Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Une information citoyenne au service d'une identité européenne

Une surprise : réduire la pauvreté, nouvelle priorité pour l'Union européenne. Le président  Barroso en fait une des trois priorités pour la Stratégie UE 2020. Réduire de un tiers la pauvreté d'ici 2012? (Dans le prochain numéro n°84 Nea say présentera la stratégie EU 2020 adoptée par la Commission le 3 mars)

pdf mise en ligne :18 02 2010 ( NEA say… n° 83 )

DROITS FONDAMENTAUX > Dignité humaine

Le président du Conseil européen a proposé de retenir la réduction de la pauvreté dans l'UE parmi les quatre objectifs stratégiques pour la décennie. Dans sa présentation de EUROPE 2020, J.M Barroso a retenu trois priorités pour une croissance et des emplois durables :         -.  une croissance fondée sur la connaissance et l'innovation ;        -.  la croissance verte dans une économie compétitive et durable ;        -. une société intégratrice à haut niveau d'emploi : des emplois, des compétences et la lutte contre la pauvreté.   Le Parlement européen a consacré un séminaire de réflexion sur le sujet

 

La nouvelle est passée presque inaperçue lors du sommet européen du jeudi 11 février, largement dominé par l'actualité grecque, mais elle constitue un pas en avant sans précédent. Document de travail du président du conseil européen : http://www.la-croix.com/illustrations/Multimedia/Actu/2010/2/10/gouvernance-eco-ue.doc  et lettre d'invitation  http://www.la-croix.com/illustrations/Multimedia/Actu/2010/2/10/lettre-rompuy.pdf

 

À l'heure où les dirigeants européens élaborent la stratégie économique de l'Union pour la décennie 2010, la réduction de la pauvreté est pour la première fois citée parmi quatre grands objectifs que les Vingt-Sept pourraient se fixer, au même titre que les dépenses de recherche, le taux d'emploi et celui de diplômés de l'enseignement supérieur. La proposition vient du président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, dans un document soumis aux chefs d'État et de gouvernement.

 

« C'est la première fois que la question de la pauvreté est érigée à ce rang en Europe », se félicitent les autorités européennes. De plus, cette ambition de réduction surgit à un moment où les dirigeants européens veulent à la fois limiter leurs engagements à une poignée d'objectifs jugés les plus stratégiques pour l'avenir de l'Europe (Herman Van Rompuy en évoque « cinq au plus », José Manuel Barroso, « neuf ou dix ») et en contrôler de près le suivi. « Nous voulons moins d'objectifs, mieux tenus », résume-t-on dans l'entourage du président du Conseil européen. Cf. infra le discours par le Commissaire Lazlo Andor, commissaire responsable pour l'emploi, les affaires sociales et l'intégration sociale  (FR) http://europa.eu/rapid/pressReleasesAction.do?reference=SPEECH/10/30&format=HTML&aged=0&language=FR&guiLanguage=fr

(EN) http://europa.eu/rapid/pressReleasesAction.do?reference=SPEECH/10/30&format=HTML&aged=0&language=EN&guiLanguage=fr

 

Herman Van Rompuy inscrit la réduction de la pauvreté dans le cadre de son grand dessein de sauver le « mode de vie européen » par davantage de croissance capable de financer son modèle social. Avec 17% d'Européens (plus de 84 millions de personnes) « confrontés au risque de pauvreté », selon les statistiques Eurostat de janvier, la croissance potentielle de l'Europe s'érode et la protection sociale est à bout de souffle.

 

Reste aux Vingt-Sept à confirmer cet objectif lors de leur prochain sommet fin mars. Chaque gouvernement déclinera l'objectif selon la situation du pays : les déclinaisons de l'année européenne de la lutte contre la pauvreté seront nationales  http://www.2010againstpoverty.eu/mycountry/?langid=fr
 

En pratique, il reviendra à la Commission européenne de formuler et de chiffrer l'objectif pour l'ensemble de l'UE.   

 

Quant au Parlement européen , à l'évidence, il est lui aussi gravement préoccupé par une situation qui handicape la reprise et la sortie de la crise et plus particulièrement en cette année  consacrée « Année européenne de lutte contre la pauvreté et l'exclusion sociale ». Bien que l'Europe soit l'une des régions les plus développées au monde, 80 millions de citoyens vivent sous le seuil de pauvreté. Comment y remédier ? Comment lutter contre les conséquences potentiellement catastrophiques de la crise économique pour les gens déjà fragilisés ? Ces thématiques devraient être développées dans les Etats membres tout au long de l'année.
 

