Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Une information citoyenne au service d'une identité européenne

Ethique et gouvernance économique

pdf mise en ligne :11 05 2009 ( NEA say… n° 66 )

DROITS FONDAMENTAUX > Questions institutionnelles

Les présidents de la Commission et du Parlement ont discuté des apports de l'éthique pour la gouvernance économique à l'échelle européenne et mondiale avec de hauts dignitaires religieux européens. Une vingtaine de hauts représentants du Christianisme, du Judaïsme et de l'Islam en Europe, répondant à l'invitation du président de la Commission européenne, M. José Manuel Barroso, se sont réunis  pour un dialogue informel avec l'UE. 
 
Cette année, la rencontre était consacrée à un défi majeur pour l'Europe et le monde: la crise économique et financière et l'apport de l'éthique dans la gouvernance économique au niveau européen et mondial. Il s'agissait de la cinquième réunion annuelle des présidents des institutions européennes avec des dirigeants religieux depuis le lancement de cette initiative par le président Barroso en 2005. Les discussions ont porté sur la «crise économique et financière: les apports de l'éthique pour la gouvernance économique à l'échelle européenne et mondiale». Le président Barroso a déclaré à ce propos: «Au fur et à mesure que la crise progresse, on perçoit de plus en plus clairement que le moment est venu de réconcilier la gouvernance économique et les valeurs éthiques fondamentales sur lesquelles repose le projet européen depuis cinquante ans maintenant. La Commission a pris des initiatives importantes dans ce domaine, notamment en matière de régulation des marchés financiers, afin d'accroître le sens de la responsabilité et de la durabilité au sein de nos économies.»

Le président du Parlement européen, M. Hans-Gert Pöttering, a souligné: «La période économique actuelle est extrêmement difficile pour les citoyens de l'Union européenne. C'est à des moments comme celui-ci qu'il faut mettre l'accent sur l'Europe en tant que communauté de valeurs reposant sur le principe de solidarité. Les solutions communes que nous recherchons doivent être fondées sur la dignité humaine et tenir compte des besoins de toutes les parties de notre société. La contribution des religions et des églises est cruciale dans ce contexte. Très souvent, elles sont déjà actives en faveur des membres les plus vulnérables de nos sociétés».

Les participants à la réunion ont félicité l'UE pour ses efforts en vue de coordonner, stimuler et guider l'action destinée à renforcer la régulation financière, relancer l'économie et favoriser l'emploi en Europe et dans le monde. Ils ont également souligné la nécessité de veiller à ce que la justice sociale reste au premier plan du processus politique et ont rappelé qu'à une époque où le chômage et la pauvreté ne cessent d'empirer et atteignent d'inquiétants sommets, nos sociétés devraient être capables de concevoir et de mettre en œuvre, en commun, des mesures concrètes pour limiter les effets de la crise sur les citoyens. Pour finir, ils ont réitéré leur volonté de contribuer à raviver le sens de la solidarité entre les Européens de toutes croyances et de toutes convictions et à appeler les opérateurs économiques et financiers à se laisser davantage guider par des considérations éthiques.
 
Les rabbins européens n’ont pas participé à la rencontre des responsables religieux : dans un communiqué le Congrès juif mondial explique qu’aucun responsable juif n’a pris part à la rencontre des responsables religieux co-organisée par les présidents de la Commission européenne et du Parlement européen. Cette absence a valeur de protestation contre l’invitation d’organisations islamistes et d’individus ayant des liens étroits avec les frères musulmans. Est particulièrement visée la « Fédération des organisations islamiques en Europe », une organisation jugée antisémite par la conférence des rabbin. "La Conférence des rabbins européens regrettent que les institutions européennes ont choisi de patronner des extrémistes ne représentant pas l’immense majorité des citoyens musulmans d’Europe qui soutienne le dialogue  et les valeurs démocratique de l’Union européenne ".
 
Texte EN

Liste des participants