Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Une information citoyenne au service d'une identité européenne

Cessez le feu ! appel de Pierre Lellouche.  Paris veut calmer le jeu et éteindre l’incendie qu’il a lui-même allumé. Offre de services du Conseil de l’Europe. Nouvelle prise de position du Haut commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe, Thomas Hammarberg.

pdf mise en ligne :20 09 2010 ( NEA say… n° 93 )

IMMIGRATION > Politique d'intégration

Aux côtés du secrétaire général du Conseil de l'Europe, le secrétaire d'Etat français aux Affaires européennes appelle à « travailler concrètement » et à cesser de « faire des polémiques ».Interrogé sur l’échange entre Nicolas Sarkozy et Angela Merkel sur les Roms, au Conseil européen, le secrétaire d’Etat :  «Je n’ai aucun commentaire à rajouter sur ce qu’a dit le président de la République», a-t-il laconiquement répondu.

 

Aux côtés du secrétaire général du Conseil de l'Europe, le secrétaire d'Etat français aux Affaires européennes appelle à « travailler concrètement » et à cesser de « faire des polémiques ».Interrogé sur l’échange entre Nicolas Sarkozy et Angela Merkel sur les Roms, au Conseil européen, le secrétaire d’Etat :  «Je n’ai aucun commentaire à rajouter sur ce qu’a dit le président de la République», a-t-il laconiquement répondu.

 

Il faut éteindre l'incendie. A l’occasion de la visite à Paris du nouveau secrétaire général du Conseil de l’Europe, le Norvégien Thorbjorn Jagland, le secrétaire d’Etat aux Affaires européennes, Pierre Lellouche, a tenté de siffler la fin de la partie. Au lendemain des discussions agitées du Conseil européen, Paris semble vouloir dépasser les polémiques sur les Roms.«Toutes les bonnes volontés sont nécessaires pour sortir de cette crise par l’action», a martelé Pierre Lellouche. «Envoyer des noms d’oiseaux ne change rien à la vie des enfants roms», a-t-il lancé, sur le ton de l’apaisement.

 

Thorbjorn Jagland, ancien premier ministre de Norvège, a présenté à Pierre Lellouche une stratégie consistant notamment à ouvrir des écoles destinées aux Roms. «Nous devons maintenant cesser les échanges verbaux et commencer à travailler concrètement», a insisté le Norvégien. L’institution européenne semble donc également vouloir passer à autre chose. Le 9 septembre, le commissaire aux Droits de l’homme, qui dépend du Conseil de l’Europe, avait , sur son blog personnel, comparé «la rhétorique politique contre les Roms» à celle des régimes fasciste et nazi. Ces propos avaient provoqué l’indignation de la France, qui avait exigé des excuses. Le haut commissaire est revenu sur ses déclarations. Cf. infra la position  la plus récente de Thomas Hammarberg.

 

Aux côtés de Pierre Lellouche, le secrétaire général du Conseil de l’Europe a annoncé que son institution dresserait prochainement une liste des engagements que les Etats ont promis de remplir dans le domaine de l’intégration des Roms.Le Conseil compte donc, non seulement surveiller, mais aussi contrôler les réalisations en la matière de ses 47 pays membres. «Nous attendons des actions collectives, en partenariat avec l’Union européenne et les Etats membres», a confirmé le secrétaire général du Conseil de l’Europe. En ce sens, Thorbjorn Jagland a l’intention de convoquer une «réunion à haut niveau», à Strasbourg.

 

De son côté, Pierre Lellouche affirme lui aussi vouloir inviter ses homologues européens à Paris, afin de soutenir cette initiative du Conseil de l’Europe. «Si nous y arrivons, cette crise aura au moins permis ceci de bien: percer cette bulle d’hypocrisie sur les Roms, qui était présente dans toute l’Europe», a souligné le secrétaire d’Etat.

 

« Arrêter de faire des polémiques ! » «Le mot "rom" n’a pas été prononcé pendant les 10 ou 15 ans qu’ont duré les négociations d’adhésion des pays concernés», a déploré Pierre Lellouche, invitant à poser un regard européen sur cette «minorité considérable dont personne ne s’est occupé pendant des années». En marge de la conférence de presse, le secrétaire d’Etat en a profité pour fustiger la presse. «Arrêtez de faire des polémiques de petites phrases sur un sujet aussi grave. C’est pas sérieux», a-t-il lancé à un journaliste. Il s’est également défendu d’avoir «brocardé» la Commission européenne. «La France respecte les institutions européennes: la Commission européenne, le Parlement européen. Je travaille très étroitement avec eux», a-t-il martelé.

 

Le Conseil de l’Europe présente une initiative pour améliorer la situation des Roms

 

Le Secrétaire Général du Conseil de l’Europe, Thorbjørn Jagland, a présenté  au Comité des Ministres une initiative pour aider à surmonter les problèmes immédiats et à long terme concernant les droits et obligations des communautés roms dans toute l’Europe.

 

« Le Conseil de l'Europe a fait part à plusieurs reprises de son inquiétude face à certaines mesures adoptées par des Etats membres au sujet des Roms, dernièrement par le Commissaire aux droits de l’homme Thomas Hammarberg et par la Commission européenne contre le racisme et l’intolérance (ECRI). J'estime qu'il est de notre responsabilité de travailler avec ces Etats membres pour trouver des solutions aux problèmes actuels », a indiqué le Secrétaire Général.

