Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Une information citoyenne au service d'une identité européenne

Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale: l'occasion d'un bilan

pdf mise en ligne :27 03 2006 ( NEA say… n° 09 )

COOPERATION JUDICIAIRE PENALE > Questions institutionnelles

Quel avenir pour l’antiracisme en 2006? Une semaine entière vient d’être consacrée à la lutte contre les discriminations d’origine raciale. Rappelons que la date du 21 mars a été choisie par l’Organisation des Nations Unies pour commémorer ce jour de 1960 où, à Sharpeville (Afrique du Sud), la police a ouvert le feu et tué 69 personnes lors d’une manifestation pacifique contre l’apartheid. Cette journée a donné l’occasion de prononcer de nombreux discours et de présenter des rapports souvent de très grande qualité. Le bilan issu de ces rapports apparaît comme paradoxal et contrasté: l’explication est sans doute à rechercher dans le fait que l' on observe et mesure les comportements et incidents racistes depuis peu de temps. Des observations sur des périodes plus longues permettront, à l’avenir, de mieux asseoir son jugement.
Le vice-président de la Commission européenne, Franco Frattini, a condamné au nom de la Commission toute forme de racisme et de xénophobie, en rappelant dans un communiqué l’engagement de la Commission d’œuvrer avec le Conseil et le Parlement européen pour éliminer ce fléau aussi rapidement que possible. Il a regretté profondément que les Etats membres n’aient pas été en mesure d’adopter la décision-cadre concernant la lutte contre le racisme et la xénophobie proposée par la Commission en 2001 (procédure en cours et accès aux documents de procédure). M. Frattini rappelle que la présidence autrichienne organise avec la Commission et l’Observatoire européen des phénomènes racistes et xénophobes de l’UE (dont le siège est à Vienne) du 20 au 22 juin à Vienne, un séminaire sur les aspects criminels du racisme et dont les travaux se concentreront sur la décision-cadre proposée pour lutter contre le racisme et la xénophobie. La Commission a aussi proposé de transformer l’Observatoire de Vienne en une véritable Agence européenne pour les droits fondamentaux. Ajoutons qu'à ce sujet les travaux s’accélèrent: les institutions européennes (Parlement européen, Conseil et Commission) auront leur premier trilogue le 25 avril prochain, la présidence autrichienne a pris l’engagement solennel de faire en sorte que le sommet de juin des chefs d’Etat et de gouvernement arrête une décision et que l’Agence devienne opérationnelle le 1er janvier 2007.

La date du 21 mars a été choisie par le Réseau européen contre le racisme (ENAR) pour publier une opinion intitulée "Quel avenir pour l’antiracisme en 2006?". Partant du constat que la plupart des Etats membres rechignent à mettre en œuvre les directives européennes sur l’égalité de traitement (sur la base de l’origine raciale ou ethnique ou en matière d’éducation ou d’emploi…), l’ENAR appelle à revenir d’urgence aux valeurs qui ont fait la force du mouvement antiraciste: solidarité, unité, mobilisation pour la défense de l’autre et acceptation de la différence.

Pour trouver du travail en France, la Revue "Migrations et Société" nous dit, dans un article intitulé "Rapports entre les niveaux de formation et la fréquence du chômage des fils et filles d’immigrés et les origines nationales de leurs parents", qu’il vaut mieux être un jeune homme ou une jeune femme asiatique qu’une jeune femme noire ou qu’un jeune homme d’origine algérienne. L’article conclut que le marché du travail est très sensible au critère des origines nationales, ce facteur pouvant d’ailleurs intervenir dans tous les sens, par exemple le fait d’être d’origine francophone et quelque soit la couleur de sa peau peut être perçu comme un facteur moins discriminant.

Le 21 mars est aussi la date retenue par la Commission nationale consultative des droits de l’Homme (CNCDH) pour présenter au premier ministre français, Dominique de Villepin, son volumineux rapport pour l’année 2005. Pour 2005, la CNCDH relève 974 actions et menaces racistes, xénophobes, antisémites contre 1574 en 2004, soit une baisse de 38%. Sur ce total, l’antisémitisme a reculé de 48% et le racisme en général de 22%. En milieu scolaire, le chiffre baisse également de manière très significative: -54%, mais c’est l’antisémitisme qui régresse le plus, observe la CNCDH. Responsable de ces 974 manifestations: essentiellement l’extrême droite avec 43% de ces actes. Concernant plus précisément l’antisémitisme, les milieux arabo-musulmans seraient à l’origine de 41% des actions violentes et de 24% des menaces. Ce dernier chiffre est en diminution de 77% par rapport à 2004, alors que le chiffre imputable à l’extrême droite reste stable.

Mais le résultat le plus inquiétant est celui d’un sondage: une personne interrogée sur trois se définit comme raciste, dont 24% comme "un peu raciste", soit une hausse de huit points par rapport à 2004.


Liste des autorités nationales de lutte contre les discriminations publiées par la Haute Autorité française de lutte contre les discriminations et pour l'égalité.