Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Une information citoyenne au service d'une identité européenne

Lutte contre la violence à l’égard des femmes : les socialistes du Parlement européen demande une directive contraignante.

pdf mise en ligne :09 05 2011 ( NEA say… n° 108 )

COOPERATION JUDICIAIRE PENALE > Lutte contre la violence envers les femmes

La Commission doit présenter une directive compréhensible et efficace pour lutter contre ce fléau et l’UE doit ratifier la Convention du Conseil de l’Europe. C’est la moindre des choses. Des députés européens, le monde académique et les représentants de la société civile ont lancé cet appel à l’occasion d’une rencontre organisée à Bruxelles à l’initiative du groupe socialiste, S&D, le 5 mai dernier.

La Commission doit présenter une directive compréhensible et efficace pour lutter contre ce fléau et l’UE doit ratifier la Convention du Conseil de l’Europe. C’est la moindre des choses.

Des députés européens, le monde académique et les représentants de la société civile ont lancé cet appel à l’occasion d’une rencontre organisée à Bruxelles à l’initiative du groupe socialiste, S&D, le 5 mai dernier.

 

A cette occasion il a été rappelé qu’une femme sur cinq est , dans l’Union européenne, victime de violences physiques et une sur dix de violences sexuelles ;. Or il n’exista actuellement aucune législation contraignante, une lacune inacceptable.

 

La porte-parole pour le groupe S&D pour les questions concernant les femmes, Britta Thomsen, a estimé que les propositions de la Commission apportent bien une aide aux victimes de tels crimes, mais dans la réalité ne s’attaquent pas  suffisamment à la violence : « Nous ne pouvons accepter des bribes de législation et mécanismes de coordination. Nous voulons un engagement plus fort de la Commission pour lutter contre la terreur exercée sur les femmes ». Carmen Romero, rapporteur (cf.  Nea Say) attend aussi du Conseil un soutien : « la violence des genres est un problème structurel qui appelle une réponse structurelle . Nous devons agir sur la prévention par le biais de la législation civile, et ne pas seulement travailler sur des coopérations une fois le crime commis ».

 

Nea Say a consacré plusieurs centaines d’articles à la violence à l’égard des femmes http://www.eu-logos.org/eu-logos_nea-say.php?q=violence+femmes&Submit=%3E

 

Rencontre du 5 mai http://www.socialistsanddemocrats.eu/gpes/public/detail.htm?id=135657§ion=GRA&category=CAEV&startpos=6&topicid=-1&request_locale=FR