Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Une information citoyenne au service d'une identité européenne

Conférence ministérielle de Saragosse sur l’intégration des immigrants (15-16 avril). Déclaration de Saragosse et  Interview de Celestino Corbacho, ministre espagnol de l'Immigration

pdf mise en ligne :25 04 2010 ( NEA say… n° 86 )

IMMIGRATION > Politique d'intégration

Le ministre a plaidé pour une vision globale : coordination  de tous les niveaux du gouvernement, participation de tous les partenaires, mise en interaction de tous les domaines concernés. Les mots clés : cohabitation entre la société d’accueil et adaptation entre elle et les migrants dans la commune, le quartier, le milieu de travail, les établissements scolaires, les espaces de loisirs.  "Une immigration légale passe nécessairement par des contrôles aux frontières importants et bien coordonnés entre tous les pays". La société civile doit être plus impliquée. Consacrée au thème de » l’intégration en tant que moteur de développement et de cohésion sociale », la conférence a adopté une déclaration (FR)

Consacrée au thème de » l’intégration en tant que moteur de développement et de cohésion sociale », la conférence a adopté une déclaration (FR) http://register.consilium.europa.eu/pdf/fr/10/st08/st08771.fr10.pdf  (EN) http://register.consilium.europa.eu/pdf/en/10/st08/st08771.en10.pdf .La déclaration aborde le rôle le rôle de la société civile, comment évaluer les politiques, gérer la diversité dans les quartiers, garantir la cohésion sociale et la cohabitation. L’éducation et l’emploi ont constitué un autre centre d’intérêt important. En période de crise économique on ne doit pas limiter les actions en matière d’intégration des immigrants mais au contraire on doit développer ces politiques tant sur le moyen que sur le long terme. Une base juridique solide serait un atout important a commenté la présidence espagnole, la Commission européenne a fait remarquer de son côté qu’il y a un avantage à tirer des nouvelles dispositions du traité de Lisbonne et des nouvelles orientations politiques contenues dans le programme de Stockholm. Le rôle de la société civile a été souligné ainsi que l’évaluation des politiques au travers d’un certain nombre d’indicateurs. La déclaration s’est attachée à mettre en valeur l’importance du capital humain en ce qui concerne les aspects éducatifs et l’emploi des personnes immigrées. Il est urgent d’améliorer la qualité des systèmes d’enseignement et de formation. L’objectif est non seulement de concourir à la réussite scolaire des enfants, des jeunes et des adultes, mais aussi de doter les enseignants des compétences nécessaires pour travailler avec des enfants et des adultes issus de l’immigration. Dans ce contexte il faut veiller tout particulièrement à la formation linguistique. La participation des immigrés à la vie locale est aussi un élément important du processus d’intégration. Le fait d’être immigré ou descendant d’immigré ne devrait pas constituer un obstacle à la poursuite d’une carrière professionnelle ou à la mobilité sociale.

Les pouvoirs locaux doivent se doter des moyens nécessaires à la bonne gestion  de la diversité dans les quartiers et lutter contre le racisme, la xénophobie et la discrimination. La diversité sera bien gérée si l’on se donne pour objectif essentiel de garantir l’efficacité des services ;. L’intégration doit être une préoccupation transversale afin de développer des politiques globales.

Le rappel par la Déclaration de Saragosse des décisions et conclusions antérieures, nombreuses, est là pour témoigner de la faiblesse des progrès et de l’échec de la politique de l’intégration menée par les Etats membres de l’UE.

A l’occasion de la conférence, la commissaire chargée des Affaires intérieures, Cecilia Malmström, a annoncé son intention de présenter en 2011, une nouvelle stratégie en matière d’intégration des migrants. Pour elle « l’intégration réussie des migrants légaux pour vivre et travailler avec nous est nécessaire pour garantir le modèle social européen et ses valeurs. Après consultation avec les gouvernements et la société civile, la Commission présentera en 2011 une stratégie plus globale sur l’intégration des migrants pour les prochaines années. »

Lors de la Conférence, la Commission a présenté la troisième édition de son « Manuel sur l’intégration pour les décideurs et praticiens ». Le Manuel met l’accent sur le rôle des médias dans le domaine de l’intégration, l’importance de l’autonomisation des migrants, les plateformes de dialogue, l’acquisition de la nationalité, la pratique de la citoyenneté active, les jeunes immigrants, l’éducation et le marché du travail. (FR) http://ec.europa.eu/ewsi/UDRW/images/items/docl_12892_725587004.pdf (EN) http://ec.europa.eu/ewsi/en/news/newsdetail.cfm?ID_ITEMS=12923

Discours de Cecilia Malmström http://ec.europa.eu/commission_2010-2014/malmstrom/archive/integration_zaragoza_2010_04_en.pdf

 

 

Interview du Ministre espagnol de l’immigration Celestino Corbacho (site de la présidence espagnole)

 

-Quelles sont les priorités de votre ministère vis-à-vis de la Présidence espagnole de l'Union européenne ?

