Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Une information citoyenne au service d'une identité européenne

Turquie : un pas de plus vers l’Union européenne, mais un tout petit pas ! La Turquie discriminée en matière de visa par rapport aux pays des Balkans ?

pdf mise en ligne :28 12 2009 ( NEA say… n° 80 )

LIBRE CIRCULATION DES PERSONNES > Ressortissants de pays tiers

L’Union européenne a accepté l’ouverture d’un nouveau domaine de négociations en décidant d’ouvrir un douzième chapitre thématique sur la liste des 35 qui jalonnent les pourparlers d’adhésion engagés en octobre 2005.
 Ce nouveau chapitre porte sur les questions d’environnement. Ce progrès enregistré le 21 décembre reste malgré tout modeste. L’horizon reste malgré tout bouché en raison de la lenteur des réformes en Turquie, voire des régressions, mais aussi en raison de l’opposition de certains pays comme la France, l’Autriche ou l’Allemagne qui proposent une formule de « partenariat privilégié ».La France s’oppose à l’ouverture de cinq nouveaux chapitres qu’elle  considère comme préjugeant l’issue de la négociation. En outre en raison du refus persistant de la Turquie d’ouvrir ses ports et aéroports aux chypriotes grecs en dépit de l’adhésion en 2004 de Chypre à l’UNION européenne, d’où le blocage depuis 2006 de huit chapitres et la menace de poser de nouvelles conditions sur cinq chapitres non encore ouverts. Les chapitres négociables se font de plus en plus rares. Les élections présidentielles dans la partie nord de Chypre en avril 20010 vont constituer une échéance importante pour les négociations de réunification en cours sous les auspices des Nations Unies.

La Turquie en vient à exprimer de plus en plus fortement sa frustration, dernière en date les visas. Le ministre turc des affaires étrangères, M. Davutoglu, a souligné que la Turquie ne souhaite pas être discriminée en ce qui concerne la libéralisation des visas. Les citoyens de la Serbie, de l’ancienne république yougoslave de Macédoine (ARYM) et du Montenégro peuvent voyager depuis quelques jours sans visas (cf. Nea say… n° 79). Une fois que la Turquie satisfera aux mêmes critères que ceux remplis par ces trois pays, « l’UE ne peut avoir d’excuses » pour ne pas donner le même avantage aux citoyens turcs a fait remarquer le ministre turc des affaires étrangères. La Turquie est prête à satisfaire à la première condition posée par l’UE pour entamer la procédure de facilitation des visas, avec comme objectif une suppression totale : à savoir la conclusion d’un accord de réadmission. Les négociation UE/ Turquie à l’arrêt depuis fin 2006 vont reprendre, mais entre temps ont surgi des difficultés sérieuses entre l’UE et la Turquie concernant le traitement par la Turquie des immigrés clandestins. Le différend est sérieux (Cf ; Nea say…).

M. Davutoglu espère que ces négociations pourront se clôturer après un ou deux mois de négociations, perspectives jugées totalement irréalistes par les négociateurs européens . Mais une fois cet accord mis en place, la facilitation de l’octroi des visas peut être envisagée mais pour que la Turquie puisse bénéficier d’une complète libéralisation des visas , elle devra encore introduire les passeports biométriques, lutter contre la corruption et assurer une gestion inégrée et efficace de ses frontièree, a tenu a rappelr le négociateur européen, le commissaire Olli Rehn .