Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Une information citoyenne au service d'une identité européenne

Le Billet de Coppelia O.   «Signes particuliers: beaux, européens et pauvres» [8.02.2012].

pdf mise en ligne :20 02 2012 ( NEA say… n° 118 )

CITOYENNETE EUROPEENNE > Perspectives financières

L’Union européenne est en train de lutter: la compétitivité globale, les attaques boursières et les banques en crise,  le vieillissement de la population, la crise économique, le chômage de courte et longue durée, les budgets souverains en rouge, etc, …Tous ces défis mettraient-ils en péril, aujourd’hui, son modèle de prospérité  et de démocratie?  L’UE  serait-elle en train de devenir pauvre? Le coût de la « non-Europe » risquerait de se transformer en «coût de l’Europe » pour chaque citoyen dans l’UE? Autant de questions différentes, y inclus le spectre de la pauvreté et de l’exclusion, nous amènent à réfléchir sur le rôle à jouer par l’UE, nonobstant les  Etats membres…

L’Union européenne est en train de lutter: la compétitivité globale, les attaques boursières et les banques en crise,  le vieillissement de la population, la crise économique, le chômage de courte et longue durée, les budgets souverains en rouge, etc, …Tous ces défis mettraient-ils en péril, aujourd’hui, son modèle de prospérité  et de démocratie?  L’UE  serait-elle en train de devenir pauvre? Le coût de la « non-Europe » risquerait de se transformer en «coût de l’Europe » pour chaque citoyen dans l’UE? Autant de questions différentes, y inclus le spectre de la pauvreté et de l’exclusion, nous amènent à réfléchir sur le rôle à jouer par l’UE, nonobstant les  Etats membres…

 

«Selon l'usage le plus courant, la pauvreté caractérise la situation d'un individu qui ne dispose pas des ressources réputées suffisantes pour vivre dignement dans une société et son contexte.(….)».1

 

Sans prétendre à l’exhaustivité, il y a seulement presque dix ans, cette définition semble  avoir fait l’objet d’analyses approfondies au niveau européen : «(…) 15 % de la population de l’UE était menacée par la pauvreté en 2001, c'est-à-dire qu’elle vivait dans un ménage ayant un «revenu équivalent disponible» (…) inférieur à 60 % du revenu équivalent médian du pays dans lequel elle résidait.(…)». Dans ce contexte,  «le «seuil de risque de pauvreté» a été fixé  «pour chaque pays, à 60 % du revenu équivalent médian national», en mettant donc  l’accent  «sur le risque de pauvreté relatif plutôt qu'absolu: ce risque est donc défini par rapport au niveau général de prospérité de chaque pays et se mesure sur la base d'une valeur centrale de la répartition des revenus (…)»2 .

 

Plus récemment, l’analyse de l’UE a mis de facto en lumière le fait que le problème aurait grandi au fil du temps: «En 2008, 17% de la population de l’UE27 était menacée de pauvreté, ce qui signifie que ses revenus après transferts sociaux se situaient au dessous du seuil de pauvreté. Depuis 2005, le taux de risque de pauvreté dans l’UE27 a été relativement stable, variant entre 16% et 17%. (…)».  L’analyse en cause aurait contribué aussi à préciser qu’«(…)Il est important de noter que le taux de risque de pauvreté est une mesure relative de la pauvreté et que le seuil de pauvreté varie fortement d’un État membre à l’autre. (…)».

 

En effet,  dernièrement,  parmi les 27 Etats membres UE, on a eu, bien sous les yeux, la situation de crise financière de la Grèce, de l’Irlande, du Portugal, de l’Espagne et de l’Italie…cette dernière ayant en plus un désavantage culturel - paraît-il- par rapport à d’autres Pays européens en difficulté:  notamment,  des décideurs soucieux (de manière inexplicable), de s’assurer que les jeunes italiens (mais pourquoi pas les adultes aussi!) ne s'ennuient pas au cas où ils trouveraient un emploi stable! 3 D’ailleurs, en lisant les statistiques européennes on en déduit que l’emploi permanent de certains citoyens dans l’UE  -bien qu’il est très difficile de penser dans ce sens à l’Italie, notamment selon le dernier rapport de l’OECD4-  n’éliminerait pas  les pauvres dans l’UE et n’aurait un impact  positif qu’à condition d’assurer un pouvoir d’achat suffisant pour vivre dignement dan son  propre contexte.  Notamment: «(…)  Le fait d’avoir un emploi réduit sensiblement le risque de pauvreté. En 2008, le taux de risque de pauvreté de la population ayant un emploi était de 8% en moyenne dans l’UE27 (…)».5 Tout cela dit, la Commission européenne nous rappelle par ailleurs que «pour les personnes capables de travailler, trouver un emploi est le moyen le plus sûr de sortir de la pauvreté».6 Donc, un travail stable permettrait en principe de sortir de la pauvreté.

