Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Une information citoyenne au service d'une identité européenne

Europe et migration: les Nations-Unies se saisissent du problème européen des migrations.Un expert de l'ONU (François Crépeau) entame un an d'étude sur les droits des migrants dans la région euro-méditerranéenne.

pdf mise en ligne :14 05 2012 ( NEA say… n° 122 )

IMMIGRATION > Conditions d'accueil des réfugiés

 Le Rapporteur spécial des Nations Unies sur les droits de l'homme des migrants, François Crépeau, va entreprendre une étude complète d'un an afin d'examiner les droits des migrants dans la région euro-méditerranéenne, en se concentrant en particulier sur la gestion des frontières extérieures de l'Union européenne. « Combiné avec le développement de l'Accord de Schengen et le discours politique fort autour de la migration en Europe, le but de cette étude est d'examiner ces mécanismes et ces approches du point de vue des droits de l'homme, en regardant l'impact de l'évolution des politiques prises à Bruxelles sur ces migrants qui se trouvent à la frontière », a déclaré François  Crépeau dans un communiqué de presse.

 Le Rapporteur spécial des Nations Unies sur les droits de l'homme des migrants, François Crépeau, va entreprendre une étude complète d'un an afin d'examiner les droits des migrants dans la région euro-méditerranéenne, en se concentrant en particulier sur la gestion des frontières extérieures de l'Union européenne. « Combiné avec le développement de l'Accord de Schengen et le discours politique fort autour de la migration en Europe, le but de cette étude est d'examiner ces mécanismes et ces approches du point de vue des droits de l'homme, en regardant l'impact de l'évolution des politiques prises à Bruxelles sur ces migrants qui se trouvent à la frontière », a déclaré François Crépeau dans un communiqué de presse.

 

L'étude comprendra un examen des directives de l'UE et les politiques nationales mises en place concernant les régimes des visas et le contrôle des frontières. Elle évaluera également les politiques et pratiques de gestion, les pratiques d'interception, y compris sur terre et sur mer, les régimes de détention et leurs conditions, les retours et les réadmissions. « Bien que la migration vers et depuis la région européenne ne soit pas un phénomène nouveau, la région a connu une forte augmentation des mouvements migratoires depuis les années 1990 », a noté l'expert indépendant, réitérant ainsi son appel à la communauté internationale afin «d'adopter un discours nouveau et équilibré sur la migration, basé sur l'égalité des droits, la non-discrimination et la dignité, ainsi que sur la réalité ».

 

Le Rapporteur spécial s’est rendu à Bruxelles du 7 au 9 mai 2012, pour la première étape de son projet d'une année, au cours de laquelle il envisage de visiter deux pays de transit clés, la Turquie et la Tunisie, ainsi que deux des principaux points d'entrée dans l'UE, la Grèce et l'Italie. Au cours de sa mission de trois jours dans la capitale européenne, Mr. Crépeau s’est réuni avec plusieurs fonctionnaires de l'UE afin de discuter des diverses politiques, agences et lois impliquées dans la gestion des frontières extérieures de l'U.E., en particulier en se concentrant sur la région euro-méditerranéenne. Il s'est entretenu également avec des organisations de la société civile.

 

Dans chacun des pays, l'envoyé du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies demandera à visiter des centres d'accueil, des abris et autres logements pour les migrants, ainsi que des postes frontaliers. Il s'entretiendra également avec les autorités nationales compétentes chargées du contrôle des frontières et de la migration, ainsi qu'avec des organisations de la société civile. Le projet lancé par le Rapporteur spécial des Nations Unies sur les droits de l'homme des migrants sera finalisé par un rapport thématique qui sera présenté au Conseil des droits de l'homme des Nations Unies en juin 2013.