Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Une information citoyenne au service d'une identité européenne

Le Parlement européen se préoccupe des centres de rétention administrative en Europe

pdf mise en ligne :10 03 2006 ( NEA say… n° 07 )

COOPERATION JUDICIAIRE CIVILE > Réseau judiciaire européen

Le député européen Giusto Catania plaide pour la fermeture des centres de rétention administrative dans l’Union européenne, et se déclare choqué par ce qu’il a vu dans les centres en France.
"Ces centres sont des lieux de violation des droits humains et des libertés individuelles, et ne dissuadent pas les entrées irrégulières, ni favorisent l’identification des migrants" estime le député. Il faut donc les fermer. Il se prononce également clairement contre certaines mesures incluses dans la proposition de la Commission de septembre dernier, qui prévoit jusqu’à six mois de rétention pour les immigrés irréguliers. Il rejoint en cela le président de la commission des libertés du Parlement européen, Jean-Marie Cavada, qui avait déclaré: "Quelques jours sont nécessaires pour instruire un dossier, mais il n’y a aucune raison d’en faire des prisonniers.(…) Voilà pourquoi nous voulons lancer une campagne européenne qui implique la société civile, pour la fermeture de tous ces lieux". Outre la fermeture de ces centres, "une sorte de prison, même pire que ça", M. Catania propose de créer "un permis de séjour pour les immigrés qui cherchent un emploi" et d’utiliser des lieux de transit où les immigrants ne resteraient que deux ou trois jours avant d’être présentés à un service d’asile où leur demande pourra être traitée.

"L’Europe doit changer son approche sur l’immigration, a plaidé Luisa Morgantini, présidente de la commission du développement du Parlement européen, les migrants ne doivent pas être les damnés de la terre; il faut être accueillants et en même temps augmenter les aides au développement des pays d’origine des migrants, en particulier pour éviter les fuites des cerveaux de l’Afrique".

Bien des observations rejoignent celles faites par le commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe, Alvaro Gil-Robles, suite à sa visite en France (cf. NEA say… n°6). Le ministre français de l’intérieur, Nicolas Sarkozy, a annoncé la fermeture du centre visité par les députés européens, le 15 février, juste après la publication du rapport de M. Gil-Robles. NEA say… a publié le rapport des visites à Lampedusa, Ceuta et Mellila (cf. n°3). Les députés se rendront fin mars à Malte, pour poursuivre leurs réflexions et initiatives en matière de retour des immigrés clandestins. L’objectif du Parlement européen est de modifier la perception par l’opinion publique des phénomènes migratoires.