Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Une information citoyenne au service d'une identité européenne

Guantanamo : Obama renonce à fermer Guantanamo ! Définitivement, mais est-ce un revirement?

pdf mise en ligne :09 03 2011 ( NEA say… n° 104 )

DROITS FONDAMENTAUX > Lutte contre le terrorisme

Barack Obama a ordonné le 7 mars l'organisation de nouveaux procès militaires d'exception sur la base navale américaine située à Cuba. Renonçant à fermer le camp de détention, Barack Obama annonce la reprise des procès sur la base cubaine.

Barack Obama a ordonné le 7 mars l'organisation de nouveaux procès militaires d'exception sur la base navale américaine située à Cuba. Renonçant à fermer le camp de détention, Barack Obama annonce la reprise des procès sur la base cubaine.

 

Revenant sur ses engagements de début de mandat, le président américain Barack Obama a ordonné  l'organisation de nouveaux procès militaires d'exception sur la base navale américaine située à Cuba. Il a également encadré la détention illimitée de plus de 40 détenus de Guantanamo.  De nouveaux longs procès pour crimes de guerre vont y être organisés et le réexamen des situations individuelles de ceux qui seront enfermés indéfiniment sans procès doit avoir lieu d'ici un an, puis tous les trois ans. 

 

"Nous nous efforçons de poursuivre l'objectif du président de fermer la prison de Guantanamo, tout en établissant un cadre juridique cohérent avec notre sécurité et nos valeurs", a assuré un haut responsable de l'administration Obama sous couvert d'anonymat. 

Le gel des procès à Guantanamo avait été l'un des premiers gestes du nouveaux président américain, désireux de marquer une nette rupture avec les années Bush. En mai 2009, Barack Obama avait néanmoins rappelé qu'il n'était pas contre le principe de tribunaux d'exception pour juger les suspects de terrorisme mais il rejetait la manière dont ils avaient été conçus par son prédécesseur. 

 

Mais le Congrès lui a depuis mis des bâtons dans les roues, interdisant le transfèrement de tout détenu sur le sol américain, même pour y être jugé. Dès lors, même ses adversaires politiques les plus farouches, comme le représentant républicain Peter King, ont salué les mesures adoptées jeudi estimant qu'"elles confirment la doctrine Bush selon laquelle notre gouvernement a le droit d'emprisonner de dangereux terroristes jusqu'à la fin de la guerre". 

Concrètement, la Maison Blanche va demander au secrétaire à la Défense Robert Gates de renvoyer de nouveaux accusés devant les tribunaux de Guantanamo réformés en 2009 par l'administration démocrate et le Congrès pour donner davantage de droits à la défense et interdire les déclarations faites sous la contrainte. 

 

Ces nouveaux renvois devraient intervenir "très bientôt, c'est une question de semaines ou de jours", selon un autre haut responsable.  Parmi eux, le plus attendu est celui d'Abd-Al-Rahim Al-Nachiri, le principal suspect dans l'attentat du navire militaire américain USS Cole en 2000 au Yémen. L'avenir judiciaire des cinq hommes accusés d'avoir organisé les attentats du 11-Septembre est également en suspend. Pour l'administration, il s'agit d'un "outil important pour combattre le terrorisme international qui tombe sous notre juridiction tout en confirmant l'Etat de droit". Mais elle a répété lundi sa détermination à organiser certains procès devant des tribunaux de droit commun. 

 

Parallèlement, un nouveau décret encadre la détention illimitée de plus de 40 des actuels 171 détenus de Guantanamo, car jugés trop dangereux pour être libérés mais contre lesquels les preuves sont insuffisantes ou non recevables. Une audience devant un conseil réunissant des personnalités civiles et militaires permettra au détenu de présenter sa défense. L'accusation devra lui fournir en amont tous les éléments nécessaires à la préparation de son dossier. 

 

A la suite de cette audience, un réexamen des documents sur un changement de situation sera organisé tous les six mois pendant trois ans, avant la tenue d'une nouvelle audience.  Une révision des efforts de l'administration pour rapatrier ou envoyer des détenus vers des pays tiers sera également pratiquée d'ici un an puis "au moins quatre ans plus tard", afin de vérifier que "continuer d'enfermer des prisonniers de guerre reste cohérent avec les intérêts des Etats-Unis". 
 
Est-ce un revirement? Pour les républicains: incontestablement, c'est une confirmation de la doctrine Bush, le droit d'emprisonner de dangereux terroristes au moins jusqu'à la fin de la guerre. Pour les défenseurs des droits de l'homme, les réactions sont mitigées: c'est un pas en avant: la détention illimitée est encadrée: possibilité de révision périodique de leur statut, possibilité d'avoir un représentant. Mais les procédures restent illégitimes, lentes et très honéreuses et peu ou pas transparentes. Pourquoi un tel revirement? L'opinion publique se désintéresse maintenant totalement du problème: les sondages montrent que les américains ne se soucient plus guère de la fermeture définitive de Guantanamo. Par contre ils ont un souci encore assez fort, le seul: garder ces terroristes aussi loin que possible de chez eux.

 

 Article du Washington Post  http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/article/2011/03/07/AR2011030704871.html?wpisrc=nl_politics