Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Une information citoyenne au service d'une identité européenne

Immigration en France : le Ministère de l’intérieur publie ses statistiques ! Quand de statistiques harmonisées pour l’Union européenne ?

pdf mise en ligne :01 04 2013 ( NEA say… n° 132 )

IMMIGRATION > Politique d'intégration

En 2012 le nombre des entrés est resté stable, l’immigration économique faible, baisse brutale des étudiants, tendance à la hausse pour l’immigration familiale, les naturalisations en baisse, progression du nombre des demandeurs d’asile. Ces chiffres révèlent que, excepté quelques variations, le flux annuel d'étrangers obtenant un titre de séjour en France est resté relativement stable durant toute cette période. Malgré les déclarations tonitruantes  de certains milieux politiques de la droite extrême, quelque 193 600 personnes ont obtenu le droit de séjourner en France en 2012. Soit plus ou moins le même nombre qu'en 2011.

En 2012 le nombre des entrés est resté stable, l’immigration économique faible, baisse brutale des étudiants, tendance à la hausse pour l’immigration familiale, les naturalisations en baisse, progression du nombre des demandeurs d’asile. Ces chiffres révèlent que, excepté quelques variations, le flux annuel d'étrangers obtenant un titre de séjour en France est resté relativement stable durant toute cette période. Malgré les déclarations tonitruantes  de certains milieux politiques de la droite extrême, quelque 193 600 personnes ont obtenu le droit de séjourner en France en 2012. Soit plus ou moins le même nombre qu'en 2011.

 

Le  nombre d'étrangers résidant en France avec une carte de séjour était, en 2012, de 2,5 millions : soit 70 000 de plus qu'en 2011. Parmi eux, 1,7 million avaient une carte de dix ans, la durée la plus longue. Mais 500 000 vivaient avec des cartes d'un an renouvelable et plus de 150 000 avec des titres provisoires : soit des titres très précaires qui limitent l'ascension sociale car ils privent souvent de l'accès aux bons logements, au crédit et parfois à l'emploi.

 

D'après les grandes tendances que donnent à voir les chiffres officiels du Ministère de l’Intérieur la Place Beauvau, l'immigration économique reste, elle, très faible : autour de 16 000 personnes, soit 8 % du flux global. Elle accuse même une baisse de 5,1 % en 2012, due à "la conjoncture économique", estime le ministère de l'intérieur. Une baisse constante depuis 2008 – à l'exception de l'année 2011. Un pic avait alors été atteint avec 21 000 entrées pour motif professionnel. A l'époque, celui-ci était en grande partie lié à l'adhésion à l'Union européenne un an plus tôt, de la Roumanie et de la Bulgarie.

Le nombre d'étudiants a lui aussi brutalement baissé en 2011 (- 8,9 %) en passant de 64 000 à 59 000, alors qu'il était en augmentation constante depuis 2007 (de + 1 % à + 12 %). En 2012, cette baisse a toutefois été enrayée du fait de l'abrogation de la "circulaire Guéant" après la victoire de la gauche au scrutin présidentiel en mai 2012, estime la Place Beauvau. Ce texte limitait l'accès à l'emploi des étudiants étrangers ayant réalisé leur cursus en France.

L'immigration familiale pour sa part, qui concerne pratiquement la moitié des entrées, confirme sa tendance à la hausse, régulière depuis 2008. Entre 2011 et 2012, elle a encore progressé de 6,9 %. Cette hausse est en partie liée à l'augmentation du regroupement familial - soit le fait que des étrangers fassent venir leurs proches en France. Alors que celui-ci était en baisse régulière depuis 2008, il est reparti à la hausse en 2012 (+ 9,5 %).

 

Avec quelque 16 000 entrées en 2012, il reste toutefois dans des proportions nettement plus faibles que l'immigration familiale liée à ce que l'on appelle les "conjoints de Français", soit quelque 52 000 personnes en 2012 (+ 6,2 % par rapport à 2011). Ces personnes peuvent être des étrangers naturalisés. Mais il s'agit le plus souvent des enfants de la deuxième génération qui font venir en France l'homme ou la femme rencontré dans le pays d'origine de leurs parents.

Les naturalisations ont de leur côté considérablement baissé en 2012 du fait de critères extrêmement rigoureux mis en place par l'ancien ministre de l'intérieur Claude Guéant. Les acquisitions de la nationalité française ont chuté au total de 16,5 % entre 2011 et 2012, en passant de 114 000 à 96 000.Les naturalisations par mariage sont restées relativement stables, mais ce sont celles par "décret" qui ont dégringolé de 30 %, en passant de 66 000 à 46 000 entre 2011 et 2012. La majorité de ces naturalisations, comme chaque année, sont le fait d'étrangers originaires de pays d'Afrique (65 000). Ces chiffres devraient toutefois repartir à la hausse en 2013, Manuel Valls ayant annoncé son intention d'assouplir les critères d'obtention. La nationalité française est en effet considérée par la plupart des experts comme un facteur "d'intégration".

Asile : le nombre total des demandeurs d’asile accueillis en France progresse de 7,2% de 2011 à 2012, atteignant, premières demandes et réexamen confondus, un total de 61 468.L’année 2012 marque pour la cinquième année consécutive, la poursuite de la croissance de la demande d’asile en France ; cette augmentation ayant été toutefois plus importante dans d’autre pays de l’Union européenne. Avec 77 5000demandeurs d’asile, l’Allemagne devient ainsi le premier pays d’accueil et le deuxième parmi les pays industrialisés après les Etats-Unis. Cinq pays concentrent 70% de la demande en Europe (Allemagne, France, Suède, Royaume-Uni et Belgique-cf. autre article dans Nea Say). Le premier pays de provenance des primo-demandeurs d’asile en France est la République Démocratique du Congo (4000 demandes) puis avec des demandes comprises entre 2 500 et 1 500 par an , la Russie, le Sri Lanka, le Kosovo, la Chine, le Pakistan, la Turquie, la Géorgie, l’Albanie et l’Arménie. Le nombre de personnes s’étant vu octroyer une protection en 2012 fléchit : 10 028 contre 10755 en 2011. Le taux d’admission au statut passe de 25,4 % à 21,7%.

Communiqué de Presse http://www.interieur.gouv.fr/Actualites/L-actu-du-Ministere/Communique-de-presse-la-diffusion-reguliere-des-informations-statistiques-annuelles-de-l-immigration-l-integration-et-l-asile

Tableaux statistiques :

       - . Les demandes d’asile http://www.immigration.interieur.gouv.fr/Info-ressources/Documentation/Tableaux-statistiques/Les-demandes-d-asile

      -. L’accès à la nationalité française http://www.immigration.interieur.gouv.fr/Info-ressources/Documentation/Tableaux-statistiques/L-acces-a-la-nationalite-francaise

      -. L’accès au séjour-Délivrance de visas http://www.immigration.interieur.gouv.fr/Info-ressources/Documentation/Tableaux-statistiques/L-admission-au-sejour-Visas

      -. L’admission au séjour-Titres de séjourhttp://www.immigration.interieur.gouv.fr/Info-ressources/Documentation/Tableaux-statistiques/L-admission-au-sejour-les-titres-de-sejour