Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Une information citoyenne au service d'une identité européenne

Oussama ben Laden est mort ! Qu'en penser en Europe ? Europol répond. Il n'y a pas de preuve que le terrorisme pourrait utiliser des éléments des flux migratoires. Vigilance recommande "M. antiterroriste" de l'Union européenne.

pdf mise en ligne :02 05 2011 ( NEA say… n° 107 )

COOPERATION POLICIERE ET JUDICIAIRE > Lutte contre le terrorisme

Il serait détestable de se livrer à un exercice purement spéculatif qui contrairement à ce que laisserait penser le directeur de Europol qui, pour lui, pourrait relever du « raisonnable ».Dix ans après les attaques du 11 septembre, le terrorisme continue à menacer sérieusement l'Europe et ses citoyens », a expliqué le directeur d'Europol, Rob Wainwright, le 19 avril devant le Parlement européen. Devant les députés, il a souligné les liens entre terrorisme, crime organisé et trafic de drogue. Internet est devenu un instrument majeur de recrutement mais les mécanismes de prévention des attaques auraient très bien fonctionné en 2010. Seule leçon qui vaille: la vigilance, recommande de Kerchove.

 

Il serait détestable de se livrer à un exercice purement spéculatif qui contrairement à ce que laisserait penser le directeur de Europol qui, pour lui, pourrait relever du « raisonnable ».Dix ans après les attaques du 11 septembre, le terrorisme continue à menacer sérieusement l'Europe et ses citoyens », a expliqué le directeur d'Europol, Rob Wainwright, le 19 avril devant le Parlement européen. Devant les députés, il a souligné les liens entre terrorisme, crime organisé et trafic de drogue. Internet est devenu un instrument majeur de recrutement mais les mécanismes de prévention des attaques auraient très bien fonctionné en 2010.
 

Rob Wainwright a présenté aux députés de la commission des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures le rapport annuel de l'agence Europol sur le terrorisme. Séparatisme, islamisme et anarchisme sont les principaux motifs derrière les 249 attaques perpétrées au cours de l'année dernière en Europe. Sept personnes sont mortes et deux attaques perpétrées par des organisations islamistes visaient même à faire un grand nombre de victimes. 611 personnes arrêtées (dont 219 en France et 118 en Espagne)

 

« Le nombre d'attaques a diminué depuis 2009. C'est largement dû à la baisse importantes des actions attribuées à [l'organisation séparatiste basque] ETA », a analysé Rob Wainwright, qui ne cache pas que le risque reste élevé. Certains députés ont cependant critiqué l'absence d'une définition claire de ce qui est défini comme une action terroriste. Le Vert allemand Jan Philipp Albrecht estime ainsi que certains faits devraient plutôt être qualifiés de crimes.

Le directeur d'Europol a expliqué que les groupes terroristes sont de plus en plus flexibles et diversifient leurs méthodes. Ils utilisent de plus en plus internet à des fins de propagande et de recrutement et font preuve d'un vrai professionnalisme. Par ailleurs, « les groupes séparatistes comme le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) et les Tigres de libération de l'Îlam tamoul (LTTE) financent leurs activités grâce au trafic de drogue et d'êtres humains ». En Afrique de l'Ouest, les organisations terroristes auraient des liens avec le trafic de drogue international. En Espagne, l'ETA serait en relation avec les Forces armées révolutionnaires (FARC) de Colombie.

 

Face à cette mondialisation de la menace, « la coopération internationale est cruciale », a recommandé l'Espagnol Agustín Díaz de Mera (Parti populaire). Par exemple, certains paradis fiscaux peuvent être utilisés par les groupes terroristes dans le financement de leurs activités, s'est inquiétée la Portugaise Ana Gomes (Socialistes et démocrates). Si Europol est conscient du problème, l'agence ne dispose pas encore de suffisamment d'informations sur le sujet, a répondu Rob Wainwright.

 

L'immigration, une menace indirecte et hypothétique. Pour Europol, « les flots d'immigrants originaires d'Afrique du Nord pourraient peser sur la situation sécuritaire dans l'UE ». Face aux doutes du Maltais Simon Busuttil (Parti populaire) et du Britannique Timothy Kirkhope (Conservateurs et réformateurs), Rob Wainwright a cependant avoué ne pas avoir de preuve mais que c'était une « hypothèse raisonnable ». Pour lui, la situation actuelle pourrait représenter une opportunité pour le crime organisé. Deux équipes d'Europol ont donc été déployées sur l'île de Lampedusa et en Italie continentale. Elles travaillent en collaboration avec l'Agence de sécurité aux frontières Frontex et les autorités italiennes.