Concrètement, lors du conseil JAI de Tolède, j'aimerais que nous entamions une réflexion globale sur le phénomène de l'immigration, qui ne peut plus être considérée d'un point de vue uniquement national, sinon global pour toute l'Europe. Nous devons parier sur une immigration régulière, légale tout en faisant de l'Europe un espace d'intégration afin que toutes les personnes qui y ont émigré s'y intègrent et partagent la même citoyenneté.

 

-Comment pensez-vous atteindre une plus grande intégration des politiques d'immigration et d'intégration ?

L'Europe doit parier sur trois lignes d'action : la première passe par un renforcement des contrôles d'entrée en Europe. Si nous voulons une immigration légale, cela passe nécessairement par des contrôles aux frontières importants et bien coordonnés entre tous les pays. La deuxième se base sur le fait que l'immigration au sein de l'UE est une réalité…de là le pari de faire une politique d'intégration au travers des États membres dans un cadre général. Afin d'obtenir cette intégration, nous devons développer l'école comme élément central d'amélioration de l'intégration et de la préparation à la citoyenneté et à l'avenir.

 

Le troisième axe d'action doit être orienté vers le renforcement de la coopération avec les pays d'origine. Si nous souhaitons que l'immigration soit réellement contrôlée afin qu'elle soit légale et régulière, les contrôles aux frontières ne suffisent pas, il est également nécessaire d'obtenir l'implication du pays d'origine. Et pour qu'un pays d'origine s'implique, il doit voir que l'Europe s'engage également envers lui, aujourd'hui et demain.

 

-De plus, l'Europe prétend faire des progrès en matière de politique commune d'immigration et de permis unique de travail.

L'Europe a une tendance naturelle à être un marché unique non seulement de marchandises mais aussi de travail. Nous devons œuvrer dans ce sens.

La Présidence espagnole organisera des réunions bilatérales, dialoguera avec la Commission et avec le commissaire correspondant pour voir si nous pouvons aller vers l'unification de critères dans le domaine du permis unique.

 

Aujourd'hui, il n'y a pas d'unité de critère sur cette directive, il y a des opinions divergentes ; mais nous avons bon espoir d'arriver, peu à peu, à une opinion issue d'un consensus et d'une conciliation entre les pays qui soutiennent cette directive, sous certaines conditions, et ceux qui expriment encore certaines réticences.

 

-Dans un moment aussi délicat pour l'UE en matière d'emploi, comment peut-on concilier les intérêts de l'immigration avec ceux du marché du travail ?

La première condition est que l'immigration doit être toujours liée au marché du travail. Il est évident que dans un moment de crise comme aujourd'hui, alors que l'Europe est en régression économique et perd des emplois, l'immigration est contenue, parce que l'Europe doit, dans des moments comme celui-ci, penser un peu plus en elle-même pour répondre aux besoins des personnes qui ont perdu leur emploi. Cependant, nous ne devons par perdre de vue l'avenir.

 

Nous surmonterons cette crise et, lorsque l'Europe renouera avec la croissance économique, elle aura à nouveau besoin de l'immigration. Ainsi, nous devons profiter de ce moment pour poser des bases solides pour que, lorsque notre économie croîtra de nouveau et que les flux d'immigration seront plus importants, nous puissions le faire sur des principes de légalité.

 

-Un autre point important sera la politique sur les mineurs non accompagnés.

Oui, et je tiens à saluer les grandes avancées en la matière obtenues par la Présidence suédoise ; le programme de Stockholm y fait référence de façon spéciale, de même qu'un mandat concret visant à développer un programme sur les mineurs non accompagnés.

 

 

Jusqu'à maintenant, ce type d'immigration se produisait plus dans les pays méditerranéens et ne faisait pas partie des préoccupations globales de l'Europe. Lors de la dernière réunion de la Présidence suédoise, le programme sur les mineurs a été inclus. L'Espagne a accueilli cette initiative très favorablement parce qu'elle nous touche directement et c'est là un des programmes que nous développerons au cours de notre Présidence.

Nota Bene : ceux qui veulent mener une action éducative sur le terrain : alphabétisation des immigrants, suivi scolaire des enfants peuvent s’adresser à info@eu-logos.org