Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Une information citoyenne au service d'une identité européenne

Journée internationale des enfants disparus: ne pas oublier le numéro unique 116 000  

pdf mise en ligne :25 05 2009 ( NEA say… n° 68 )

DROITS FONDAMENTAUX > Droits de l'enfant

 Cette journée a pour objectif d'encourager les citoyens d'Europe et du monde entier à n'oublier aucun des enfants disparus. Elle transmet au niveau international un message d'espoir et de solidarité aux parents qui sont restés sans nouvelles de leurs enfants. Lancement d'une vaste campagne publicitaire en faveur du numéro unique 116 000 promue par la Commission européenne et Missing Children Europe, une fédération européenne qui regroupe 23 ONG actives dans 16 Etats membres dans la lutte contre la disparition et l'exploitation sexuelle des enfants.

 À l'occasion de la Journée internationale des enfants disparus, le vice-président de la Commission, Jacques Barrot, a déclaré : "La Commission encourage cette initiative et exprime toute sa volonté de continuer à travailler étroitement avec les associations actives dans le domaine de la protection des droits de l'enfant.  Je continuerai personnellement à encourager l'adoption dans chaque Etat membre d'un dispositif du type "alerte enlèvement" qui peut sauver des vies. Le numéro d'appel unique 116000, dédié aux services sociaux de soutien pour les enfants disparus et pour leurs familles est, malheureusement, opérationnel seulement dans dix Etats membres. C e retard est  difficile à expliquer et nous montre l'importance d'agir avec détermination pour que les instruments de l'Union se traduisent sur le terrain par des réalisations concrètes ."

En la même occasion Sir Francis Jacobs, Président de Missing Children Europe, a souligné: «  La mise en place d'un seul et même numéro d'appel pour les disparitions d'enfants dans l'ensemble de l'Union Européenne aura pu paraître aux yeux de nombreux observateurs comme étant un projet  trop ambitieux et relevant de l'utopie. Entretemps , le projet se met progressivement en place. Avec le lancement solennel du numéro unique dans 10 Etats membres, nous espérons pouvoir toucher un nombre croissant de parents et d'enfants à travers l'Union, en leur offrant l'assistance immédiate  de nos organisations membres qui opèrent le 116 000 sur le plan national. Chaque concitoyen dans l'Union européenne ne doit pas hésiter à appeler le 116 000 dès le moment où il constate ou soupçonne une disparition ou un enlèvement d'enfant. »   


Selon la Commission, le numéro gratuit et disponible sept jours sur sept et 24h sur 24 est désormais opérationnel dans dix pays membres: en Grèce, en Hongrie, aux Pays-Bas, au Portugal, en Roumanie, et depuis lundi, en France, en Belgique, en Pologne, en Italie et en Slovaquie. En France, le gouvernement a confié la gestion du dispositif "116 000" à la Fondation pour l'enfance et l'Institut national d'aide aux victimes et de médiation (INAVEM) qui ont mis en place SOS Enfants Disparus. Les missions sont similaires à celles que les deux organisations géraient depuis 2004 avec un numéro qui ne fonctionnait qu'en France. Selon les chiffres de l'Office central chargé de la répression des violences aux personnes rapportés par SOS Enfants Disparus, 48.277 inscriptions de mineurs au fichier des personnes recherchées ont été recensées en France l'an passé: il s'agissait de fugues dans 47.062 des cas, de disparitions dans 855 des cas et d'enlèvements parentaux dans 360 des cas. Au cours de cette même période, SOS Enfants Disparus a traité 1.741 appels, ces derniers ayant augmenté de 6,35% par rapport à 2007. SOS Enfants Disparus souligne que les "récidivistes" représentent 44% des cas de fugues et que les dossiers d'enlèvements parentaux ont augmenté de 49% l'an dernier.

HISTORIQUE ET TRAVAUX RECENTS

      -. Une décision de la Commission de 2007 oblige les pays de l'UE à rendre le numéro disponible, mais il ne les oblige pas à l'attribuer à un prestataire de services, ni à assurer la fourniture de ces services. Ceci nécessite un engagement ferme de la part des autorités nationales.  La Commission a déjà incité plusieurs fois les Etats membres à rendre ce numéro opérationnel au plus vite. A ce jour le numéro est opérationnel dans 5 Etats membres: Grèce, Hongrie, Pays Bas, Portugal, Roumanie. Aujourd'hui, le 25 mai 2009, selon les informations reçues par les organisations nationales concernées, le numéro serait opérationnel aussi en France,  Belgique, Pologne, Italie et Slovaquie. Cette avancée est certainement attribuable au travail de sensibilisation que a été fait durant toute l'année 2008 dans le cadre d'un projet, financé par la Commission dans le contexte du Programme Daphne III, visant à stimuler l'attribution et fonctionnement du 116 000 dans les pays de l'Union où le numéro n'est pas encore opérationnel.

      -.Dispositif "Alerte enlèvement d'enfants"

La Commission a adopté un document de travail "Bonne pratiques pour le déclenchement transfrontalier d'un dispositif «Alerte enlèvement d'enfants» qui a été accueilli favorablement par le Conseil JAI des 27 et 28 Novembre dernier. Elle a publié un appel à proposition pour un montant total de 1.000.000€ pour donner un support aux Etats membres qui doivent encore adopter un dispositif du type  "Alerte enlèvement. 

La lutte contre la traite des êtres humains, l'exploitation sexuelle des enfants et la pornographie impliquant des enfants

      -. En Mars de cette année, la Commission a adopté deux propositions contenant des nouvelles règles pour renforcer la lutte contre la traite des êtres humains, l'exploitation sexuelle des enfants et la pornographie impliquant des enfants. Ces nouvelles propositions garantiront une meilleure assistance aux victimes et des mesures plus sévères contre les criminels responsables de l'exploitation sexuelle des enfants et de la traite.  cf Nea say ...
 
Site de Missing children Europehttp://www.missingchildreneurope.eu/