Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Une information citoyenne au service d'une identité européenne

Migrants : la France va fermer la «jungle» de Calais

pdf mise en ligne :17 09 2009 ( NEA say… n° 72 )

IMMIGRATION > Immigration illégale

Convoyés par des passeurs, Afghans, Irakiens, Érythréens, Somaliens, Soudanais, Iraniens, Nigérians et Kurdes se retrouvent à Calais après avoir parcouru des milliers de kilomètres, pour tenter de rejoindre l'Angleterre. Éric Besson a annoncé la fermeture, «avant la fin de la semaine prochaine», de la «jungle», un vaste campement où se concentrent à Calais des centaines de migrants dont le but est de passer illégalement en Angleterre.


Eric Besson veut mettre un terme à la «jungle de Calais». La France va en effet fermer «avant la fin de la semaine prochaine» ce vaste campement où se concentrent à Calais (Pas-de-Calais) des centaines de migrants dont le but est de passer illégalement en Angleterre, a annoncé le mercredi 16 septembre le ministre de l'Immigration. Le message, adressé aux passeurs, est «on ne passe plus en Angleterre par Calais», affirme-t-il. «La situation paradoxale dans laquelle est la France, c'est que nous essayons de protéger l'entrée du Royaume-Uni qui ne veut pas de ces migrants et que nous sommes nous, acculés, à gérer la sortie de la frontière.»

Un autre élément a poussé le Ministre a prendre cette décision : la remontée de la délinquance dans le Calaisis. Interrogé sur le sort des migrants après la fermeture du camp, Éric Besson a assuré qu'une «solution individuelle» serait proposée à chacun. Pour appuyer sa décision, le ministère de l'Immigration met en avant des «comptes rendus» faisant «apparaître une remontée très forte de la délinquance dans le Calaisis, après plusieurs années d'accalmie due à la fermeture du centre de Sangatte en 2002».
Dans un entretienau journal Liberation un responsable de l'ONG GISTI fait remarquer que la mesure ne fera que renforcer le rôle des passeurs et autres traffics: c'est le syndrome de la prohibition à Chicago dans les années trente!