Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Une information citoyenne au service d'une identité européenne

Washington échaudé par l’affaire Swift envoie un émissaire défendre le PNR (Passenger Name Recorder). Mary Ellen Callahan  du DHS à Bruxelles et Strasbourg  tente de rassurer le Parlement européen.

pdf mise en ligne :10 03 2010 ( NEA say… n° 84 )

DROITS FONDAMENTAUX > Protection des données personnelles

Dans son souci de défendre des accords importants pour la lutte contre le terrorisme et à l’instar de l’accord PNR UE/Etats-Unis, l’administration américaine a délégué Mary Ellen Callahan, http://www.dhs.gov/xabout/structure/bio_1236273286409.shtm chargée des questions liée à la protection de la vie privée au département américain de la Sécurité intérieure , Departement of Homea Security (DHS) pour des entretiens avec les députés sur la protection de la vie privée et sur les derniers développements sur les transferts des données de passagers des compagnies aériennes (PNR) .

Dans son souci de défendre des accords importants pour la lutte contre le terrorisme (comme l’accord PNR UE/Etats-Unis) , l’administration américaine a délégué Mary Ellen Callahan, http://www.dhs.gov/xabout/structure/bio_1236273286409.shtm
 chargée des questions liée à la protection de la vie privée au département américain de la Sécurité intérieure , Departement of Homea Security (DHS) pour des entretiens avec les députés sur la protection de la vie privée et sur les derniers développements sur les transferts des données de passagers des compagnies aériennes (PNR) .

Lors de sa session du 4 mars la commission Libe du Parlement européen a proposé de repousser son vote de consentement sur l’accord entre l’UE et les Etats-Unis relatif au PNR (CF. Nea Say n°) 83). La promptitude de la réaction américaine témoigne de son inquiétude. Mary Ellen Callahan a expliqué au cours d’une rencontre organisée par « The Center à Bruxelles que si les flux de données ne se poursuivaient pas les avions resteraient cloués au sol. « Ce n’est pas mon travail d dire au parlement européen ce qu’il a à faire. Je peux seulement dire que nous sommes très en faveur de l’accord PNR car nous pensons qu’il  a permis de donner des résultats dans la  lutte contre le terrorisme et les crimes graves » a-t-elle déclaré. Les données des fichiers PNR on permis de détecter un tiers des centaines de terroristes potentiels identifiés l’année dernière par les Etats-Unis. Elle a insisté pour dire qu’elle n’était pas là pour faire du lobbying mais que le but était d’informer davantage les députés à propos des mesures de protection des données incluses dans l’accord. Elle a rappelé que des conditions très strictes s’appliquaient quant à l’utilisation des données et à leur partage avec les autres agences gouvernementales (telles que le FBI) chargées des enquêtes sur le terrorisme et les crimes graves. Au total c’est à 216 reprises l’an dernier que les informations tirées du PNR ont été partagées, notamment en direction du Département de la Justice.. Depuis six ans que  l’UE transmet des données des passagers aux Etats-Unis, aucune allégation de mauvaises utilisations des données PNR n’est apparue, a-t-elle souligné avec force. La Commission européenne a annoncé qu’elle va rendre publique prochainement une évaluation conjointe, réalisée avec les Etats-Unis sur l’utilisation du PNR. Compte rendu de EU Observer http://euobserver.com/9/29630


A suivre… prochaine étape rendez-vous avec les députés à Strasbourg