Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Une information citoyenne au service d'une identité européenne

Le Conseil de l’Europe alerte sur les « féminicides » et se prononce contre la sélection prénatale

pdf mise en ligne :06 10 2011 ( NEA say… n° 113 )

NON-DISCRIMINATION > Egalité entre hommes et femmes

Le déséquilibre garçons-filles ne fait qu’augmenter. Outre certains pays d’Asie,  et sont enjoins de lutter  des pays comme : Albanie, Arménie, Azerbaïdjan et Géorgie. Ils doivent doivent enquêter sur les raisons des sexe-ratios asymétriques à la naissance .

Le déséquilibre garçons-filles ne fait qu’augmenter. Outre certains pays d’Asie,  et sont enjoins de lutter  des pays comme : Albanie, Arménie, Azerbaïdjan et Géorgie. Ils doivent doivent enquêter sur les raisons des sexe-ratios asymétriques à la naissance .

Tout en soulignant que la sélection prénatale en fonction du sexe atteint des « proportions inquiétantes » en Albanie, Arménie, Azerbaïdjan et Géorgie, l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE) a demandé  aux autorités de ces pays « d’enquêter sur les causes et les raisons des sexe-ratios asymétriques à la naissance ».

Face à un sexe-ratio naturel qui est en moyenne de 105 garçons pour 100 filles, ce taux est de 112 garçons pour 100 filles en Albanie, Arménie, Azerbaïdjan et de 111 garçons pour 100 filles, en Géorgie.

Des violences extrêmes sont commises à l’égard des femmes parce que les femmes donnes naissances à des filles. La préférence pour les fils et la discrimination à l’égard des femmes sont tellement répandues dans le monde que des millions de femmes spontanément ou sous pression décident de ne pas donner naissance à des filles. Les statistiques qui figurent dans le rapport de la députée suisse Doris Stump sont éloquentes à cet égard : c’est partout sur la planète qu’il naît plus de garçons que de filles. En Chine la préférence culturelle pour le fils a été accentuée par la politique de l’enfant unique a conduit a un déséquilibre croissant, 113 garçon pour 100 filles après un pic de 120 en 2005. Et plus la famille grandit, plus l’écart s’élargit : 108 pour le premier enfant, 143 pour le deuxième, 156 pour le troisième.

L’Asie n’a pas le monopole de la discrimination :plusieurs pays européen se situent entre 107 et 109 dans les Balkans (Slovénie, Bosnie-Herzégovine,, Monténégro, Kosovo, Macédoine) mais aussi Andorre, Luxembourg, Portugal. Sont particulièrement stigmatisés la Géorgie (11), l’Albanie, l’Arménie, l’Azerbaidjan tous les trois à 112. En Inde, le récent recensement a mis en lumière une diminution du nombre des filles parmi les enfants de moins de 6 ans. En Chine 10% des hommes n’auront pas d’homologue féminine en 2013. Ils devraient être 20% dans ce cas à la fin de la prochaine décennie.

La résolution adoptée, basée sur le rapport de Doris Stump (Suisse, SOC), demande aux autorités de ces pays de « soutenir la formation du personnel médical concernant la sélection prénatale en fonction du sexe et ses conséquences pernicieuses », ainsi que redoubler d’efforts pour « relever le statut des femmes dans la société ». Ces gouvernements devraient collecter des données fiables sur les sex-ratios à la naissance, y compris dans diverses régions d’un même pays.

L’Assemblée a appelé l’ensemble des Etats membres du Conseil de l’Europe « à introduire des mesures législatives en vue d’interdire la sélection du sexe dans le contexte des technologies de procréation assistée et de l’avortement légal, sauf lorsque la prévention d’une maladie héréditaire grave le justifie ». Les parlementaires du Conseil de l’Europe se donnent rendez-vous en en 2015. Et de prendre des mesures législatives pour interdire de telles pratiques. Ils préconisent une palette de mesures pour améliorer le statut des femmes dans la société et former le personnel médical sur les conséquences pernicieuses de la sélection prénatale. La volonté politique peut être payante comme l’a montré le cas de la Corée du Sud : le programme « aimez votre fille » a permis de baisser la ratio et de ramener de 116 à 107 le nombre de garçons pour 100 filles.

      -. Texte de la résolution (FR) http://assembly.coe.int/Mainf.asp?link=/Documents/AdoptedText/ta11/FRES1829.htm

(EN) http://assembly.coe.int/ASP/Doc/ATListingDetails_E.asp?ATID=11358

      -. Texte de la Recommandation (FR) http://assembly.coe.int/Mainf.asp?link=/Documents/AdoptedText/ta11/FREC1979.htm

(EN) http://assembly.coe.int/ASP/Doc/ATListingDetails_E.asp?ATID=11359