Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Une information citoyenne au service d'une identité européenne

Femmes : égalité beaucoup reste à faire. Trois secteurs sensibles : emploi, salaires et responsabilités, violence.

pdf mise en ligne :24 04 2012 ( NEA say… n° 121 )

NON-DISCRIMINATION > Egalité entre hommes et femmes

La Commission européenne vient de publier son rapport (16 avril). Une tendance se dessine nettement : il faut plus de femmes sur le marché du travail, à salaire égal avec ceux des hommes et leur assurer autant de chances d’obtenir une fonction à hautes responsabilités dans les entreprises. L’Union européenne ne pourra atteindre ses objectifs économiques qu’en utilisant pleinement toutes les ressources humaines dont elle dispose et en premier celles que représentent les femmes.

La Commission européenne vient de publier son rapport (16 avril). Une tendance se dessine nettement : il faut plus de femmes sur le marché du travail, à salaire égal avec ceux des hommes et leur assurer autant de chances d’obtenir une fonction à hautes responsabilités dans les entreprises. L’Union européenne ne pourra atteindre ses objectifs économiques qu’en utilisant pleinement toutes les ressources humaines dont elle dispose et en premier celles que représentent les femmes.

 

 

Progresser en matière d'égalité des sexes c'est avancer vers la croissance économique, selon un rapport de la Commission européenne .En ce qui concerne l'augmentation du nombre de femmes aux postes de direction des entreprises et la réduction de l'écart salarial entre les sexes, il reste d'importants défis à relever. Les pays de l'Union européenne doivent intégrer davantage de femmes sur le marché de l'emploi s'ils veulent atteindre l'objectif global – fixé par l'UE - de 75 % du taux d'emploi pour tous les adultes d'ici 2020. Une des manières d'améliorer la compétitivité de l'Europe est d'obtenir un meilleur équilibre entre hommes et femmes aux postes économiques à responsabilités. Des études ont montré que la mixité est avantageuse et que les entreprises comptant un pourcentage de femmes plus élevé dans les conseils d'administration obtiennent de meilleurs résultats que celles dont les conseils d'administration sont exclusivement masculins.

 

Sur le marché de l'emploi, le taux d'occupation des femmes est de 62,1%, contre 75,1% pour les hommes, ce qui signifie que l'UE ne peut atteindre le taux global d'emploi de 75% d'Europe 2020 que par un engagement fort en faveur de l'égalité entre les sexes. Dans le cadre de la stratégie 2020, la Commission a souligné la nécessité de promouvoir un meilleur équilibre entre le travail et la vie privée, notamment au moyen d'un dispositif approprié d'accueil de l'enfance, d'un meilleur accès aux formules souples de travail, et en veillant à ce que les systèmes de prélèvements et de prestations ne pénalisent pas les deuxièmes revenus des ménages (IP/11/685). Ces mesures peuvent contribuer à augmenter le nombre de femmes entrant et restant sur le marché de l'emploi.

 

Les inégalités salariales entre hommes et femmes ont légèrement diminué dans l'UE. En moyenne, les femmes gagnent 16,4 % de moins que les hommes pour chaque heure travaillée. Ces inégalités salariales résultent de facteurs multiples, tels que le cloisonnement du marché de l'emploi et les différences dans les choix éducatifs. La deuxième journée de l'égalité salariale a mis ce problème en évidence et avancé de possibles solutions. Les timides progrès vers une réduction des inégalités au sein des conseils d'administration des entreprises ont poussé la Commission à entreprendre une consultation publique sur les mesures pouvant être prises au niveau de l'UE pour résoudre ce problème qui est susceptible de retarder l'innovation et la croissance en Europe.

 

Enfin, la Commission a fait un pas important vers la suppression de la violence fondée sur le sexe en proposant un train de mesures visant à renforcer les droits des victimes de la criminalité . Parmi ces mesures, certaines visent spécifiquement à aider les femmes victimes de violences domestiques.

 

Rappel historique

 

La mise en œuvre d’une égalité accrue dans le processus décisionnel est l’un des objectifs de la Charte des femmes (voir IP IP/10/237), que le président José Manuel Barroso et la vice-présidente Viviane Reding ont lancée en mars 2010. La Commission a donné suite à ces engagements en adoptant, en septembre 2010, la stratégie pour l’égalité entre les femmes et les hommes pour les cinq prochaines années (voir IP/10/1149 et MEMO/10/430), qui envisage des initiatives ciblées pour renforcer la participation des femmes au plus haut niveau du processus décisionnel économique. La stratégie désigne une série d'actions dans quatre nouveaux domaines outre l'égalité en matière de prise de décision: égalité d'indépendance économique; égalité de rémunération pour un travail de même valeur; dignité, intégrité et fin des violences fondées sur le sexe; et égalité entre les femmes et les hommes dans les politiques extérieures. (cf. Nea say)

 

Pour en savoir plus

      -.Site de la Commission européenne sur l’égalité entre les femmes et les hommes

 http://ec.europa.eu/justice/gender-equality

 

      -.Clip vidéo – Écart de rémunération entre les femmes et les hommes:

 http://ec.europa.eu/justice/gender-equality/gender-pay-gap

 

      -. Texte du rapport annuel  (EN) http://ec.europa.eu/justice/gender-equality/files/swd2012-85-gendereq_en.pdf