C'est la raison pour laquelle, reconnaissant le droit pour chacun de vivre dans la dignité, le Parlement européen et les Etats membres de l'Union européenne ont déclaré 2010 « Année européenne de lutte contre la pauvreté et l'exclusion sociale ».(cf. Nea say N° 80). Le but est d'amener à une prise de conscience du problème fondamental de la pauvreté en Europe: sans  revenus insuffisants il n'y a pas de  niveau de vie acceptable. Or que constatons-nous ? 79 millions d'Européens vivent sous le seuil de pauvreté (60 % du revenu moyen dans leur pays), soit 16 % de la population 19 % des enfants risquent de tomber dans la pauvreté, 8 % des Européens ne réussissent pas à sortir de la pauvreté malgré le fait qu'ils ont un travail. Dans nos sociétés européennes, la pauvreté n'a pas toujours de visage. Elle se cache parfois, se fait discrète souvent. Comment dès lors l'appréhender, la définir ? pour mieux l'éradiquer.

 

Par extrême pauvreté, on entend la non-satisfaction des besoins de base : nourriture, eau potable, sanitaires, suivi médical, logement et éducation. Cette forme de pauvreté affecte notamment la communauté Rom dans certains pays européens. Elle est plus répandue dans d'autres régions du monde. Quand les revenus dont on dispose dont insuffisants pour assurer un niveau de vie acceptable dans la société dans laquelle on vit, on parle alors de pauvreté relative. C'est la forme de pauvreté la plus répandue en Europe. Enfin, l'exclusion sociale touche ceux qui, du fait de la pauvreté ou de discriminations, ne participent plus à la vie sociale (au sens large). Ils sont éloignés du marché de l'emploi, des opportunités de formation et des activités sociales. Ils peuvent nourrir un sentiment d'impuissance car ils ne peuvent avoir d'influence sur les décisions qui affectent leur vie quotidienne.
 

La feuille de route, dix ans après Lisbonne.

 La Commission européenne vient d'adopter la proposition de «  rapport conjoint 2010 », future véritable feuille de route sur la protection sociale et l'inclusion sociale. Il examine comment faire face aux conséquences de la crise : régime des retraites, logements, sécurité des épargnants.

Les messages clés sont les suivants :

      -.1 Le coût humain total de la crise reste difficile à évaluer à l'heure actuelle et les répercussions sur le marché du travail et sur la population, en particulier les groupes les plus vulnérables, ne sont pas encore tous clairement perceptibles. Il est donc essentiel d'investir dans le suivi régulier des tendances sociales et l »amélioration des statistiques en la matière pour pouvoir mettre au point rapidement des mesures et d'en évaluer l'efficacité.

      -.2 Tous les Etats membres n'ont pas les moyens financiers de répondre à la demande croissante en matière de protection sociale et les filets de sécurité existants comportent souvent des brèches importantes. Colmater de telles brèches est désormais une priorité.

      -.3 Il faut accroître l'efficacité de l'inclusion sociale et de la protection sociale, conformément aux principes de l'accès universel, de l'adéquation et de la viabilité.

      -.4 La lutte contre le chômage et la promotion des marchés du travail devraient aller de pair. La reprise étant en vue, les politiques doivent préparer les citoyens à saisir les occasiions professionnelles qui s'offriront à eux, encourager les emplois de qualité et éviter la dépendance de longue durée. L'inclusion active peut concilier les objectifs de lutte contre la pauvreté, d'augmentation de la participation au marché du travail et l'accroissement de l'efficacité des dépenses sociales.

      -.5 Dans nos sociétés vieillissantes et en évolution rapide, il est essentiel de prévenir et combattre la pauvreté, en particulier chez les enfants, afin de préparer l'Europe pour l'avenir et d'éviter de gaspiller le potentiel humain, des femmes comme des hommes.

      -.6  Il est important que les politiques de l'après-crise comprennent des stratégies intégrées visant à lutter contre l'exclusion en matière de logement et le « sans-abrisme » de manière à bâtir des sociétés caractérisées par la cohésion et la durabilité environnementale.

      -.7 La détresse économique sape la santé mentale et physique et risque d'accroître les inégalités en matière de santé. Les incidences de la crise dépendront de la situation initiale des Etats membres en matière de santé ; La demande croissante, associée aux fortes pressions budgétaires, rend encore plus urgente l'amélioration de l'efficacité des systèmes de soins de santé. Le défi consiste à augmenter l'efficacité tout en garantissant l'accès universel à des soins de qualité.

      -.8 La crise et les perspectives de croissance revues à la baisse auront probablement  des incidences sur tous les types de régime de retraite, ce qui aggrave les problèmes dus au vieillissement. Etant donné que les retraites dépendent de plus en plus des cotisations liées aux revenus versés pendant toute une vie, leur adéquation sera fonction de la capacité des marchés de travail à offrir des possibilités de carrières plus longues et plus complètes.

