Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Une information citoyenne au service d'une identité européenne

Les femmes et la direction des entreprises: le Parlement appelle à des quotas . Un appui important donné à la Commission européenne  et à Viviane Reding sa vice présidente.

pdf mise en ligne :10 07 2011 ( NEA say… n° 111 )

NON-DISCRIMINATION > Egalité entre hommes et femmes

   Les femmes devraient représenter 30% des cadres supérieurs dans les plus grandes sociétés européennes cotées en bourse en 2015 et 40% en 2020. Si des mesures volontaires ne parviennent pas à augmenter le nombre de femmes dans les postes de décision, il faudra recourir à une législation de l'UE. Les femmes représentent actuellement 10% des directeurs et seulement 3% des PDG des plus grandes sociétés cotées en bourse de l'UE.

   Les femmes devraient représenter 30% des cadres supérieurs dans les plus grandes sociétés européennes cotées en bourse en 2015 et 40% en 2020. Si des mesures volontaires ne parviennent pas à augmenter le nombre de femmes dans les postes de décision, il faudra recourir à une législation de l'UE. Les femmes représentent actuellement 10% des directeurs et seulement 3% des PDG des plus grandes sociétés cotées en bourse de l'UE.

Dans une résolution non contraignante adoptée ce mercredi, les députés estiment que le nombre de femmes dans les conseils d'administration des entreprises augmentant actuellement de seulement un demi-point de pourcentage par an, il faudra encore cinquante ans avant que les conseils d'administration comportent au moins 40% de femmes. La résolution sur "les femmes et la direction des entreprises" adoptée par 534 voix pour, 109 contre et 29 abstentions, a été rédigée par Rodi Kratsa-Tsagaropoulou (PPE, EL). La vice-présidente du Parlement a déclaré: "L'Europe ne peut se permettre de laisser des talents inexploités : renforcer le rôle des femmes dans les conseils d'administration des entreprises concerne non seulement l'éthique et l'égalité, mais également la croissance économique et un marché intérieur concurrentiel. Avec l'adoption du rapport sur les femmes et la direction des entreprises, le Parlement européen a envoyé un message fort aux gouvernements, aux partenaires sociaux et aux entreprises en Europe".

Une législation contraignante de l'UE pour accroître la représentation féminine dans les postes de haut niveau .C’est ce que les députés demandent à la Commission de "proposer une législation comportant des quotas d'ici 2012 afin d'accroître la représentation des femmes au sein des instances dirigeantes des entreprises pour atteindre 30% en 2015 et 40% d'ici 2020" si des mesures volontaires ne parviennent pas à augmenter la proportion de femmes en conséquence. Le Parlement accueille favorablement les initiatives des États membres tels que la France, l'Espagne et les Pays-Bas qui fixent un seuil de représentativité des femmes au sein des instances dirigeantes à respecter par les entreprises. Mais d'autres entreprises, et non seulement les plus importantes, devraient également avoir une représentation équilibrée entre les sexes et la Commission devrait définir une feuille de route à cette fin.

Les postes de gestion pour les femmes et les hommes qualifiés Le recrutement pour des postes dans les organes de gestion d'entreprise doit être fondé sur les compétences, les qualifications et l'expérience du candidat, indique le Parlement. Des études ont montré qu'une représentation significative des femmes aux postes de direction constitue un véritable outil de performance et de compétitivité économique. Pour permettre à davantage de femmes d'assumer des postes de direction, la Commission et les États membres devraient mettre en œuvre de nouvelles politiques par exemple au moyen de formations spécifiques et continues ainsi que d'autres mesures d'accompagnement professionnel, telles que des programmes de parrainage et de mise en réseau. Parallèlement, les États membres devraient prévoir des dispositions spéciales, comme des garderies, des soins aux personnes âgées et des incitations fiscales pour les entreprises ou d'autres compensations permettant la conciliation de la vie familiale et professionnelle des femmes et des hommes employés par les entreprises.

La Commission européenne a déjà avancé des propositions (cf. Nea say), à cette occasion elle confirme sa position : dans moins d’un an on fera le point et si la situation ne s’améliore pas, elle fera une proposition législative instaurant des quotas.

A la date d’aujourd’hui rappelle Viviane Reding dans un communiqué de presse cinq Etats membres ont introduit des mesures législatives prévoyant des quotas : Espagne, France, Pays-Bas, Belgique et Italie

      -. Texte de la résolution du Parlement européen (FR) http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?pubRef=-//EP//TEXT+TA+P7-TA-2011-0330+0+DOC+XML+V0//FR&language=FR

 (EN) http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?pubRef=-//EP//TEXT+TA+P7-TA-2011-0330+0+DOC+XML+V0//EN

      -. Dossier de Nea say http://www.eu-logos.org/eu-logos_nea-say.php?idr=4&idnl=2123&nea=110&lang=fra&lst=0

       -. Communiqué de presse de Viviane Reding suite au vote de la résolution par le Parlement européen http://europa.eu/rapid/pressReleasesAction.do?reference=MEMO/11/487&format=HTML&aged=0&language=EN&guiLanguage=fr