Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Une information citoyenne au service d'une identité européenne

« Eurobaromètre Flash 365 – citoyenneté de l’Union européenne » : quel est le rapport entre les citoyens européens et l’Union ?

pdf mise en ligne :04 04 2013 ( NEA say… n° 132 )

CITOYENNETE EUROPEENNE > Questions institutionnelles

Le 19 février, la Commission européenne a publié son dernier rapport sur la conscience des citoyens européens à propos de leurs droits et devoirs dans l’espace de l’Union. L’enquête Eurobaromètre flash souligne que, vingt ans après l’introduction de la citoyenneté européenne, des progrès ont été réalisés, mais que par contre, des difficultés perdurent et des initiatives restent à prendre. Le traité de Maastricht affirme que : « est citoyen de l'Union toute personne ayant la nationalité d'un État membre » et que la citoyenneté européenne s’ajoute à la nationale, c'est-à-dire qu’elle ne la replace pas.
Le 19 février, la Commission européenne a publié son dernier rapport sur la conscience des citoyens européens à propos de leurs droits et devoirs dans l’espace de l’Union. L’enquête Eurobaromètre flash souligne que, vingt ans après l’introduction de la citoyenneté européenne, des progrès ont été réalisés, mais que par contre, des difficultés perdurent et des initiatives restent à prendre. Le traité de Maastricht affirme que : « est citoyen de l'Union toute personne ayant la nationalité d'un État membre » et que la citoyenneté européenne s’ajoute à la nationale, c'est-à-dire qu’elle ne la replace pas.
 

En analysant les données qui ont été recueillies dans le rapport « Eurobaromètre Flash 365 – Citoyenneté de l’Union européenne » par rapport à la connaissance dont font preuve les citoyens européens concernant leur statut et leurs droits, on peut dire qu’il y a un bon niveau de conscience parmi les personnes interrogées. La citoyenneté a été créée, en effet, pour renforcer l’intégration entre les pays européens et leurs habitants, en cherchant à créer un milieu culturel commun et un sens d’appartenance. Tous les efforts pour lever les obstacles entre les citoyens et leurs droits doivent être réalisés.

En 2012 déjà, une consultation publique avait été lancée entre mai et septembre pour identifier les problèmes des citoyens et comprendre, de la part des institutions, quels sont les domaines qui nécessitent plus d’intervention.

L’Eurobaromètre montre que les citoyens sont conscients d’être européens (93 %) et qu’ils connaissent leurs droits, surtout lorsqu’il est question de la liberté de mouvement (88 %) – que la population considère comme fondamentale pour l’économie d’un pays (67 %) –, de la liberté de résider dans tous les États membres, de la possibilité de déposer des pétitions au Parlement européen, de la Commission européenne et du Médiateur européen (89 %), de la non-discrimination selon la nationalité ainsi que le droit d’être traité comme les citoyens nationaux si l’on réside dans un pays étranger (82 %), de la protection diplomatique (79 %) ou de la possibilité de participer aux initiatives citoyennes européennes (73 %). La crise économique n’a pas accru l’hostilité par rapport à cela, ou plutôt, l’eurobaromètre de 2007 montrait des résultats moins élevés.

Mais la chose la plus intéressante est que même en connaissant leurs droits, les Européens ne savent parfois pas quelles sont les implications : seuls 36 % pensent être bien informés par rapport à la citoyenneté et les droits et seuls 24 % connaissent les moyens qui leur permettent de faire respecter leurs droits en cas de violations et s’ils ne leur sont pas garantis (par rapport à l’eurobaromètre de 2007, le pourcentage a augmenté de 5 points).

Viviane Reding, vice-présidente de la Commission européenne et commissaire européenne à la Justice, aux Droits fondamentaux et à la Citoyenneté, a déclaré que beaucoup des choses restaient à faire pour promouvoir la citoyenneté européenne, et en effet, elle est en train d’organiser des réunions et des initiatives avec d’autres commissaires dans plusieurs villes européennes pour discuter avec la société civile des problèmes liés à cette thématique, pendant l’année dédiée à la citoyenneté européenne. Les institutions ont toujours cherché à faire participer les citoyens, pour comprendre quelles sont les situations injustes ou confuses, et en 2013, ce dialogue est encore plus accentué : on parle avec les personnes et les autorités régionales et locales, dans le but de répondre aux questions et aux problèmes soulevés par les citoyens.

Le 9 mai 2013 sera publié le prochain rapport sur la citoyenneté européenne, qui vise à déterminer les objectifs atteints les années passées (le dernier rapport a été publié en 2010) et à proposer de nouvelles initiatives pour améliorer la situation de la citoyenneté en Europe.

 

Francesca Grassini
 
 

Pour en savoir plus :

 

 

-            Citoyenneté européenne : les Européens sont plus sensibles aux droits garantis par l’Union mais veulent en savoir davantage

(FR) http://europa.eu/rapid/press-release_IP-13-119_fr.htm

 

(EN) http://europa.eu/rapid/press-release_IP-13-119_en.htm

 

 

-            Eurobaromètre Flash 365 – Citoyenneté de l’Union européenne

(FR) http://ec.europa.eu/public_opinion/flash/fl_365_fr.pdf

 

(EN) http://ec.europa.eu/public_opinion/flash/fl_365_en.pdf