Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Une information citoyenne au service d'une identité européenne

La Banque mondiale nous alerte : les transferts de fonds des immigrés en forte diminution.

pdf mise en ligne :15 07 2009 ( NEA say… n° 70 )

IMMIGRATION > Perspectives financières

   La Banque mondiale prévoit pour 2009 une baisse de 7,3% des envois de fonds à destination des pays en développement. Les nouvelles estimations ont été communiquées lors de la Conférence internationale sur la diaspora et le développement du 13 et 14 juillet.  Les envois de fonds à destination des pays en développement devraient s'élever à 320 milliards de dollars en 2009, en baisse par rapport aux 328 milliards de dollars enregistrés en 2008. La diminution prévue de 7,3 % des envois de fonds cette année est bien inférieure à celle des investissements privés vers les pays en développement. D'après la Banque mondiale, les envois de fonds résistent relativement bien car, bien que les flux de migrations aient baissé, le nombre de migrants vivant à l'étranger n'a pas été fortement touché par la crise.  
Cependant, un certain nombre de facteurs peuvent affecter négativement cette situation : la profondeur et la durée de la crise actuelle, les variations imprévues des taux 'de change et le renforcement éventuel des contrôles migratoires dans les principaux pays d'immigration. « Il est possible que l'augmentation du chômage déclenche le renforcement des restrictions à l'immigration dans les principaux pays de destination. Ces restrictions affecteraient de manière négative les envois de fonds et pourraient, tout comme le protectionnisme commercial, ralentir le redressement économique mondial », explique Hans Timmer, directeur du Groupe Perspectives du développement de la Banque mondiale. Les envois de fonds entre de nombreux pays ont baissé par rapport au dernier trimestre 2008. Conformément à la récente révision à la baisse des prévisions de croissance économique mondiale de la Banque, le nouveau rapport (2009-2011) souligne l'impact de la crise financière actuelle sur les envois de fonds et décrit les tendances régionales et nationales spécifiques.

Les envois de fonds vers l'Amérique latine ont baissé en grande partie en raison du ralentissement du secteur du bâtiment aux États-Unis. Les nouvelles prévisions mettent en évidence une chute de 6,9 % des envois de fonds à destination de l'Amérique Latine et des Caraïbes. L'Afrique sub-saharienne devrait elle aussi connaître une baisse des envois de fonds estimée à 8,3 %. Cependant, bien qu'en baisse, les envois de fonds vers l'Asie méridionale et l'Asie de l'Est devraient demeurer élevés en 2009. L'Inde, la Chine et le Mexique restent les premiers destinataires des envois de fonds parmi les pays en développement. Le Tadjikistan, la Moldavie, les îles Tonga, le Lesotho et la Guyane, pays aux économies plus réduites, sont les destinataires de fonds les plus importants en proportion au PIB. Ils représentent plus de 25 % de ce dernier.

« Les envois de fonds sont une source essentielle de revenus pour de nombreux pays pauvres. Bien que ces derniers résistent à la crise, une baisse minime de 7 à 10 % peut être source de difficultés pour les bénéficiaires et leurs gouvernements, en particulier ceux souffrant de déficits budgétaires. La réduction des frais d'envois de fonds et le développement d'outils innovants permettant d'optimiser ces derniers pour favoriser l'inclusion financière et l'accès aux marchés de capitaux, doivent faire partie des réponses à la crise financière », indique Dilip Ratha, économiste principal du groupe Perspectives du développement de la Banque mondiale.

L'étude de la Banque mondiale montre aussi que l'Inde, avec 52 milliards de dollars en 2008, la Chine avec 40,6 milliards, et le Mexique avec 26, » milliards sont les trois premiers pays bénéficiaires des transferts de fonds en provenance de leur diasporas

Outlook for Remitance Flows 2009-2011