Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Une information citoyenne au service d'une identité européenne

La lutte contre le terrorisme à nouveau à l'ordre du jour de l'Union européenne : Conseil et Parlement européen.

pdf mise en ligne :10 05 2012 ( NEA say… n° 122 )

COOPERATION POLICIERE ET JUDICIAIRE > Lutte contre le terrorisme

Le directeur de Europol, Rob Wainwrigh, présente au Parlement européen, commission des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures, son rapport : «  EU Terrorism Situation and Trend report (TE-SAT) 2012 ». Le dernier Conseil Jai a inscrit le point à son ordre du jour.

Le directeur de Europol, Rob Wainwrigh, présente au Parlement européen, commission des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures, son rapport : «  EU Terrorism Situation and Trend report (TE-SAT) 2012 ». Le dernier Conseil Jai a inscrit le point à son ordre du jour

 

Rob Wainwright – directeur d'EUROPOL-  a indiqué à la Commission Libe les tendances sur la situation du terrorisme dans l'Union européenne. Le rapport montre que la situation en Europe est très diversifiée. Le terrorisme n'est jamais statique, il évolue et est influencé par les changements socio-économiques. Les organisations terroristes ont à la fois des financements légaux (par le biais des sympathisants) et illégaux (extorsion de fonds par exemple).

 

Mr Wainwright a, notamment, souligné qu'Internet demeure le facteur ayant connu le développement le plus récent et les plus significatif en matière de terrorisme. Internet facilite, en effet, le recrutement, la planification et l'organisation d'attaques électroniques contre les systèmes d'information des Etats membres de la part des organisations extrémistes. A ce titre, Mr Wainwright précisait aussi que les contrôles se multiplient de plus en plus dans ce domaine en Europe, sans que celle-ci n'ait eu à enregistrer d'importantes  cyber-attaques sur son territoire. Si Internet représente un véritable défi pour les décideurs politiques européens, cela reste avant tout par son caractère spontané difficile à prévenir. La situation reste donc, selon lui, préoccupante car  Internet permet à  chaque utilisateur d'être en mesure de créer de réels troubles socio-économiques, sans que l'on ait les moyens de pouvoir appréhender le délinquant. Et en fait, ce qui se répand, selon le rapport de tendance, c'est l'implication des individus dans des activités terroristes, pas nécessairement liés au terrorisme religieux de type islamiste. Comme ce fut le cas Breivik qui, en Juillet 22 2011, a tué huit personnes par un engin explosif improvisé. L'utilisation de dispositifs improvisés est un sujet de préoccupation croissant car, dans l'UE, il est possible d'obtenir légalement les produits chimiques. C'est une des raisons pour laquelle le Conseil des ministres a inscrit ce point à l'ordre du jour de sa dernière réunion.(cf.infra)

 

Le rapport de tendance indique également qu'il existe de multiples formes de terrorisme. L'une d'entre-elle liée au caractère religieux permet d'accréditer l'hypothèse d'une présence d'extrémistes inspirés ou exploités par Al-Qaïda sur Internet. De ce point de vue, la mort d'Osama bin Laden n'a pas eu un impact significatif sur le danger du mouvement lié à Al-Qaïda. Malgré tout, les nombreux appels à l'intifada et aux actions terroristes en tout genre sont restés sans réponse, puisqu'en 2011, aucune attaque liée à un mouvement religieux n'a été enregistrée sur le sol européen.

 

S'agissant des actes d'extrémisme lié au séparatisme régionaux tel que l'ETA et le PKK, on observe   une diminution des actes violents de ces organisations, mais la méfiance reste de mise tant qu'aucun démantèlement n'aura été constaté. En outre, que ce soit en Espagne (Barcelone), en Allemagne et en Norvège, les nombreuses actions perpétrées par les militants d'extrême droite demandent d'agir avec la plus grande prudence. Le directeur d'Europol a, en effet, insisté sur le fait que cette propagation de la violence dans les droites européennes ne doit pas être sous-estimée".

 

La question du terrorisme a, également, été portée à l'attention du Conseil des ministres,

lors de sa réunion des 26 et 27 Avril. Les conclusions auxquelles le Conseil est parvenu

accréditent l'idée que le problème du terrorisme concerne l'ensemble de l'Europe et que

toute tentative visant à lutter contre ce problème sera inutile si elle est réalisée sans

la coopération de l'ensemble des Etats membres.

 

Sur des notions telles que la radicalisation et le désengagement du terrorisme, le

Conseil a invité la Commission à encourager une plus grande collaboration entre les Etats

afin d'obtenir un échange d'informations cohérent, y compris avec les pays tiers.

à cette même fin,  déjà en Septembre, la Commission  avait lancé EU Radicalisation Awareness Network( cf. Nea say)qui permettra un échange d'expériences entre les différents pays, afin de trouver les meilleures solutions pour  lutter contre l'extrémisme. Sur l'importance de ce Network,  Cecilia Malmstrm  – Commissaire européen  aux Affaires intérieures-  s'est exprimée lors de la conférence qui s'est tenue le 8 mai 2012 sur Tackling Extremism : de-redicalisationand disengagement. « The problems of terrorism and radicalisation tend to be international, but the solutions are often local » a-t-elle dit. Cecilia  Malmstrom a appelé tous les pays à s'impliquer dans la question, même ceux qui ne sont pas directement touchés.

 

Les conclusions du Conseil appellent également les Etats membres à agir le plus tôt possible afin de dissuader la violence et accorder une attention particulière à l'intervention contre les

individus. Le but recherché ici, est aussi d'éviter une aggravation de la radicalisation dans

la période d'emprisonnement et notamment de faire en sorte que la réinsertionndasns la société ne soit rendue plus compliquée. Il faut donc agir par le biais de stratégies conjointes entre les agents publics et privés, mais également en favorisant la coopération entre les autorités nationales, régionales et locales.

 

La session a également été le l'occasion d'un débat intense - sur la base des documents

présentés par la présidence danoise – en ce qui concerne la réglementation de la

commercialisation et l'utilisation des explosifs. Ce sujet est primordial, compte tenu de

la facilité d'accès de ces produits dangereux, Mr. Wainwright a, d'ailleurs, témoigné en

ce sens dans le trend-report. Toutefois, la proposition – dont le premier projet était l'ordre du jour en  Septembre 2010 - prévoit certaines exceptions importantes notamment pour tout ce qui concerne les systèmes d'enregistrement."

 

 

Ludovica Ciriello (Università Degli Studi Di Napoli, Federico II)

 

Pour en savoir plus :

        -. Communiqué de presse de Cecilia Malmström http://europa.eu/rapid/pressReleasesAction.do?reference=SPEECH/12/336&format=HTML&aged=0&language=EN&guiLanguage=fr

 

       -.Rapport de Europol  https://www.europol.europa.eu/sites/default/files/publications/europoltsat.pdf

 

       -. Documents du Conseil :

http://register.consilium.europa.eu/pdf/en/12/st08/st08922.en12.pdf

 

http://register.consilium.europa.eu/pdf/en/10/st14/st14376.en10.pdf

 

http://register.consilium.europa.eu/pdf/en/12/st08/st08624.en12.pdf