Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Une information citoyenne au service d'une identité européenne

Recul des actes xénophobes, antisémites et racistes, mais montée des sentiments anti musulmans en France signale la presse suite au sondage de TNS-Sofres. Mais au-delà des sondages, qu’en est –il de la perception globale ? Alerte, danger nous dit la Commission nationale consultative des droits de l’homme.

pdf mise en ligne :13 04 2011 ( NEA say… n° 106 )

DROITS FONDAMENTAUX > Politique d'intégration

Dans son rapport 2010 publié mardi 12 avril, la Commission nationale consultative des droits de l'homme (CNCDH) se félicite du « net recul » des actes à caractère raciste, antisémite et xénophobe. Mais, pour la première fois depuis plusieurs années, elle note, sondage à l'appui , une augmentation de l'intolérance chez les Français, marquée notamment par une augmentation de la méfiance à l'égard des musulmans. Laure Salvaing, directrice d'études à l'institut de sondage TNS-Sofres, décrypte ces résultats

Recul des actes xénophobes, antisémites et racistes, mais montée des sentiments anti musulmans en France signale la presse suite au sondage de TNS-Sofres. Mais au-delà des sondages, qu’en est –il de la perception globale ? Alerte, danger nous dit la Commission nationale consultative des droits de l’homme.

 

Dans son rapport 2010 publié mardi 12 avril, la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH) se félicite du « net recul » des actes à caractère raciste, antisémite et xénophobe. Mais, pour la première fois depuis plusieurs années, elle note, sondage à l’appui , une augmentation de l’intolérance chez les Français, marquée notamment par une augmentation de la méfiance à l’égard des musulmans. Laure Salvaing, directrice d’études à l’institut de sondage TNS-Sofres, décrypte ces résultats

« Alors que la xénophobie était plutôt en déclin entre 1999 et 2008, elle semble se développer de nouveau. Les entretiens individuels d’une heure et demie que nous avons menés auprès d’un groupe d’une trentaine de personnes pour le compte de la Commission nationale consultative des droits de l’homme en complément du sondage nous ont permis d’éclairer le récent mouvement de fermeture de la société française vers l’autre. Des mots comme “tension”, “conflit”, “peur” apparaissent désormais dans les échanges, ce qui n’était pas le cas lors de notre dernière étude en 2007.

L’accumulation des débats sur la burqa, l’abattage des animaux, les Quick halal ou encore les minarets en Suisse, a conduit les Français au raisonnement suivant : “Si on parle autant des musulmans, c’est bien qu’il y a un problème.”

La crise économique entraîne un repli sur soi et explique bien des attitudes. Ces sujets, largement abordés dans les médias, ont davantage été perçus comme des marques de provocation, ou comme un refus de s’adapter à la société française. Il y a par ailleurs un sentiment d’échec de l’intégration. L’intolérance à l’égard des musulmans se développe d’autant plus qu’il n’y a plus d’acteurs identifiés qui incarnent le discours d’intégration. Ajoutons que l’absence d’espoir de sortie de crise économique revient régulièrement dans les discours, ce qui contribue à accentuer un repli sur soi. Dans le sondage CSA, 61 % des personnes interrogées pensent que la présence d’immigrés en France rend plus difficile leur situation.

Il est difficile pour le moment de tirer des conclusions de cette fermeture vis-à-vis de l’autre. Seuls les résultats des années à venir permettront d’affirmer l’évolution n’est que conjoncturelle. » Telle est la Conclusion provisoire de TNS-Sofres

Un autre enseignement est à tirer nous dit la Commission nationale consultative des droits de l’homme. Les préjugés racistes avaient semblé diminuer nous disait le rapport 2009. Or l’analyse des résultats des enquêtes réalisées pour le rapport 2010 laisse craindre que ce mouvement soit interrompu. Il semble en effet que, pour la première fois depuis plusieurs années, nous constations une augmentation de l’intolérance.

Il est impossible d’en tirer pour l’instant des conclusions définitives. En effet, seuls les résultats de l’année prochaine (et des années à venir) permettront d’affirmer avec certitude que cette augmentation est conjoncturelle ou interrompt de manière durable le mouvement d’ouverture de la société française vers l’autre.

 

Les résultats du sondage 2010 appellent toutefois à renforcer notre vigilance, plusieurs éléments doivent être soulignés :

•Augmentation de la méfiance à l’égard des musulmans, comme l’année dernière, mais de manière plus marquée ;

   48% des personnes interrogées estiment que les musulmans forment un groupe à part dans la société (+4 points par rapport à 2009),74% des personnes interrogées pensent que les Français musulmans sont des Français comme les autres, (- 5 points par rapport à 2009), 68% des personnes interrogées pensent que le port du voile peut poser problème pour vivre en société

•Rejet croissant des étrangers, perçus de plus en plus comme des parasites, voire comme une menace ;    56% des personnes interrogées estiment qu’il y a trop d’immigrés en France (+9 points par rapport à 2009)  et parmi eux, 61% estiment que cela rend plus difficile la situation des personnes comme eux qui vivent en France ;  67% des personnes interrogées estiment que de nombreux immigrés viennent en France uniquement pour profiter de la protection sociale

•Constat d’échec de l’intégration et remise en cause de la possibilité d’un « vivre ensemble » dans la société française.  59% des personnes interrogées pensent que l’intégration des personnes d’origine étrangère fonctionne mal, voire très mal (14%)

Ces constats sont d’autant plus inquiétants qu’ils s’inscrivent dans un contexte plus général de perception globalement négative de la société française : préoccupations économiques et sécuritaires fortes, vision très segmentée de la société. Par ailleurs, on assiste à une dangereuse banalisation des propos racistes. Internet contribue grandement à cette banalisation. Mais elle s’alimente également de l’instrumentalisation dans le discours politique de certaines thématiques (identité nationale, immigration, religion-laïcité), ainsi que de certains dérapages et des polémiques qui ont suivi.

      -. Rapport de la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH) partie du rapport sur les actes et menaces à caractère raciste  http://www.la-croix.com/illustrations/Multimedia/Actu/2011/4/12/rapport-racisme.pdf

http://www.cncdh.fr/IMG/pdf/Actes_et_menaces_a_caractere_raciste.pdf

      -. Perceptions du racisme, de la xénophobie et de l’antisémitisme http://www.cncdh.fr/IMG/pdf/Perception_du_racisme_dans_l_opinion_publique.pdf