Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Une information citoyenne au service d'une identité européenne

L’accès à Internet est un droit fondamental

pdf mise en ligne :08 03 2010 ( NEA say… n° 84 )

DROITS FONDAMENTAUX > Droit à l'information

Nea say écrivait, il y a quelques semaines, que l’accès à Internet était un droit fondamental,  plus même,  il était un bien de première nécessité. C’est ce que confirme une enquête menée par BBC World Service
Les gens sont fascinés par la disponibilité incroyable d’informations à partir de l’Internet : quatre personnes  sur cinq dans le monde pensent que la possibilité d’accès représente un droit fondamental. C’est ce que confirme l’enquête de la BBC qui a interrogé 27 000 personnes d’âge adulte dans 26 pays http://news.bbc.co.uk/2/shared/bsp/hi/pdfs/08_03_10_BBC_internet_poll.pdf
 Des pays comme la Finlande ou l’Estonie ont déjà décrété par voie législative que l’accès à Internet relève des droits de l’homme. Des organisations comme les Nations Unies pousse énormément dans cette direction. On ne peut désormais ignorer complètement ce droit à communiquer nous dit  Dr Hamadoun Toure, secretary-general of the International Telecommunication Union (ITU). C’est potentiellement la source la plus importante d’enrichissement personnel qui n’ait jamais été créée. Il poursuit en faisant remarquer que l’Internet fait partie des infrastructures de bade comme les routes, l’eau ou le traitement des ordures. Nous sommes entrés dans la société de la connaissance et chacun doit pouvoir y avoir accès et participer , a-t-il conclu.

L’enquête menée par GlobeScan monte également des différences concernant certains aspects de la gouvernance de l’Internet par les autorités gouvernementales. En Corée du sud ou au Nigeria les sondés sont farouchement opposés à l’intervention des gouvernements ; une majorité de chinois et beaucoup d’européens sont d’un avis contraire. Au Royaume-Uni 55%  sont en faveur d’une régulation pat le gouvernement dans certains cas. Beaucoup estiment que la règle dite « three strikes rule » reprise en France par la loi Hadopi  devienne force de loi. L’étude rappelle les positions prises au sein de l’Union européenne, notamment l’obligation d’une procédure impartiale et correcte avant d’être privé de l’accès à Internet. Cet accès universel doit être aussi garanti pour les zones rurales. Si 87% des utilisateurs estiment que l’accès fait partie des droits fondamentaux, 70% des non utilisateurs pensent la même chose et 79% pensent de même qu’ils aient ou non accès à l’Internet : pour eux, c’est indéniablement un droit fondamental et 90% en Turquie, donc beaucoup plus qu’en Europe.Les personnes interrogées au Brésil ou au Mexique pensent la même chose. Le record est détenu par la Corée du Sud avec 96% . Internet est devenu très rapidement un élément vital dans la vie de tous les jours pour beaucoup de pays. Au Japon, au Mexique, en Russie trois personnes sur quatre disent qu’elles ne pourraient pas s’en sortir sans Internet. La plupart estime qu’Internet a un impact positif et quatre sur cinq reconnaissent qu’il apporte une plus grande liberté. Différentes préoccupations sont exprimées aussi par les utilisateurs : fraude, violences de toute sorte, respect de la vie privée sont les principales inquiétudes exprimées lors de l’enquête. Une majorité au Japon, en Corée du Sud et en Allemagne estiment ne pas pouvoir exprimer en toute sécurité leurs opinions , alors qu’en Inde, au Nigeria et au Ghana les personnes font plus facilement confiance.