 

En poursuivant l’analyse concernant la situation des nos concitoyens-pauvres dans l’UE, il faut  aller jusqu’à considérer qu’«(…) il est possible de compléter le taux de risque de pauvreté, qui est une mesure relative, par le taux de privation matérielle, qui mesure l'exclusion sociale en termes plus absolus. Le taux de privation matérielle se définit comme l’absence non voulue d’au moins trois éléments matériels parmi neuf (…). L’examen de certains des éléments caractérisant la privation matérielle montre qu’en 2008,  37% de la population de l’UE27 n’avait pas les moyens de s’offrir chaque année une semaine de vacances hors de son domicile, 10% n’avait pas les moyens de chauffer convenablement son domicile, 9% n’avait pas les moyens de s’offrir tous les deux jours un repas composé de viande, de poulet ou de poisson et 9% n’avait pas les moyens de s’offrir une voiture personnelle». 

 

 

Vous voyez comme il est simple de devenir pauvres et exclus! Ce n’est pas si compliqué; heureusement qu’on a pu fêter l’Année européenne contre la pauvreté en 2010 …

 

Blagues à part et à titre indicatif, dans le factsheet  de l’Année européenne de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale on peut lire, entre autre: «La lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale figure parmi les principaux objectifs de l’Union européenne et de ses États membres. En mars 2000, lors du lancement de la stratégie de Lisbonne, les chefs d’État et de gouvernement se sont engagés à donner «un élan décisif à l’élimination de la pauvreté » d’ici à 2010. Malgré les efforts déployés, une part significative de la population européenne vit encore dans le dénuement et n’a pas accès à des services de base comme les soins de santé. Cette situation est en contradiction avec les valeurs communes de l’Union européenne de solidarité et de justice sociale. (…)79 millions de personnes vivent en dessous du seuil de pauvreté (seuil fixé à 60 % du revenu médian de leur pays). Cela représente 16 % de la population européenne .(...). Un Européen sur dix vit au sein d’un ménage où personne ne travaille (…). La pauvreté et l’exclusion portent atteinte non seulement au bien-être des individus, à leur faculté de participer à la vie de la société, mais aussi nuisent au développement économique. (…)». De plus, l’Année européenne 2010 s’est dotée d’un budget d'au moins 26 millions d'euros, dont 17 millions d’euros provenant de l'Union européenne et vise, parmi ses objectifs, à: «reconnaître le droit fondamental des personnes en situation de pauvreté et d’exclusion sociale à vivre dans la dignité et à prendre une part active dans la société».7 Entretemps, Eurostat nous affiche un nouveau taux de 23.4% de la population de l’UE27 (115 Mio de personnes)  à risque de pauvreté et d’exclusion sociale en 2010! 8 En une décennie,  le pourcentage de la population menacée de vivre en-dessous de pauvreté dans la UE  n'a pas cesser d'augmenter.

 

Chers concitoyens-pauvres européens, en tout cas, pas de craintes: si jamais les statistiques et les contributions financières de l'UE ne seraient pas suffisantes à résoudre le problème, on aura toujours nos ambassadeurs!9 

 

Last but not least, face au self-control de certains décideurs nationaux, l’UE semble avoir décidé d’épater ses citoyens les plus démunis en rappelant que la lutte contre la pauvreté est placée au cœur de la nouvelle  stratégie « Europe 2020 » et,  pour être plus précis, que: «The Council of the European Union: Recalling that the European Union is founded on universal values of human dignity, freedom, equality and solidarity, the Council singles out the fight against poverty and social exclusion as a priority for the Union (…). The recognition of the fundamental human right for all women, men and children to live in  dignity is at the heart of the EU commitment to social inclusion. Everybody should be given effective access to social, economic and cultural rights.(...)».10 A ce propos, il convient de souligner que l’adhésion de l’UE à la Convention  européenne des droits de l’homme (CEDH) devrait garantir aux citoyens européens une tutelle renforcée de tels droits de dignité fondamentaux, déjà promus d’ailleurs par la Charte des droits fondamentaux de l’UE.

