son intérêt.

Le résultat de cette consultation, à partir duquel la Commission proposera un plan d'action pour chacun des cinq domaines, sera très probablement issu de la réflexion des seuls acteurs européens…déjà actifs. Il faudra attendre la mise en œuvre des plans d'actions pour évaluer l'impact de cette politique de communication pour le citoyen d'Europe.


...LIRE LE LIVRE BLANC...en français ou en anglais, et ...DONNER VOTRE AVIS!

"EurActiv présente son projet de "Livre jaune" sur la communication à Mme Wallström", 1er février 2006.

PERSPECTIVES