Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Une information citoyenne au service d'une identité européenne

Gestion des flux migratoires européens et changements démographiques

pdf mise en ligne :29 07 2006 ( NEA say… n° 18 )

COOPERATION JUDICIAIRE PENALE > Ordonnance d'exécution européenne

Relever ensemble le défi démographique, tel était l'enjeu identifié et la question lancée par la Commission européenne dans un récent débat d’orientation. En mars 2005, la Commission européenne a pris l’initiative d’un livre vert "Face aux changements démographiques, une nouvelle solidarité entre générations", lançant ainsi un vaste débat sur les réponses qui devraient être apportées face à une profonde transformation de la structure démographique de l’Union européenne au cours des prochaines décennies. Parmi les réponses: "faire de l’immigration un jeu à somme positive".
Selon les projections les plus récentes de Eurostat, le bouleversement démographique va se traduire par un déclin de la population en âge de travailler d’environ 53 millions de personnes entre 2005 et 2050, et par une hausse du nombre de personnes âgées de 65 ans et plus d’environ 58 millions. Si ces tendances ne s’infléchissaient  pas, l’Union verrait son taux de dépendance démographique (outre sa dépendance énergétique) passer de une personne âgée de plus de 65 ans pour quatre personnes d’âge actif à une pour deux!

Plusieurs réponses sont données et toutes doivent concourir à une solution satisfaisante: parmi celles-ci: "faire de l’immigration un jeu à somme positive".

Pour la Commission, il s’agit de mieux gérer les flux migratoires en mettant en œuvre le programme d’action 2006-2009 relatif à l’immigration légale et en améliorant l’intégration des populations immigrées, au-delà de la première génération. Elle recommande la méthode ouverte de coopération en matière d’inclusion sociale et des efforts ciblés dans le cadre de la stratégie de Lisbonne. L’UE bénéficie, fait-elle remarquer, de la capacité d’attirer une main d’œuvre qualifiée et motivée, ce qu’elle fait déjà dans certains secteurs comme celui de la santé. Elle risque aussi d’avoir des besoins croissants en main d’œuvre moins qualifiée, à commencer par les services aux personnes dépendantes.

La Commission européenne constate que les Etats membres ont adopté des approches différentes à l’égard de l’immigration avec des succès variables. Une des conséquences de ces politiques semble être que l’UE se prive d’une main d’œuvre hautement qualifiée dont bénéficie notamment l’Amérique du nord. La gestion de l’immigration -que ce soit sa maîtrise ou son développement en vue de pallier des pénuries de main d’œuvre- devra se faire en partenariat avec les pays d’origine, afin de mieux assurer la réversibilité des mouvements d’entrée et de sortie et afin de garantir que les pays d’origine ne se passent pas de personnel qualifié indispensable à leur développement économique et social.

Le constat ayant été fait, la Commission pose clairement la question: "L’union européenne devrait-elle promouvoir une plus grande ouverture à l’immigration, par exemple par l’instauration d’un système par points voire d’une green card européenne? Faudrait-il préalablement renforcer les capacités d’intégration des Etats membres et fournir des garanties aux pays d’origine que cette migration n’entravera pas leurs chances de développement?" La réponse se trouvera vers la fin de l’année dans la communication de la Commission, les premiers rapports des services et le premier Forum européen sur le changement démographique à Bruxelles les 30 et 31 octobre 2006.