 

En fin, l’UE a lancé, pour ses pauvres de tous les âges et nationalités, «la mise en place d’une plateforme européenne contre la pauvreté et l’exclusion sociale»  (alias, European Platform against Poverty), visant à «susciter l’engagement commun des États membres, des institutions européennes et des principales parties intéressées en faveur de la lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale. Étant donné que la prochaine décennie sera probablement en grande partie marquée par la réduction des budgets publics, il s’agira d’optimiser l’utilisation des ressources et de développer la confiance en trouvant de nouvelles formes participatives  pour lutter contre la pauvreté (…)».11 Comment concilier tout cela?

 

A l’heure actuelle, des nouveaux signes d’inquiétude se manifestent  dans l’UE et leur cohérence ressort de données publiés par Eurostat (l’office statistique de l’UE): en Décembre 2011, la zone Euro (EA17)  présentait un taux de chômage de 10.4% et l’UE27 un taux de 9,9%.  En effet, à cette époque, étaient au chômage 23.816 millions d’hommes et femmes dans la UE27, dont 16.469 millions situés dans la zone Euro (EA17). Comparé à 2010, les dernières augmentations de chômage les plus importantes auraient été  enregistrées en Grèce (de 13.9% à 19.2% entre Octobre 2010 et Octobre 2011), à Chypre (de 6.1% à 9.3%) et en Espagne (de 20.4% à 22.9%).  Toujours en Décembre 2011, 5.493 millions de jeunes (en dessous de 25 ans) étaient au chômage dans l’UE27, dont 3.290 millions situés dans la zone Euro (EA 17). Comparé avec Décembre 2010, le chômage des jeunes aurait augmenté de 241.000 unités dans l’UE27 et de 113.000 dans la zone Euro(EA17), avec un taux de 22.1% dans l’UE27 et de 21.3% dans la zone Euro(EA17). En dehors de l’UE, en Décembre 2011, le taux de chômage aux Etats Unis était de 8.5%, tandis qu’au Japon, en Novembre 2011, il était de 4.5%.12

 

Très bien, quelle satisfaction de pouvoir comparer toutes ces données  «savantes»! Mais  comment résoudre le problème? Actuellement, l’UE aurait 23 Etats membres en violation des critères de Maastricht et, donc, passibles en principe de sanctions au sein de la «Procédure de Déficit Excessif».13

 

Face à ces déficits publiques excessifs, certains décideurs parlent de réformer le marché du travail et  la politique sociale…Mais de quelle manière?  Par rapport au PIB, ou bien par rapport à la dette  publique? Sur base du pourcentage de chômeurs officiels? Ou en proportion de l’âge des travailleurs confirmés? Par le biais de l’imposition  ou l’incitation fiscales?  Ou plutôt un mix de tout, ou bien d’autre formule?…Ou bien ceci n’est pas le seul problème!  Il faudra aussi s’efforcer de payer convenablement les gens qui auront la chance de  travailler, après tout!... N’est ce pas? Si non,  qui donc aura  assai d’argent pour acheter les merveilleux produits du glorieux marché unique,  dont  l’économie et la devise doivent rester -pouvez-vous devinez-  stables?

 

Au secours! Le risque  ne serait-il peut-être de «méconnaître» le droit fondamental des citoyens européens d’obtenir un emploi bien rémunéré «tout-au- long- de-la-vie» -pour utiliser une phrase bien aimée par la Commission européenne!- faute à devoir admettre le manque d’une véritable garantie de travail et de revenus adéquats dans l’UE?  Quelle question difficile, «quelle monotonie!» diraient éventuellement certains décideurs nationaux, bien placés au chaud dans leurs vétustes fauteuils depuis des siècles!

 

Néanmoins, la stabilité parait être un des facteurs nécessaires pour la croissance dans l’UE, et les besoins matériaux (et psychologiques) des hommes et de femmes européens sont bien  toujours les mêmes  depuis l’homme de Neandertal  et, donc, stables et monotones par définition!... Par chance, d’autres personnes plus imaginatives, soucieuses peut-être aussi de sauvegarder un niveau de représentation légitime et démocratique dans l’UE,  semblent penser qu’une des améliorations possibles pourrait être celle de destiner le FSE (Fond Social Européen) à la lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale.14 Mais les propositions de la Commission européenne sembleraient plus modestes, en recommandant de dédier au moins 20% de la dotation nationale à la lutte contre la pauvreté. Un autre obstacle semblerait aussi concerner la complexité de certaines procédures de mobilisation du FSE. Par souci d’exhaustivité, on ne pourrait pas oublier non plus la récente proposition de la Commission Barroso concernant l’allocation dans certains Pays de l’UE des fonds structurels européens pas encore alloués, pour soutenir les PMEs et lutter contre le chômage des jeunes.15 

 

