Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Une information citoyenne au service d'une identité européenne

Une vérité d'évidence s'impose peu à peu , mais pour combien de temps ? La torture est contre productive. Une étude du Trinity College de Dublin le confirme.

pdf mise en ligne :21 09 2009 ( NEA say… n° 73 )

DROITS FONDAMENTAUX > Lutte contre la torture

            Nea say à plusieurs reprises a fait état de cette thèse. Le souvenir de la guerre d'Algérie et la gangrène qui l'accompagnait (la torture) avait conduit à ces conclusions qui souvent reçurent l'adhésion de leurs anciens promoteurs comme le général français Bigeard, commandant en chef de la « bataille d'Alger » qui au soir de sa vie, condamna sans réserve sa pratique à la fois pour des raisons éthiques et d'efficacité.
.Les techniques d'interrogatoire musclées pratiquées par la CIA sur les individus soupçonnés de terrorisme pourraient s'avérer contreproductives, dans la mesure où elles perturberaient le fonctionnement de la mémoire et du cerveau, selon une étude irlandaise qui vient d'être publiée.

Certaine pratiques souvent assimilées à de la torture, comme l'exposition prolongée à de la musique forte, la technique du "waterboarding" (simulation de noyade) ou la privation de sommeil, ont été utilisées sous l'administration Bush. Son successeur, Barack Obama, semble aujourd'hui déterminé à en finir avec ces techniques.L'Institut de neurosciences du Trinity College de Dublin, en Irlande, a examiné les pratiques de la CIA sous le spectre de la neurobiologie. Dans un article publié lundi dans la revue "Trends in Cognitive Science: Science and Society", un professeur de l'institut, Shane O'Mara, conclut que ces méthodes sont biologiquement contreproductives. La raison en serait qu'un stress extrême prolongé perturbe la capacité du cerveau à retenir les informations.

Se basant sur "des preuves scientifiques solides sur les conséquences de la douleur et du stress sur la mémoire et les fonctions exécutives", l'auteur de l'article juge "peu probable" que ces techniques puissent avoir l'effet souhaité.Lorsqu'il est soumis à de telles méthodes, le cerveau libère des hormones du stress. Or des dommages cérébraux et des pertes de tissu peuvent apparaître si ce phénomène se prolonge, écrit Shane O'Mara. Le risque? Que les prisonniers se mettent à fabuler, produisant de faux souvenirs basés sur les suggestions d'un interrogateur. Difficile alors de démêler le vrai du faux dans le récit du suspect. "Le fait que les conséquences fâcheuses de ces techniques sur le cerveau ne soient pas visibles à l'oeil nu ne les rend pas moins réelles", souligne l'auteur de l'étude.