Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Une information citoyenne au service d'une identité européenne

Vols clandestins de la CIA : la FIDH et la LDH portent plainte pour détention arbitraire et tortures

pdf mise en ligne :06 01 2006 ( NEA say… n° 01 )

ASILE > Conditions d'accueil des réfugiés

Hactivist News Service (HNS-info) – 22 décembre 2005
Communiqué commun

Paris, le 21 décembre 2005 - La FIDH et la LDH déposent ce jour une plainte près le Procureur du Tribunal de Grande Instance de Bobigny pour détentions arbitraires, séquestrations, tortures, et violations de la troisième Convention de Genève sur le sort des prisonniers de guerre.

Au vu des informations recueillies depuis plusieurs années, il apparaît que l'agence américaine de renseignements (CIA) a, dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, utilisé des avions clandestins dans le but d'acheminer illégalement des détenus dans des centres secrets de détention et/ou, d'utiliser ces mêmes avions comme centres d'"interrogatoires poussés". A deux reprises au moins, des avions se seraient posés sur des aéroports français (Brest-Guipavas et Paris-Le Bourget), dans des circonstances suspectes, sans que les destinations n'aient été clairement explicitées. Les plus grandes craintes peuvent être formulées quant au transports de prisonniers de la CIA à l'occasion de ces vols La FIDH et la LDH demandent par conséquent à ce que toutes les investigations nécessaires sur ces faits soient effectuées dans les plus brefs délais par l'autorité judiciaire.

La FIDH et la LDH estiment - si les faits sont avérés - que ces procédures de transfert de détenus peuvent être assimilés à une forme de détention arbitraire et de séquestration, et peuvent être constitutifs, le cas échéant, de violations flagrantes des Conventions de Genève. En outre, il est désormais avéré que les techniques dites « d'interrogatoires poussés » menées par les agents américains conduisent à l'utilisation de procédés de tortures et mauvais traitements, et sont par conséquent formellement prohibés par la Convention des Nations Unies contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants du 10 décembre 1984. Or il y a tout lieu de craindre que de telles pratiques étaient mises en oeuvre sur les détenus transportés lors des deux vols incriminés.

La FIDH et la LDH ont déposé leur plainte près le procureur du Tribunal de Grande Instance de Bobigny, dans le ressort duquel se trouve l'aéroport de Paris-Le Bourget. Elles entendent souligner la responsabilité première des autorités françaises, d'enquêter sur ces faits et de poursuivre leurs auteurs.

Enfin, la FIDH et la LDH appellent les autorités françaises, et au delà, l'ensemble des gouvernements concernés, à coopérer, dans le cadre des enquêtes en cours, au sein des institutions européennes. Nos organisations craignent en effet que, pour ces gouvernements, après la tournée européenne de Condoleezza Rice, l'indignation cède le pas à la passivité, sinon à la complaisance. La commission spéciale d'enquête du Parlement européen doit en effet pouvoir compter sur la totale coopération des Etats membres de l'UE. De même, les Etats membres du Conseil de l'Europe doivent coopérer dans le cadre des enquêtes diligentées par le Secrétaire général, le Commissaire aux droits de l'Homme et l'Assemblée Parlementaire du Conseil de l'Europe.