A coté  des dites nouvelles propositions,  il faudra bien rappeler ici, aussi, pour les Etats membres en difficulté, et sous  stricte condition de ratification et mise en œuvre du récent traité de discipline budgétaire UE dit «fiscal compact»16  -en faveur  seulement de ceux qui seront capables de payer les impôts?- : l’accès au  fond dit European Stability Mechanism (ESM). Ce fond permanent de sauvetage crée par les 17 Etats membres de la zone Euro devrait devenir opérationnel à partir de juillet 2012 et remplacer le fond temporaire European Financial Stability Facility (EFSF), ainsi que l’European Financial Stabilisation Mechanism (EFSM).  En outre, parmi les différentes mesures sont aussi à tenir en compte: l’annoncée augmentation des ressources du FMI ; les inéluctables conditions ad personam indiquées par la Commission et la BCE, lors de l’octroi du soutien financier à tout Etat membre en crise budgétaire; les nouvelles règles du «six-pack» de Décembre 2011, les sanctions pour  le non respect des pactes et le futur contrôle de la Cour de Justice sur l’application du nouveau traité intergouvernemental, etc. Dans ce contexte si ambitieux et controversé, serait-il réaliste de croire que les Etats membres seront en mesure de s’assurer et de l’accès aux fonds et de la cohérence du système national, sans faire de milliers de «victimes»?…L’actuelle «question Grecque» pourrait nous amener à nous en douter. 

 

Chers concitoyens européens,  restons néanmoins optimistes! On n’a pas de choix. Si comme  chômeurs ou exclus on ne gagnera pas au « lotto » financier de l’UE - et c’est sûr!- on pourra toujours se contenter d’affirmer que nous sommes, comme le disait un film de Dino Risi en 1956:  «pauvres mais beaux»!

 

 

1 Wikipedia http://fr.wikipedia.org/wiki/Pauvret%C3%A9

 

2 Statistiques en bref – Eurostat 16/2004 Population et conditions sociales, Auteurs Ian Dennis, Anne-Catherine Guio,  Pauvreté et exclusion sociale dans  l’UE, Communautés européenne s 2004 : http://epp.eurostat.ec.europa.eu/cache/ITY_OFFPUB/KS-NK-04-016/FR/KS-NK-04-016-FR.PDF

 

3 Voir, interview  à  M.  Mario Monti : « Il posto fisso tutta la vita che monotonia » - Matrix ,  sur  youtube: http://www.youtube.com/watch?v=MvIVBSx_S40&feature=related ; voir,aussi La Stampa.it , 7/2/2012 “Posto fisso monotono?”: http://www.lastampa.it/_web/cmstp/tmplrubriche/giornalisti/grubrica.asp?ID_blog=242&ID_articolo=5424&ID_sezione=524 ; voir, aussi Politica.excite.it, 2/02/2012 Monti a Matrix: "Che monotonia il posto fisso":  http://politica.excite.it/monti-a-matrix-che-monotonia-il-posto-fisso-N120196.html

4 OECD “Employment Outlook 2011 – How does ITALY compare?”:   http://www.oecd.org/dataoecd/8/42/48683274. pdf 

 

 

 

5 Eurostat – Communiqué de Presse 10/2010- 18 janvier 2010, Condition de vie en 2008 – « Dans la UE 17% de la population est menacée de  pauvreté – Risque de pauvreté plus élevé chez les enfants et les personnes âgées », Commission européenne : http://epp.eurostat.ec.europa.eu/cache/ITY_PUBLIC/3-18012010-AP/FR/3-18012010-AP-FR.PDF

6 Voir plus en bas, note 11. [ COM (2010) 758] .

7Cf . le site de l’Année européenne de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale, Commission européenne – Emploi, affaires sociales et inclusion, sur:  http://ec.europa.eu/employment_social/2010againstpoverty/index_fr.htm ; http://ec.europa.eu/employment_social/2010againstpoverty/extranet/About_the_Year/factsheet_ye2010_fr.pdf

8Europa Communiqués de presse Rapid, Eurostat  newsrelease, Référence: STAT/12/21, Date:  08/02/2012,  “At  risk of poverty or social exclusion in the EU27 In 2010, 23% of the population were at risk of poverty or social exclusion …and 27% of children aged less than 18”:

http://europa.eu/rapid/pressReleasesAction.do?reference=STAT/12/21&format=HTML&aged=0&language=EN&guiLanguage=fr

 

9[Pour ceux qui seraient éventuellement curieux de connaître leurs Ambassadeurs de  l’Année européenne de lutte contre leur  pauvreté et  leur exclusion sociale : http://ec.europa.eu/employment_social/2010againstpoverty/ambassadors/index_fr.htm

