Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Une information citoyenne au service d'une identité européenne

Combien de personnes entrent en Europe et en passant par où ?

pdf mise en ligne :13 10 2009 ( NEA say… n° 75 )

LIBRE CIRCULATION DES PERSONNES > Ressortissants de pays tiers

Il y a quelques semaines les Etats membres  de l’UE ont pu prendre connaissance d’un rapport préparatoire concernant la création d’un futur système de contrôle des entrées et des sorties dont l’objectif est d’enregistrer automatiquement le lieu et la date d’entrée et de sortie des ressortissants des pays tiers admis pour un court séjour dans l’espace Schengen.. Les données de ce rapport ont pu être rassemblées grâce à l’organisation d’un exercice grandeur nature du 31 août au 6 septembre 2009.

Les 25 pays membres de l’espace Schengen ainsi que Chypre, la Bulgarie, la Roumanie ont participé à cet exercice, la Bulgarie, la Roumanie faisant l’objet de statistiques séparées. Le nombre total d’entrées et de sorties au cours d’une semaine était de 12 907 581. Sur ce nombre 9 312   665 étaient des citoyens de l’UE ou des personnes bénéficiant de la libre circulation, 2 130 256 des ressortissants de pays tiers non soumis à l’obligation de visa et 1 464 660 étaient des ressortissants de pays tiers détenteurs de vis. Le nombre d’entrées et de sorties de visa comptabilisée aux différentes frontières étaient de  1 101 677 (mer), 5 035 709 (terre) et 6 770 195 (air). Les pays ayant enregistrés le plus grand nombre d’entrées et de sorties, toutes catégories confondues sont l’Espagne ( (3 229 490), suivie de la France (1 841 413) et de la Bulgarie ( 1 414 238). Les pays ayant constaté les chiffres de transit à leurs frontières les plus faibles sont :  le Luxembourg (8627) et l’Islande (15 787).

Ces chiffres doivent notamment permettre à la Commission européenne d’estimer la taille des bases de données nécessaires répertoriant les entrées et sorties de l’espace Schengen. Ce travail vis à également préparer la présentation sous la future présidence belge du second semestre 2010 d’un proposition législative. La création de ce système devrait coïncider  avec le lancement du Système d’information sur les visas (VIS) afin de pouvoir fonctionner à partir des données collectées par ce dernier. Le principal objectif poursuivi par l’instauration d’un tel système d’enregistrement des entrées et des sorties est de lutter contre le dépassement des périodes de visa, principale cause de l’immigration clandestine dans l’Union et de la prolifération des sans-papiers.