Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Une information citoyenne au service d'une identité européenne

Asile : les demandes sont encore en  hausse sensible en 2008, nous disent les Nations Unies. La cause : les conflits armés !

pdf mise en ligne :02 04 2009 ( NEA say… n° 64 )

ASILE > Conditions d'accueil des réfugiés

Environ 383.000 demandeurs d'asile ont déposé des dossiers dans les pays occidentaux en 2008, soit une hausse de 12% par rapport à l'année précédente, selon les données publiées le 24 mars  par les Nations unies. Irakiens, Somaliens et Afghans, qui fuient la guerre dans leur pays, ont notamment continué à affluer à l'Ouest, alors même que des pays d'accueil traditionnels comme la Suède ont adopté des politiques plus strictes en matière d'asile politique. Les demandes sont en conséquence remises dans un bien plus grand nombre de pays - 51 au total. Avec 40.500 demandes déposées dans 37 pays occidentaux en 2008, les Irakiens arrivent en tête de la liste pour la troisième année consécutive, précise le haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR). Ce chiffre représente toutefois une baisse de 10% par rapport à 2007.

Asile : les demandes sont encore en  hausse sensible en 2008, nous disent les Nations Unies. La cause : les conflits armés !

 


            
 Environ 383.000 demandeurs d'asile ont déposé des dossiers dans les pays occidentaux en 2008, soit une hausse de 12% par rapport à l'année précédente, selon les données publiées le 24 mars  par les Nations unies. Irakiens, Somaliens et Afghans, qui fuient la guerre dans leur pays, ont notamment continué à affluer à l'Ouest, alors même que des pays d'accueil traditionnels comme la Suède ont adopté des politiques plus strictes en matière d'asile politique. Les demandes sont en conséquence remises dans un bien plus grand nombre de pays - 51 au total. Avec 40.500 demandes déposées dans 37 pays occidentaux en 2008, les Irakiens arrivent en tête de la liste pour la troisième année consécutive, précise le haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR). Ce chiffre représente toutefois une baisse de 10% par rapport à 2007.

 Les requêtes déposées par des Irakiens en Suède ont chuté de 67% mais leur nombre a presque triplé en Norvège et quadruplé en Finlande. Au niveau mondial viennent ensuite les Somaliens, avec 21.800 demandes, notamment en Italie, une hausse de 77% en un an, "ce qui reflète la détérioration de la situation dans ce pays".Les Russes arrivent en troisième position, avec 20.500 requêtes, surtout en Pologne. Les Afghans ont déposé 18.500 demandes, presque deux fois plus qu'en 2007, avec la Grande-Bretagne, la Turquie et la Grèce comme principales destinations. Les Chinois ont été 17.400 à demander l'asile, un chiffre relativement stable, pour moitié aux Etats-Unis.Viennent ensuite les Nigérians (13.700), les Pakistanais (13.300), les Erythréens (12.300), les Mexicains (12.200) et les Iraniens (10.800).

Les pays d'accueil sont dans l'ordre : les Etats-Unis, le Canada avec une hausse spectaculaire de 30% et la France, Italie. Au total, les pays européens ont reçu près de 290.000 dossiers, une hausse de 13% par rapport à l'année précédente. Environ 238.000 demandes ont été déposées dans les Vingt-Sept pays de l'Union européenne, une hausse de 6%, soit une progression moins rapide que la progression mondiale. Par rapport à sa population l'Union européenne reste la première zone d'accueil avec 2,4 réfugiés pour 1000 habitants.

En Amérique du Nord, 86.000 nouvelles demandes ont été remises (+9%), dont 49.000 aux Etats-Unis (-3%).

Le Canada, avec 36.900 demandes, a connu une hausse spectaculaire de 30% des dossiers, venant notamment de Haïtiens et de Mexicains, et devient le deuxième pays d'accueil le plus demandé derrière les Etats-Unis, où 13% des demandes mondiales sont enregistrées.

La France qui a reçu 35.200 demandes se classe au troisième rang mondial et au premier en Europe, avec l'afflux de nombreux réfugiés maliens.

L'Italie est quatrième, avec 31.200 requêtes, plus du double qu'en 2007, en raison notamment de l'afflux d'immigrés clandestins qui arrivent sur l'île de Lampedusa.

Suit en cinquième place la Grande-Bretagne, avec 30.500 dossiers (+8%).

La Suisse, où les demandes ont grimpé de 53% à 16.610, a prôné mardi une meilleure coopération afin de "mieux partager le fardeau" et d'éviter une "spirale" dans le durcissement des législations des pays d'accueil, a dit la ministre de la Justice, Eveline Widmer-Schlumpf.

Il y a eu 4.700 demandes en Australie (+19%), environ 2.000 au Japon, de même qu'en Corée du Sud, principalement de réfugiés birmans.


 Les guerres, les conflits et troubles de toute nature, l'instabilité politique expliquent cette recrudescence de demandes. C'est une confirmation de la tendance enregistrée depuis deux ans.
En 2006, le nombre de demandes d'asile avait été le plus faible enregistré depuis 20 ans (307.000).
"L'augmentation peut être en partie attribuée à un nombre plus important de demandes d'asiles déposées par les citoyens afghans, somaliens ou d'autres pays en proie à des conflits ou à des troubles", explique encore le HCR, détaillant les résultats d'une étude.

Le premier pays d'origine des requérants d'asile a été en 2008 l'Irak (40.500 personnes) malgré une baisse de 10% par rapport à 2007, suivi de la Somalie (21.800), la Russie (20.500), l?Afghanistan (18.500) et la Chine (17.400).Plus précisément, les demandes de ressortissants afghans ont explosé avec une hausse de 85% par rapport à 2007, de même que celles de requérants venus du Zimbabwe (+ 82%), de la Somalie (+77%), du Nigeria (+ 71%) et du Sri Lanka (+ 24%). Concernant l'Afghanistan, le HCR note un "renversement de tendance" par rapport à l'époque où le nombre de demandeur d'asile avait diminué à environ 10.000 par an et où des centaines de milliers de réfugiés étaient retournés dans leur pays. Découragés par les conditions de vie difficile, beaucoup ont décidé de repartir à l'étranger, explique le HCR. "Cela nous alerte sur le fait que l'Afghanistan a toujours besoin d'une aide massive de la part de la communauté internationale pour faire en sorte que les gens retournent dans leur pays et y restent", a commenté devant la presse le porte-parole du HCR Ron Redmond.


Enfin, le nombre de pays d'accueil s'est élargi "probablement à cause de l'introduction de politiques d'asile plus strictes dans des pays d'asile traditionnels", remarque encore l'agence de l'ONU donnant en exemple la Suède "où des politiques d'asile plus restrictives ont conduit à une baisse de 67% du nombre des demandes d'asile déposées par des Irakiens entre 2007 et 2008".

"Avec les perspectives économiques mondiales actuelles, la situation ne risque pas de s'améliorer", a encore prévenu M. Redmond.