      -. 9 L'évolution marquée vers des régimes par capitalisation fait apparaître certain des coûts des retraites futures dans une société vieillissante et accroît l'exposition des systèmes de retraite futurs dans une société vieillissante. La capacité variable des régimes par capitalisation à surmonter la crise montre que les différences sur les plans de la conception, de la règlementation et de la stratégie d'investissement ont une importance. Il sera donc important de trouver un meilleur équilibre entre la sécurité des épargnants et l'accessibilité financière d'une part et les gains et pertes potentiels d'autre part.

      -.10 La crise a mis en évidence la valeur ajoutée de la coordination stratégique passant par la méthode ouverte de coordination dans le domaine de la protection sociale et de l'inclusion sociale et donné une nouvelle bonne raison d'exploiter pleinement le potentiel de cette méthode.

      -.11 Après avoir tiré les leçons de la crise et de dix ans d'application de la stratégie de Lisbonne, il faudra favoriser une croissance durable, la création d'emplois et la cohésion sociale et évaluer systématiquement les progrès réalisés en matière sociale, y compris pour ce qui est de l'égalité entre hommes et femmes ;

En conclusion la Commission souligne que l'Année européenne de lutte contre la pauvreté et l'exclusion sociale 2010 est l'occasion idéale pour réaffirmer avec force l'engagement pris par l'Union il y a dix ans de donner un élan décisif à l'élimination de la pauvreté et de l'exclusion sociale. Manifestement le rapport conjoint, un rituel de nature purement procédurale, ne créera pas cette dynamique de la réduction importante de la pauvretè d'ici 2012 si on devait en rester là.... Mais le discours tenu par le nouveau commissaire Laszlo Andor semble plus engageant

Le discours de Laszlo Andor, commissaire en charge de l'emploi et des affaires sociales, à l'inauguration à Paris (après celle de Madrid du 21 janvier) de l'Année européenne de lutte contre la pauvreté marque  une rupture avec les pratiques du passé en ce qu'il exprime une réelle tentative pour répondre à la question que peut-on attendre de l'Europe dans la lutte contre la pauvreté ? (cf.  le sondage de l'Eurobaromètre). Martin Hirsch, Haut Commissaire français aux solidarités actives et à la Jeunesse, avait constaté un paradoxe, « le paradoxe, c'est que les citoyens attendent de l'Europe qu'elles les protègent de la pauvreté, mais ils ont plutôt le sentiment qu'elle les menace ». Laszlo Andor lui a répondu que l'Europe travaille actuellement à la nouvelle stratégie UE 2020 pour la croissance et l'emploi, à la promotion d'une économie sociale de marché plus verte, plus compétitive et plus socialement inclusive. Dans cette perspective, il a exprimé sa conviction : « je crois personnellement que nous devons établir des objectifs concrets de réduction de la pauvreté au niveau européen. Il s'agirait là d'un signal fort comme quoi l'UE s'engage sincèrement pour que l'on obtienne des résultats visibles dans ce domaine, surtout dans le contexte de cette année 2010 ». Il a poursuivi en indiquant qu'il accueillait très chaleureusement l'objectif de Martin Hirsch de réduire de un tiers la pauvreté d'ici 2012. « La pauvreté n'est pas seulement une question de revenu, c'est aussi une question de manque d'opportunités. L'accès au marché du travail est un facteur clé dans la lutte contre la pauvreté et la rupture du cycle de l'exclusion ».C'est pourquoi il y a un besoin urgent de diminuer le nombre de travailleurs pauvres, de faciliter l'intégration des jeunes sur le marché du travail, d'augmenter le taux d'emploi des plus de 50 ans, de garantir aux travailleurs qui perdent leur emploi d'en retrouver un nouveau rapidement, a souligné le commissaire en concluant sur la nécessité de réformer nos systèmes d'avantages sociaux : il est clair que les systèmes de protection sociale de chaque pays seront sous une pression fiscale croissante dans les prochaines années.

 

Texte intégral de la proposition de rapport conjoint (FR) (EN)

 

Décision du Parlement européen et du Conseil instituant 2019, l'année européenne de lutte contre la pauvreté (FR) http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=OJ:L:2008:298:0020:0029:FR:PDF

 (EN) http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=OJ:L:2008:298:0020:0029:EN:PDF

 

Sondages Eurobaromètre: poverty and social exclusion http://ec.europa.eu/public_opinion/archives/ebs/ebs_321_en.pdf