Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Une information citoyenne au service d'une identité européenne

Pour répondre aux attentes des citoyens, l'Union doit agir sans ambiguïté

pdf mise en ligne :24 05 2006 ( NEA say… n° 13 )

COOPERATION JUDICIAIRE PENALE > Gel des avoirs et des biens

L’Europe dans le monde fait partie de la douzaine de grands domaines d'action figurant au nouvel "Agenda du citoyen" pour l’Europe que la Commission vient d'adopter, le 10 mai dernier.
Le besoin d’une Europe efficace sur la scène internationale n’a jamais été aussi fort, de même que le soutien du public en faveur d’une action extérieure commune: le dernier Eurobaromètre témoigne d’une volonté de plus d’Europe à tous les niveaux. L’absence de Constitution ne doit pas empêcher l’UE de jouer un rôle accru en utilisant mieux ses moyens collectifs qui sont loin d’être négligeables, à la condition que les Etats membres et les institutions oeuvrent de concert. A la condition aussi que les trois mots clés: efficacité, cohérence et coordination, se mettent au service d’objectifs dépourvus d’ambiguïté.

L’Europe du futur sera aussi une Europe qui pourra répondre aux préoccupations d’une partie grandissante de ses citoyens vis-à-vis d’une économie de plus en mondialisée: 47% considèrent que la mondialisation constitue une menace pour l’emploi et les entreprises, en octobre 2003, ils étaient 56% des 15 Etats membres d’alors à estimer que la mondialisation était "une bonne opportunité", soit une baisse de vingt points pour la même zone géographique. Les jeunes restent plus optimistes que leurs aînés et un répondant sur deux qui juge son appartenance à l’Union positive reconnaît que la mondialisation constitue une opportunité alors qu’ils ne sont que 18% à partager cette opinion dans le camp des opposants à l’appartenance à l’Union européenne.

La Commission tire les conséquences de ces différents constats. Elle publiera prochainement un document de stratégie sur les relations extérieures de l'Union et, dans le courant de l'année, lancera un débat sur les conséquences extérieures de la poursuite du processus de mondialisation.

Compte tenu de la multiplication du nombre de ses partenaires et des tâches que l’Union européenne mène, elle doit être absolument claire sur ses priorités et transmettre un message dépourvu d’ambiguïté sur ce qu’elle s’efforce de faire. Elle doit mener une chasse implacable aux espoirs suscités puis déçus. Elle doit affirmer avec force qu’une priorité accrue doit être donnée à l’élaboration d’une politique européenne de voisinage, seul moyen pour promouvoir la stabilité et la prospérité dans les pays qui l’entourent.

L’Union dispose d’une variété exceptionnelle d’instruments qui vont bien au-delà des moyens classiques de la "politique étrangère": échanges commerciaux, coopération au développement, aide humanitaire, dialogue politique. Ses objectifs dans des domaines comme l’énergie, les transports, l’environnement, les migrations, la sécurité ne peuvent porter pleinement leurs fruits qu’en s’étendant largement au-delà de ses frontières. Politiques intérieures et politiques extérieures doivent être menées de pair en totale cohérence.

D’ici la fin de l’année, la Commission proposera "une nouvelle approche de la compétitivité extérieure" qui couvrira des questions telles que l'amélioration de l’accès aux marchés étrangers, les nouvelles priorités en matière de relations commerciales, l'encouragement des investissements, la protection de la propriété intellectuelle. Dans ce contexte, l’Union devra continuer à promouvoir des normes sociales et environnementales élevées partout dans le monde afin de créer un contexte de concurrence équitable et non faussée.

Les Etats membres et les institutions doivent mieux se coordonner pour garantir une action extérieure plus efficace et plus efficiente en se concentrant sur ce qu’ils peuvent accomplir ensemble plutôt qu'en se préoccupant prioritairement de qui fera quoi.

"Pour donner suite à la discussion de la réunion de Hampton Court sur le rôle de l’Europe dans le monde, la Commission présentera un document de stratégie sur les relations extérieures, formulant des idées concrètes sur les moyens de relever les défis dans le cadre des traités actuels, en particulier sur la façon d’améliorer la complémentarité et la coordination de l’action de la Commission avec celle des autres institutions européennes et des Etats membres".


► Communication de la Commission au Conseil européen "Un projet pour les citoyens - Produire des résultats pour l’Europe", COM (2006) 211 du 10 mai 2006. (pdf)

► "Pour une Europe des résultats: la Commission préconise un projet citoyen", Communiqué de presse, 10 mai 2006.

Questions et réponses concernant le document de la Commission "Un projet citoyen: Pour une Europe des résultats", 10 mai 2006.

► Conseil de l'Union européenne, Rapport intermédiaire sur le suivi de la réunion informelle des chefs d’État ou de gouvernement tenue à Hampton Court, 9 décembre 2005. (pdf)