Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Une information citoyenne au service d'une identité européenne

 Le sentiment d’insécurité : en France il augmente. Une enquête qui mériterait d’être menée au niveau européen au moment où la Commission européenne dévoile sa stratégie en matière de sécurité intérieure. Ces deux mondes vont-ils se rencontrer un jour ?

pdf mise en ligne :23 11 2010 ( NEA say… n° 98 )

COOPERATION POLICIERE ET JUDICIAIRE > Lutte contre la criminalité

Pourtant ils devraient se rencontrer et la Commission européenne vient de faire observer que la grande criminalité prend les formes les plus diverses, même les infractions apparemment mineures, telles que les cambriolages, les vols de voiture, la vente de marchandises de contrefaçon ou dangereuses, et les délits commis par des gangs itinérants, reflètent bien souvent au niveau local l’existence de réseaux criminels internationaux  de très grande criminalité organisée. 

Pourtant ils devraient se rencontrer et la Commission européenne vient de faire observer que la grande criminalité prend les formes les plus diverses, même les infractions apparemment mineures, telles que les cambriolages, les vols de voiture, la vente de marchandises de contrefaçon ou dangereuses, et les délits commis par des gangs itinérants, reflètent bien souvent au niveau local l’existence de réseaux criminels internationaux  de très grande criminalité organisée. 

L'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) a assorti la publication de son sixième rapport d'une enquête de victimisation. Les sondés ont eu à répondre à la question: "De quoi avez-vous été victime cette année". Conclusion: le "sentiment d'insécurité" a augmenté. Les chiffres de la criminalité collectés auprès des services de police et de gendarmerie en expliquent les raisons.  

Les vols repartent à la hausse : si les atteintes aux biens décroissent (37,5 atteintes aux biens pour 1000 habitants en 2009, -0,7%) c'est essentiellement à cause de la diminution des destructions et des dégradations alors que, pour la première fois depuis 5 ans, le nombre de vols augmente (+0,6%) et, notamment, les vols avec violences. 

Les violences augmentent : en 2009, 7,3 atteintes volontaires à l'intégrité physique pour 1000 habitants ont été constatées. Après trois années de stabilité, ce taux augmente de +2,8% et enregistre sa valeur la plus élevée depuis 1996. Cette hausse est essentiellement due à la montée des violences crapuleuses qui augmentent de près de 6% en 2009. Les violences non crapuleuses progressent de 2,7%. C'est la cinquième année consécutive de hausse. 

Plus de femmes plus violentes : si le nombre des personnes mises en cause augmente très légèrement (0,2%), la part des femmes s'accroit en atteignant 15% du total tandis que pour la première fois depuis 2004, le nombre d'hommes est en baisse. Les femmes sont surreprésentées dans la catégorie des escroqueries et des infractions économiques et financières alors que les jeunes filles sont de plus en plus présentes dans celle des violences autre que le vol (+80% sur cinq ans). 

Plus d'armes chez les mineurs : les vols avec arme augmentent de près de 9% en 2009. Le nombre d'hommes mineurs mis en cause pour vols à main armée est en hausse de 55,7%. 

Baisse des escroqueries : le nombre d'escroqueries et d'infractions économiques et financières diminue pour la première fois depuis 2005. Cette baisse s'explique par la décrue du nombre d'infractions liées aux cartes de crédit (-7,3% en 2009). 

Quelles explications donner ? Le sentiment d’insécurité que ressent un français sur cinq peut s’expliquer par la crise : c’est le «climat qui a changé», a indiqué  l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP). Alain Bauer le président du conseil d’orientation de l’ONDRP, et ses responsables ont déclaré, lors d’une conférence de presse, que cette enquête confirmait la «baisse» de vols et tentatives en France et la «stabilisation» des violences aux personnes, un phénomène en augmentation depuis des années. Par contre sur le sentiment d’insécurité ressenti par les Français, ils ont indiqué qu’il «faut être prudent» mais qu’il «peut s’expliquer par la crise» et un «climat qui a changé en 2009». Ce sentiment d’insécurité, ont-ils aussi fait valoir, peut doubler dans les zones urbaines sensibles (ZUS).

Synthèse du rapport 2009 sur la criminalité en Francehttp://www.inhesj.fr/articles/accueil/ondrp/publications/rapports-annuels/le-rapport-2009-h231a610.html