10 Council Declaration on The European Year for Combating Poverty and Social Exclusion: Working together to fight poverty in 2010 and beyond, 3053rd Employment, Social Policy Health and Consumer  Affairs Council meeting, Brussels 6 December 2010:   http://www.consilium.europa.eu/uedocs/cms_data/docs/pressdata/en/lsa/118250.pdf

 

11 « En 2008, l’Union comptait plus de 80 millions de personnes vivant au-dessous du seuil de pauvreté, ce qui représente davantage que la population de notre plus grand État membre ou encore 16,5 % de notre population. Nettement plus de la moitié des personnes concernées sont des femmes, vingt millions sont des enfants. Cette situation s’est naturellement aggravée avec la crise économique… ». Voir, la Communication  de la Commission au Parlement européen, au Conseil, au Comité économique et social européen et au Comité des régions -  Plateforme européenne contre la pauvreté et l’exclusion sociale: un cadre européen pour la cohésion sociale et territoriale, COM (2010) 758 final Bruxelles, le 16.12.2010 : http://ec.europa.eu/social/main.jsp?langId=en&catId=961; Europa Press release Rapid

L’Union européenne place la lutte contre la pauvreté au cœur de sa stratégie pour l’emploi et la croissance - Référence:  IP/10/1729    Date:  16/12/2010 : http://europa.eu/rapid/pressReleasesAction.do?reference=IP/10/1729&format=HTML&aged=0&language=FR&guiLanguage=en

12Eurostat News releases Euroindicators 16/2012 – 31 January 2012, December 2011,  Euro area unemployment rate at 10.4% - EU27 at 9.9%, Commission européenne:

  http://epp.eurostat.ec.europa.eu/cache/ITY_PUBLIC/3-31012012-AP/EN/3-31012012-AP-EN.PDF

13 Europa Press release Rapid, SPEECH/12/62, Date:  02/02/2012, Olli Rehn Vice-President of the European Commission and member of the Commission responsible for Economic and Monetary Affairs and the Euro, A new stability culture in Europe Europe House Lecture The Hague, 2 February 2012: http://europa.eu/rapid/pressReleasesAction.do?reference=SPEECH/12/62&format=HTML&aged=0&language=EN&guiLanguage=fr

 

14 Voir le Rapport de MM. Les députés Michel Heinrich et Régis Juanico, déposé le 15 décembre 2011  à l’Assemblée Nationale de la République Française : http://www.assemblee-nationale.fr/13/rap-info/i4098.asp; Voir, aussi «Le FSE doit servir à lutter contre la pauvreté, suggère un rapport », EurActiv.fr , 03.02.2012 :  « L'une des recommandations importante du rapport consiste à "redéployer le FSE quasiment exclusivement [pour atteindre les objectifs de] la stratégie Europe 2020 de lutte contre pauvreté et exclusion, explique Michel Heinrich. Lutter contre la pauvreté c'est faciliter le retour à l'emploi. Il faut donc mettre le paquet sur le chômage de longue durée".» : http://www.euractiv.fr/fse-servir-lutter-pauvrete-suggere-rapport-article

 

15Cf. Déclarations des Membres du Conseil Européen du 30 Janvier 2012 : http://www.consilium.europa.eu/uedocs/cms_data/docs/pressdata/fr/ec/127600.pdf; V. aussi,  Euroactive.it et .fr: “Crescita: dalla Commissione 8 miliardi a lavoro e PMI, 01 febbraio 2012: http://www.euractiv.it/it/news/politiche-regionali/4805-crescita-dalla-commissione-otto-miliardi-a-lavoro-e-pmi.html ; http://www.euractiv.fr/jose-manuel-barroso-presente-initiative-emploi-jeunes-article

 

16 European Council: http://www.european-council.europa.eu/home-page/highlights/the-fiscal-compact-ready-to-be-signed-(2)?lang=en; http://www.european-council.europa.eu/home-page/highlights/european-council-concludes-discussion-on-the-new-fiscal-compact?lang=ga ; RTBF.be:Info,“Conseil européen: plus de discipline budgétaire à 25, la Tchéquie s'exonère », Mis à jour le lundi 30 janvier 2012 à 23h48 :  http://www.rtbf.be/info/monde/detail_le-traite-de-discipline-budgetaire-adopte-par-25-pays-europeens?id=7485713;  Europa press releases, Memo/11/898, EU Economic governance "Six-Pack" enters into force, Brussels, 12 December 2011: http://europa.eu/rapid/pressReleasesAction.do?reference=MEMO/11/898