Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Une information citoyenne au service d'une identité européenne

Réactions aux élections des membres du Conseil des droits de l'homme

pdf mise en ligne :24 05 2006 ( NEA say… n° 13 )

COOPERATION JUDICIAIRE CIVILE > Aide judiciaire

Les résultats des élections au Conseil des droits de l’homme sont désormais connus: leur appréciation reste controversée.
Le secrétaire général, Kofi Annan, et la commissaire aux droits de l’homme, Louise Arbour, sont optimiste. Reporters sans frontières estime que "l’on prend les mêmes et on recommence". D’autres, plus cyniques, observent que la proportion d’Etats non démocratiques est de 49% contre 55% auparavant. Le pire a été évité, commentent certains observateurs. Le groupe des Verts du Parlement européen proteste. Bien que non candidat et très réservés, les États-Unis, par la voix Kristen Silvenberg, responsable au département d’Etat américain des organisations internationales, exprime une certaine bienveillance: "C’est un progrès par rapport à la commission des droits de l’homme (…) le véritable test de ce Conseil sera d’agir de manière efficace dans les cas de violations graves des droits de l’homme comme au Darfour, en Birmanie, en Corée du nord ou ailleurs". Avec des réserves, Amnesty International a salué "un nouveau départ", alors que le directeur de Human Rights Watch, Kenneth Roth, parlait d'une mauvaise direction et invitait chacun à agir rapidement. On peut faire observer que les membres de l’Union européenne, tous bien élus, disposent désormais de plus de sièges dans le nouveau Conseil, et que les innovations procédurales, comme l’examen universel et les sessions plus fréquentes donnent des garanties et permettent d’espérer un nouveau souffle.

Ce n’est manifestement pas une farce comme s’est empressée d’asséner Ileana Ros-Lehtinen, membre républicain de la commission des affaires étrangères de la Chambre des Représentants. Ce n’est pas une sélection irresponsable, il a paru préférable d’associer des pays importants (Russie, Chine) dans un souci d’efficacité et il convient de rappeler qu’il s’agit d’un compromis qui a pu vaincre les résistances de bien des pays en développement qui craignaient que le nouveau Conseil s’érige en tribunal pour les condamner selon les critères "du Nord" .Un compromis qui, comme tout compromis, est imparfait mais acceptable; c’est la règle lorsque l'on est si nombreux.

► Conseil des droits de l'homme, Dossier du Centre de nouvelles de l'ONU.

► Human Rights Watch - Special Focus - Results of the 2006 election for the Human Rights Council.

► Human Rights Watch, "Human Rights Council: No More Business as Usual", Background Briefing.

► "U.N.: New Council Must Champion Fight for Rights - Members Should Act Quickly to Improve Protection for Victims", Human Rights Watch, Human Rights News, 10 May 2006.

► "L’Arabie Saoudite, Cuba, la Chine et la Tunisie élues au nouveau Conseil des droits de l’homme: "On prend les mêmes et on recommence", Reporters Sans Frontières, 10 mai 2006.

► "Élection controversée au Conseil des droits de l'homme de l'ONU", par Philippe BOLOPION, LE MONDE, 10 mai 2006.