Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Une information citoyenne au service d'une identité européenne

L'Union européenne demande  une lutte renforcée contre le travail des enfants.

pdf mise en ligne :25 06 2009 ( NEA say… n° 69 )

DROITS FONDAMENTAUX > Droits de l'enfant

La lutte contre le travail des enfants est un engagement essentiel du programme de l'Union européenne en matière de droits de l'enfant  Malgré des avancées importantes, des efforts considérables restent à faire, estime la Commission européenne, pour faire respecter le droit des enfants. Il faut accorder une attention toute spéciale aux phénomènes de la violence et de la pauvreté, ainsi qu'aux enfants en situation de vulnérabilité particulière, notamment dans le contexte de l'immigration. C'est un engagement essentiel de l'Union européenne.

La quatrième réunion du Forum européen sur les droits de l'enfant a abordé  un sujet grave: le travail des enfants. Le Forum s'est penché sur les moyens de lutter efficacement contre ce phénomène en utilisant les instruments dont dispose l'Union européenne. À l'intérieur du thème principal du travail des enfants, il a été question, spécifiquement, de la protection sociale et de la responsabilité sociale des entreprises.

« En 2005, l'OIT a estimé que 2,45 millions de personnes étaient victimes de la traite des êtres humains dans le monde, dont 43 % à des fins d'exploitation sexuelle et 32 % à des fins d'exploitation de leur travail. Les enfants représentent 40 à 50 % des victimes », a déclaré Jacques Barrot, vice‑président de la Commission et commissaire chargé de la justice, de la liberté et de la sécurité. Et d'ajouter: « L'Europe doit veiller à ce que les droits de l'enfant, et les droits de l'homme en général, soient pleinement pris en considération dans le cadre de l'élaboration et de la mise en œuvre de nos politiques. La communication de la Commission sur le "programme de Stockholm" indique sans ambiguïté que nous devons continuer à élaborer une stratégie européenne ambitieuse en matière de droits de l'enfant. J'estime qu'il faut accorder une attention spéciale aux phénomènes de la violence et de la pauvreté, ainsi qu'aux enfants en situation de vulnérabilité particulière, notamment dans le contexte de l'immigration ».

Benita Ferrero-Waldner, commissaire chargée des relations extérieures et de la politique européenne de voisinage, a conclu en disant que « le problème du travail des enfants doit être traité à tous les niveaux et par des efforts concertés des gouvernements, de la communauté internationale, de la société civile, des entreprises et des partenaires sociaux. Nous devons assurer la promotion des droits de l'enfant dans le monde,, à travers toutes les politiques et tous les programmes: nous avons ainsi adopté une approche globale en vue de l'élimination de toute forme de travail des enfants, en recourant d'une part à un dialogue dans les domaines de la politique, du commerce, du développement et de la gouvernance, et d'autre part à des actions en faveur de la lutte contre la pauvreté, du marché du travail, du dialogue social et de la protection sociale, l'accent étant mis sur une éducation primaire gratuite et universelle. Après tout, les enfants sont notre futur et nous nous devons de leur donner le meilleur départ dans la vie! ».

Faits et chiffres concernant le travail des enfants. Bien que le travail des enfants soit en recul régulier, ce phénomène revêt un caractère mondial et aucune région n'est épargnée.

D'après les estimations de l'OIT ( La fin du travail des enfants: un objectif à notre portée , Genève 2006, publication du BIT, http://www.ilo.org/public/french/standards/relm/ilc/ilc95/pdf/rep-i-b.pdf ), quelque 250 millions d'enfants âgés de 5 à 14 ans travaillent, dont 120 millions environ à temps plein, et 126 millions d'enfants sont astreints à des tâches dangereuses. Les garçons demeurent plus exposés que les filles au travail des enfants, particulièrement aux tâches de nature dangereuse. L'écart se creuse avec l'âge.

L'indicateur relatif à l'emploi par secteur implique une répartition en trois grandes catégories d'activités économiques: l'agriculture, l'industrie et les services.

Le phénomène du travail des enfants n'est pas réservé au monde en développement, il existe partout, même en Europe, où il est, dans de nombreux cas, moins visible que dans d'autres parties du monde.

En Europe, comme dans d'autres régions du monde, le phénomène du travail des enfants ne se limite pas à la définition qu'en donnent la convention des Nations unies relative aux droits de l'enfant et la convention de l'OIT. En Europe et dans le monde, l'exploitation des enfants inclut en effet l'exploitation sexuelle à des fins commerciales, l'esclavage et les pratiques analogues, l'exploitation des enfants pour des activités illicites, la traite des enfants, la mendicité et l'exploitation des enfants des rues, ainsi que l'emploi d'enfants dans des conditions dangereuses.