Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Une information citoyenne au service d'une identité européenne

Haut Commissariat aux réfugiés (HCR) : net ralentissement des rapatriements de réfugiés en 2008

pdf mise en ligne :16 06 2009 ( NEA say… n° 69 )

DROITS FONDAMENTAUX > Conditions d'accueil des réfugiés

Les rapatriements de réfugiés ont baissé de 17% l'an dernier dans le monde tandis que les retours de personnes déplacées ont chuté de 34%, a annoncé le 16 juin le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés en expliquant notamment ce phénomène par la dégradation des conditions de sécurité. D'après le HCR, on dénombrait fin 2008 un total de 42 millions de personnes déracinées de force à l'échelle de la planète en raison des conflits et des persécutions.

L'an passé, 604.000 réfugiés ont pu retourner chez eux. En 15 ans, le nombre des rapatriements n'avait jamais été aussi faible, excepté celui de 2001, le plus bas jamais enregistré (462.000 retours), selon le rapport annuel "Global Trends" du HCR rendu public mardi. Un ralentissement net à comparer avec le nombre record d'environ 2,4 millions de réfugiés rapatriés en 2002.

Par ailleurs, 1,4 million de personnes déplacées sont rentrées chez elles en 2008, soit 34% de moins que l'année précédente. La baisse des rapatriements de réfugiés "reflète en partie la détérioration des conditions de sécurité, en particulier en Afghanistan et au Soudan", a observé Ron Redmond, un porte-parole du Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés. Bien que près de 300.000 Afghans aient regagné leur pays l'an dernier, des milliers d'autres n'ont pu prendre le chemin du retour, parce que la situation était trop dangereuse ou qu'ils n'avaient pas de terres ou de maisons, précise le rapport. Selon le HCR, 16 millions de réfugiés et de demandeurs d'asile ainsi que 26 millions de personnes déplacées à l'intérieur de leur propre pays formaient un total de 42 millions de personnes déracinées de force dans le monde fin 2008, soit un nombre en baisse d'environ 700.000 personnes par rapport à 2007. Cependant, les nouveaux déplacements en 2009, qui ne sont pas dénombrés dans le rapport annuel, ont déjà plus que compensé cette diminution, souligne le Haut-Commissariat, en évoquant des déplacements de centaines de milliers de personnes au Pakistan, au Sri Lanka et en Somalie.

Avec des conflits qui se sont inscrits dans la durée dans de nombreuses régions, le déracinement est par ailleurs devenu plus long, souligne le rapport en référence à des pays tels que l'Irak, la Colombie et la République démocratique du Congo. Le rapport recense 29 groupes différents de 25.000 réfugiés ou plus dans 22 pays, exilés depuis cinq ans ou plus et pour lesquels il n'existe aucune solution immédiate. Ce qui signifie qu'au moins 5,7 millions de réfugiés vivent dans l'oubli, observe le HCR en soulignant par ailleurs que quatre réfugiés sur cinq vivent dans des pays en voie de développement.
Sur le nombre total de personnes déracinées, le Haut commissariat précise qu'il s'occupe de 25 millions d'entre elles, dont un nombre record de 14,4 millions de personnes déplacées (contre 13,7 millions en 2007) et 10,5 millions de réfugiés. Les 4,7 millions de réfugiés restants, explique-t-il, sont des Palestiniens sous le mandat de l'Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient.

2008 GLOBAL TRENDS