Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Une information citoyenne au service d'une identité européenne

Lutte contre l’immigration illégale : désormais, les unités de gardes-frontières sont déployées à la frontière gréco-turque

pdf mise en ligne :09 11 2010 ( NEA say… n° 97 )

IMMIGRATION > Protection temporaire en cas d'afflux massif de personnes déplacées

Depuis le 2 novembre 175 gardes-frontières en provenance des autres Etats membres de l’Union européenne pour patrouiller à la frontière gréco-turque, toute proche de le frontière bulgare où de nombreuses arrivées de migrants clandestins avaient  été enregistrées

Depuis le 2 novembre 175 gardes-frontières en provenance des autres Etats membres de l’Union européenne pour patrouiller à la frontière gréco-turque, toute proche de le frontière bulgare où de nombreuses arrivées de migrants clandestins avaient  été enregistrées

C’est le 29 octobre que Frontex avait signé avec les autorités grecques le plan opérationnel qui permettait le déploiement et pour deux pois des équipes d’intervention rapide. C’est un signal clair de solidarité européenne a commenté la Commissaire Cecilia Malmstöm qui s’est rendu le 5 sur place pour suivre le déroulement des opérations et assister à l’installation du dis positif avec le ministre grec Papoutsis, le ministre Besson et le directeur de Frontex, Laitinen. La demande grecque avait été adressée le 24 octobre à la Commission européenne. Deux semaines ont donc été nécessaires. (cf. n° 96 de NEA SAY)

Le déploiement des experts gardes-frontières est prévu dans la zone frontalière située entre Orestiada et Alexandroupolis, ainsi qu’au poste frontière de Kipi. Un effet dissuasif est attendu au niveau des activités des réseaux du crime organisé et des passeurs d’immigrés clandestins dans la région. Déjà il semble que cet effet dissuasif a joué. La Commissaire, Cecilia Malmström a rappelé, pour le souligner, que les membres de la mission Frontex devront respecter les droits fondamentaux des personnes  et cela à tous les stades des opérations et en toutes circonstances. Selon Frontex les moyens mis à la disposition par les Etats membres au titre du « CRATE » (Centralised Record of Available Technical Equipment) sont les suivants : un hélicoptère, un bus (Roumanie), cinq minibus (1Roumanie, 2Autriche, 1Bulgarie,1 Hongrie), 19 voitures de patrouille4x4 (7 Roumanie, 3 Autriche, 2 Slovaquie, 7 Allemagne), 9 camions à vision infrarouge (2Autriche, 2 Bulgarie, 4 Allemagne, 1 Hongrie), trois bus Schengen(1 Autriche, 2 Hongrie) et trois unités de bureau du Danemark. Pour la contribution française cf.ci-dessous le communiqué commun Cecilia Malmström :Eric Besson.

Les ministres Papoutsis et Besson, la Commissaire Cecilia Malmström et le Directeur de Frontex, Laitinen visitent la Zone opérationnelle Rabit. Communiqué de Presse de Frontex. http://www.frontex.europa.eu/newsroom/news_releases/art82.html

Communiqué commun du ministre français à l’immigration Eric Besson et de la commissaire européenne Cecilia Malmström http://www.immigration.gouv.fr/spip.php?page=actus&id_rubrique=254&id_article=2419

Communiqué de presse de Frontex concernant le déploiement de l’opération http://www.frontex.europa.eu/newsroom/news_releases/art81.html