Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Une information citoyenne au service d'une identité européenne

Racismes et discriminations raciales : la crise les alimente, constate le réseau ENAR

pdf mise en ligne :26 03 2012 ( NEA say… n° 120 )

NON-DISCRIMINATION > Protection des minorités

Le racisme et les discriminations raciales restent toujours répandus en Europe, ils sont même exacerbés par la crise économique Ils touchent de manière disproportionne les migrants, les minorités ethniques indique le Réseau européen contre le racisme (ENAR) à l’occasion de la publication de deux rapports le 21 mars dernier.

Le racisme et les discriminations raciales restent toujours répandus en Europe, ils sont même exacerbés par la crise économique Ils touchent de manière disproportionne les migrants, les minorités ethniques indique le Réseau européen contre le racisme (ENAR) à l’occasion de la publication de deux rapports le 21 mars dernier.

 

Ces rapports ont été publiés lors de la Journée internationale contre les discriminations raciales. Il note, sans surprise dit-il, que la crise a renforcé le sentiment de peur parmi le grand public incitant ainsi aux comportements racistes et provoquant également des restrictions budgétaires dans les activités de lutte contre le racisme. Le réseau ENAR a observé entre 2010 et 2011 une augmentation généralisée du chômage affectant surtout les minorités ethniques. En Espagne les taux de chômage les plus élevés concernaient surtout les migrants originaires du Maroc ou d’Afrique subsaharienne, avec des taux approchant les 50% .Les violences racistes ont, elles, été surtout observées au Royaume-Uni, en Hongrie,, en Grèce, au Danemark ou en Pologne. Dans ces pays les partis d’extrême droite connaissent d’ailleurs un succès grandissant, comme le Jobbik hongrois qui a pris pour cible les Roms.

 

Les Roms mais aussi et surtout les populations originaires d’Afrique subsaharienne constituent les populations les plus vulnérables au racisme en Europe. Tout comme certaines communautés religieuses, telles que les musulmans confrontés de plus en plus à l’islamophobie qui est elle-même alimentée par des discours populistes des dirigeants politiques et de certains médias.. Ce dernier phénomène est particulièrement perceptible au Danemark, en Allemagne,, en Suède ou en Espagne. Selon le rapport de ENAR, les communautés juives sont davantage confrontées à des attitudes antisémites en Irlande,En Espagne, en Pologne ou aux Pays-Bas.

 

D’une manière générale indique ENAR, ces attitudes et comportements racistes trouvent leurs effets dans l’accès à l’emploi, au logement, à l’éducation ou aux services de santé. Les migrants et minorités ethniques sont aussi plus souvent confrontés aux services de police que les autres ressortissants nationaux et également plus souvent soumis aux brutalités policières. Sur ce dernier point, ENAR s’inquiète de la surreprésentation des minorités ethnique dans la population carcérale européenne. En république Tchèque, 30% de cette population est d’origine Rom, alors que les Roms ne représentent que 2% de la population totale.

 

Dans un autre rapport ENAR a étudié le succès grandissant des partis d’extrême droite en Europe, parmi les quels le parti des Vrais Finlandais, ou le parti des Libertés néerlandais (PVV), voire leur institutionnalisation comme en France. Le rapport analyse les clés de leurs discours : hostilité à l’immigration, à l’Islam, antisémitisme et discours anti-Rom mais aussi souligne ENAR, hostilité envers l’Europe. Leurs postures anti-euro et anti- Europe deviennent même prépondérantes dans ces différents partis et pourraient m^me, estime ENAR, contribuer à elles seules au succès de ces parties, dans le future. Bien que les Etats membres de l’UE aient transposées les Directives relatives à l’égalité, peu d’actions juridiques ont vu le jour et les dispositions ne sont souvent pas appliquées dans les faits. Dans la plupart des pays européens, on note fait remarquer ENAR, des politiques migratoires plus restrictives, les pays cherchent à garder leur propre contrôle sur leurs frontières, mais aussi sur les personnes qui cherchent à y résider légalement. Bref, un phénomène inquiétant. Que cette extrême droite qui semble gagner en popularité.

 

Mais il convient de faire remarque, notamment à ceux qui sont tentés d’emprunter une partie de leur discours pour gagner de voix que l’extrême droite ne propose aucune solution aux problèmes engendrés par la crise. Les partis d’extrême droite ne proposent pas d’alternative positive si non dire qu’un immigré a ‘volé’ son travail. Elle se veut démocratique, l’incarnation d’opinion venant de la base de la population, mais ne supporte pas les divergences d’opinion et prône « l’ordre ». Il convient donc a conclu Enar de développer le dialogue interculturel qui reconnaît la réalité de la diversité culturelle et le besoin d’égalité, mais également d’adhésion à des normes universelles. « Les idéologies d’extrême droite constituent un danger pour la société toute entière, et pas seulement pour les minorités »

 

      -. Rapport : les partis d’extrême droite et leurs discours en Europe http://www.enar-eu.org/Page_Generale.asp?DocID=15845&langue=FR

     

      -. Rapport : le racisme et les discriminations toujours omniprésents en Europe dans un contexte de crise économique http://cms.horus.be/files/99935/MediaArchive/publications/shadow%20report%202010-11/shadowReport_FR_finalLR.pdf