Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Une information citoyenne au service d'une identité européenne

Le Parlement européen appelle à en finir avec la haine à l'encontre des homosexuels

pdf mise en ligne :07 06 2006 ( NEA say… n° 14 )

COOPERATION JUDICIAIRE PENALE > Système d'information sur les visas

Le Parlement européen a célébré le 17 mai la Journée mondiale de lutte contre l'homophobie, en organisant un séminaire sur différents aspects de cette question. Instaurée en 2005, cette journée de sensibilisation a lieu à la date à laquelle, vingt-cinq plus tôt, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) retirait l'homosexualité de la liste des maladies mentales. Mais un quart de siècle après, lutter contre la banalisation des thèses homophobes ou des agressions reste une nécessité puisque dans 80 pays à travers le monde, l'homosexualité reste un délit pénal qui est parfois sanctionné par la peine capitale.
Devant la presse, le président de la commission des libertés civiles du Parlement européen, Jean-Marie Cavada, a rappelé que parmi les victimes du nazisme, les homosexuels avaient été "ensevelis sous les cendres de la mémoire de l'Histoire". Tombés dans l'oubli, il aura fallu du temps pour qu'on les considère comme des victimes, a-t-il souligné. Il a constaté que si les mentalités ont évolué, on continue d'entendre, y compris dans les pays de l'Union, des déclarations homophobes, comme en Pologne par exemple, où un ministre a appelé à matraquer les participants d'une Gay Pride. Michael Cashman, de son côté, a demandé aux chefs d'Etat et de gouvernement de rappeler aux autorités polonaises leurs obligations en matière de droits de l'homme, et il a rappelé que ce pays pouvait être sanctionné au titre des articles 6 et 7 des traités comme l'avait été l'Autriche concernant le comportement de Jörg Haider. Mais la Pologne n'est pas le seul pays où de telles dérives peuvent se produire.

Les promoteurs de la journée mondiale de lutte contre l'homophobie (IDAHO) espèrent voir cette journée être reconnue officiellement par l'ONU et l'UE.  

► "80 pays considèrent encore l'homosexualité comme un crime", Interview de Louis-Georges Tin, fondateur de la Journée mondiale de lutte contre l'homophobie, propos recueillis par Anne Chemin, LE MONDE, 17 mai 2006.

► "Un message clair lancé contre l'homophobie", Parlement européen, Infopress, 18 mai 2006.