Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Une information citoyenne au service d'une identité européenne

Une plus grande protection des données personnelle des internautes, le droit à l’oubli et une plus grande confiance, demande  la vice-présidente de la Commission, Viviane Reding.

pdf mise en ligne :25 06 2010 ( NEA say… n° 89 )

DROITS FONDAMENTAUX > Protection des données personnelles

Dans un discours à la Chambre de commerce américaine auprès de l’UE, Viviane a rappelé l’importance que la Commission européenne attache à la protection des données personnelles sur Internet. « Mon principal objectif est que les internautes est un niveau élevé de protection et de contrôle de leurs renseignements personnel. Nous avons besoin de créer un environnement de confiance pour l’utilisation des données personnelles. Le plein potentiel d’Internet ne sera réalisé que s’il est considéré comme une plateforme ouverte et de confiance. C’est là que l’Union européenne peut faire la différence ».

Dans son discourshttp://europa.eu/rapid/pressReleasesAction.do?reference=SPEECH/10/327&format=HTML&aged=0&language=EN&guiLanguage=fr Viviane Reding souhaite que la directive sur les données personnelles, qui date de 1995, soit révisée pour prendre en compte les évolutions d’Internet, dont les réseaux sociaux. «  Nous sommes confrontés à une toute nouvelle manière de créer et d’utiliser les données. Les internautes génèrent leur propre contenu et le partage en cliquant sur leur souris ».

Mme Reding souhaite mettre en œuvre un « droit à l’oubli » à l’heure où grâce aux moteurs de recherche, il est aisé de retrouver des informations personnelles mises en ligne, volontairement ou non, et parfois des années auparavant. « Tout le monde a besoin d’espace privé, que ce soit pour penser librement, grandir, faire des erreurs, dire des choses stupides, expérimenter, être créatif ou développer n’importe quel autre aspect. Les internautes doivent avoir un contrôle effectif de ce qu’ils mettent en ligne et pouvoir le corriger, le retirer ou l’effacer selon leur volonté ». Cela signifie aussi pouvoir changer ses données de place, les transférer d’un site à un autre, et qu’elle soit bien retirées du premier site. Viviane Reding compte aussi s’attaquer aux publicités ciblées (ce sur quoi le G29 des contrôleurs nationaux vient de s’exprimer http://ec.europa.eu/justice_home/fsj/privacy/news/docs/pr_26_06_10_en.pdf
) qui utilisent les données des internautes pour leur envoyer des publicités adaptées à leur profil. Elles ne doivent pas être possibles que si « les mails et les activités en ligne des internautes ne peuvent être utilisées que si les individus sont totalement conscients et ne s’y opposent pas ». En conclusion  Viviane Reding a souligné avec force en direction des opérateurs Internet que les utilisateurs ont besoin d’avoir confiance en eux et qu’en complément aux législations européennes, l’autorégulation de l’industrie est indispensable.