 

Au cœur de cette initiative, le Secrétaire Général projette une réunion ministérielle à haut niveau, dont l’objectif est double : il s’agira dans un premier temps de clarifier les normes du Conseil de l’Europe et de l’Union applicables aux migrations des populations roms et, ensuite, de lancer un processus associant le Conseil de l’Europe, l’Union et les gouvernements nationaux et portant sur des actions concrètes destinées à améliorer l’intégration économique et sociale des Roms en Europe.

 

« C’est un problème qui concerne toute l’Europe et qui appelle donc une réponse paneuropéenne. La marginalisation économique et sociale, et tous les problèmes qui s’ensuivent, ne sont pas limités à un groupe, ni à un pays », a déclaré M. Jagland.

 

« Le Conseil de l’Europe est résolu à travailler avec ses partenaires dans les Etats membres pour garantir le respect de ses normes. Il ne s’agit pas seulement d’un impératif juridique et moral ; le respect des droits de l’homme est un atout pour la conduite de toute action publique, y compris dans le domaine des migrations. Le Conseil de l’Europe offre son expérience et son soutien. Pour commencer, je rencontrerai demain le secrétaire d’Etat français chargé des Affaires européennes, Pierre Lellouche, pour discuter de notre initiative » a-t-il ajouté.  (cf. sur www.coe.int l’interview video du secrétaire général du Conseil de l’Europe.

 

Ne stigmatisons pas les ROMS , déclare Thomas Hammarberg dans son carnet des droits de l’homme.

 

Le renvoi de Roms, citoyens de l’Union européenne, est désormais courant dans plusieurs pays européens, a déclaré le Commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe, Thomas Hammarberg, dans le dernier article de son carnet des droits de l'homme

La lutte engagée par la France contre la criminalité a particulièrement visé les Roms originaires de Roumanie et de Bulgarie. Et la France n’est pas un cas isolé : l’Italie, par exemple, a arrêté et expulsé un nombre considérable de Roms roumains ces dernières années. Récemment, des Roms ont également été expulsés vers leur pays d’origine depuis le Danemark et la Suède. 

 

Renvoyer des familles roms d’un pays européen à l’autre ne résout rien. Il s’agit de reconnaître que des membres de la minorité rom ont des raisons de tenter de s’installer à l’étranger, en quête d’une vie meilleure, et que ces problèmes concrets doivent être traités. En effet, la majorité des Roms d’Europe vivent dans une misère sordide et sont très défavorisés en matière d’emploi, de logement et d’accès aux soins.

 

Dans certains pays, les enfants roms, considérés comme des élèves en difficulté, sont systématiquement placés dans des classes spéciales. Beaucoup subissent des brimades à l’école et le taux d’abandon scolaire est élevé chez ces enfants. En Europe, des dizaines de milliers de Roms sont apatrides, ce qui aggrave encore leurs difficultés d’accès aux services sociaux.

 

La discrimination des communautés roms en Europe est une longue et douloureuse histoire. La répression a atteint son apogée dans les années 1930 et 1940, lorsque les Roms sont devenus la cible de régimes fascistes, en Roumanie et en Italie. Dans les zones contrôlées par les nazis allemands, plusieurs centaines de milliers de Roms ont été arrêtés, envoyés en camp de concentration ou directement exécutés. Ce génocide n’a même pas retenu l’attention au procès de Nuremberg et l’indemnisation des survivants ou des familles des victimes a été tardive, voire inexistante.

 

 L’antitsiganisme, qui sévit toujours, est exploité aujourd’hui par des groupes extrémistes dans plusieurs pays européens. Des Roms auraient été victimes de lynchages, par exemple en République tchèque et en Hongrie. Les autorités canadiennes ont d’ailleurs accordé l’asile à des réfugiés roms originaires de ces pays, ce qui devrait nous faire réfléchir.

 

Une constante du discours hostile aux Roms est leur comportement délinquant, argument également utilisé pour justifier les opérations menées en France. Il y a bien sûr des Roms qui commettent des vols, et certains sont aussi exploités honteusement par des trafiquants. L’on sait bien que les personnes marginalisées et défavorisées tendent à être surreprésentées dans les statistiques pénales, et ce pour des raisons évidentes. Il faut prendre ces problèmes au sérieux et adopter des mesures préventives. Cependant, ils ne doivent en aucun cas servir de prétexte pour jeter l’opprobre sur tous les Roms ; l’écrasante majorité des Roms respectent en effet la loi. Il faut se garder de reprocher à l’ensemble d’un groupe les agissements de quelques-uns de ses membres – c’est là un principe éthique fondamental.

 

Les Etats européens et leurs dirigeants doivent reconnaître leur responsabilité dans la situation actuelle des Roms. Il faut mettre fin au discours stigmatisant et mener des actions pour contrer la discrimination à l’égard des Roms, en premier lieu dans leurs pays d’origine. Des mesures énergiques sont nécessaires pour réparer les injustices qui font des Roms des Européens de seconde classe. Ainsi, il faudrait commencer par donner aux enfants une chance de s’instruire, et aux adultes, une chance de trouver un emploi. Les réformes visant à garantir aux Roms la protection des droits de l’homme ne donneront de résultats que si elles sont menées dans le cadre d’un dialogue avec les représentants roms. L’initiative de certains changements devra être prise par les communautés roms elles-mêmes. Cependant, rien ne changera tant qu’elles resteront la cible d’un discours de haine, tenu notamment par des responsables politiques. »