 

Il est bien connu que les terroristes utilisent tous les secteurs de la criminalité organisée dont celui du trafic des êtres humains ce dont les migrants  sont aussi parfois les victimes, mais pas les complices

Le président du Conseil européen, Herman van Rompuy et le président de la Commission européenne , José Manuel Barroso ont publié un communiqué commun dans lequel ils rappellent qu'il s'agit d'un criminel, responsable d'attaques terroristes haineuse qui ont coûté la vie à des milliers de victimes innocentes. Sa mort rend le monde plus sûr et démontre que le crime ne demeure pas impuni. L'Union européenne continuera à lutter « épaule contre épaule » avec les Etats-Unis, ses partenaires internationaux et ses amis musulmans pour bâtir un monde en paix, en sécurité et prospère. Plusieurs journalistes ont protesté contre cette déclaration qui appuyait ce qu'ils n'ont pas nommé, mais décrivait comme une « exécution extrajudiciaire » qui allait à l'encontre des valeurs défendues et proclamées par l'Union européenne. Il est vrai que l'Union a condamné dans le passé les exécutions extrajudiciaires notamment celles d'Israël à l'égard de Palestiniens clairement identifiés à l'avance. En toutes circonstances l'Union européenne a rappelé que la lutte contre le terrorisme devait se mener dans le respect des droits fondamentaux. N'est-ce pas un peu excessif de la part des journalistes? Nous ne pouvons pas commenter, ne connaissant pas les détails de l'opération que seuls connaissent les américains et leurs alliés sur le terrain dans cette opération, les Pakistanais. Remarquons seulement que la mort de Oussama ben Laden fait partie des aléas liés à toute opération militaire : lui est ses proches avaient , semble-t-il, choisi de ne pas se rendre et ont combattu en résistant. C'est leur  choix, Saddam Hussein avait fait un autre choix.
 

Complétons le panorama avec le point de vue du coordinateur de l'antiterrorisme de l'UE. Il invite à la vigilance. Il a estimé, juste après l’annonce de la mort du chef de al-qaida, que les membres de l’ue devront rester vigilants. L'impact symbolique de cette disparition va "très probablement" inspirer des individus et des groupes affiliés à la mouvance djihadiste durant quelques temps, estime M. de Kerchove. Selon lui, Al-Qaida devrait se révéler "sûrement affaibli" sur le moyen terme. "Pour le court terme, on verra...", affirme le coordinateur. Il juge que l'organisation reste, en tout cas, capable d'organiser des attentats, comme celui qui a, par exemple, été déjoué la semaine dernière en Allemagne et impliquait apparemment des jeunes formés dans la région afghano-pakistanaise du Waziristan.

Les experts européens semblent toutefois redouter plutôt des actes de vengeance individuels, pour lesquels divers appels ont d'ailleurs déjà été lancés sur le Web. La plupart des Etats devraient donc renforcer le niveau de leurs mesures de sécurité. Faut-il croire à la menace d'un attentat nucléaire, comme semblaient l'indiquer, il y a quelques jours, des informations diffusées par Wikileaks évoquant le sort des détenus de Guantanamo et un éventuel décès de Ben Laden ?  "Je ne crois pas que les membres d'Al-Qaida disposent, à ce stade, de l'expertise et des connaissances nécessaires pour une telle attaque", répond M. de Kerchove.

Mais le mot d’ordre sans cesse ressassé, en vain et depuis des années, par le responsable européen reste le même : renforcer les échanges d’informations. Il indique encore que les services européens n'avaient pas été mis au courant par Washington du projet d'attaque contre le chef d'Al-Qaida. Et s'est dit "non étonné" que celui-ci ait pu résider au Pakistan, à proximité d'une grande ville. "Nous devons aider ce pays à accroître sa réponse au terrorisme et à pratiquer la prévention", déclare-t-il. Selon lui, la tâche à laquelle sont confrontées les autorités d'Islamabad représentent "un chantier immense" et l'Union européenne doit développer des projets qu'elle a lancés il y a trois ans, visant, entre autres, à y "construire des capacités" de lutte contres les groupes djihadistes. Ce mot d’ordre, cette consigne valent également pour les pays arabes où les services de renseignement ont été balayés par le vent de la révolution du printemps. "Il faut mieux encore accompagner le processus démocratique de ces pays et les aider à assumer une inévitable restructuration de leurs services". Au sujet de la coopération entre les pays européens, eux-mêmes face à un probable accroissement de la menace, le coordinateur rappelle qu'il avait été décidé, en 2010, de renforcer les échanges d'informations sur les niveaux d'alerte, souvent disparates. La situation actuelle fournira l'occasion de mesurer les éventuels progrès accomplis, estime M. de Kerchove.

Interrogé en salle de presse par les journalistes, le Porte-parole a rappelé que la coopération entre l’UE et le Pakistan s’est, à une date relativement récente, développée, structurée : plusieurs projet de différentes natures ont été identifiées et seront mis en œuvre. (FR) http://www.eeas.europa.eu/pakistan/csp/07_13_fr.pdf(EN) http://www.eeas.europa.eu/pakistan/csp/07_13_en.pdf(Cf. notamment le point 5.3.4 de ce document d’une cinquantaine de pages)

 

 

Retenons que les principales victime, et les plus nombreuses, parmi celles qui furent le fait des djihadistes de ben Laden, ce furent et sans comparaison possible, les musulmans .

 

       -. Rapport 2011 d'Europol sur le terrorisme en Europe (en anglais) http://www.europol.europa.eu/publications/EU_Terrorism_Situation_and_Trend_Report_TE-SAT/TE-SAT2011.pdf

 

       -. Site d'Europol http://www.europol.europa.eu/