Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Une information citoyenne au service d'une identité européenne

La commission temporaire d'enquête du Parlement européen sur les activités illégales de la CIA s'est rendue au Royaume-Uni et en Roumanie

pdf mise en ligne :09 11 2006 ( NEA say… n° 21 )

ASILE > Conditions d'accueil des réfugiés

Activités présumées illégales de la CIA en Europe: l'enquête sur la Roumanie devra se poursuivre. Nouvelles révélations du Guardian sur les agissements de la CIA.
Les membres de la commission temporaire du Parlement européen sur les activités présumées illégales de la CIA en Europe ont demandé que l’enquête sur d’éventuelles actions des services secrets américains en Roumanie se poursuive. Après trois jours de réunion à Bucarest avec des responsables roumains, des journalistes et des responsables d’ONG, le président de la commission temporaire d’enquête, Carlos Coelho, a indiqué que "certaines questions restent sans réponse", précisant que les recherches sur les activités présumées illégales de la CIA en Roumanie devraient "aller de l’avant plus en profondeur que cela n’avait été le cas jusqu’à présent". M.Coelho a remarqué que rien dans le rapport d’enquête du Sénat roumain n’excluait que des vols de la CIA transportant des détenus aient pu transiter par la Roumanie. Le rapporteur, Claudio Fava, a aussi relevé qu’il semblait y avoir eu "un manque de volonté" de la part des autorités roumaines à chercher à faire toute la lumière sur ce qui s’était passé, mais "qu’on ne peut toujours pas exclure" que les services secrets américains opéraient en Roumanie de manière clandestine. Quant aux allégations portant sur l’existence de centres de détention en Roumanie, M. Fava a déclaré : "Nous n’avons découvert aucun élément probant, que ce soit pour confirmer ou pour infirmer les allégations de départ".

Il convient de faire remarquer que la Roumanie a été le seul pays, avec l'Allemagne, à avoir institué une commission d'enquête en la matière au sein de son parlement, mais les efforts accomplis n'ont pas paru suffisants. La délégation des parlementaires européens a fait valoir que la thèse du gouvernement roumain, selon laquelle il ignorait si son espace aérien avait été utilisé par la CIA, n'était plus soutenable suite aux informations confidentielles concernant l'accident aérien sur l'aéroport de Bucarest et qui aurait pu être utilisé par la CIA. Il s'agit d'informations que le parlement roumain n'a pas voulu fournir aux députés européens, contrairement au gouvernement roumain. Pour le député Guardans Cambo, l'aveu du gouvernement roumain sur cet accident change radicalement la situation. 

Ce voyage à Bucarest a succédé à une mission de plusieurs jours au Royaume-Uni qui donnera aussi lieu à des suites. La présidente de la mission, la Baroness Sarah Lutford, a souligné que si la pleine coopération des parlementaires britanniques pouvait être soulignée, il n’en allait pas de même des autorités britanniques, à commencer par le ministre de l’intérieur John Reid.

Un rebondissement est à attendre avec les révélations du Guardian du 26 octobre dernier qui signalaient les agissements de la CIA en Europe et plus particulièrement en Allemagne, pour contraindre au silence.

Les députés européens peuvent trouver un réconfort dans la lecture du rapport présenté par Martin Scheinin à l'Assemblée générale des Nations Unies, ainsi que dans la lecture de l'article publié dans le journal Le Monde du 31 octobre par l'ancien directeur adjoint des services secrets extérieurs de contre-espionnage français (DGSE), intitulé "Pour une lutte antiterroriste éthique". Malgré Guantanamo, malgré l'indignation face aux dérives, les services de renseignement et d'action ont plutôt progressé sur le plan moral par rapport à l'époque de la guerre froide, a-t-il commenté. De son côté Martin Scheinin a affirmé dans sa conférence de presse: "la lutte contre le terrorisme ne doit pas servir à réprimer les droits de l'homme".

Comme déjà signalé dans le dernier numéro de NEA say..., les Etats-Unis poursuivent leur campagne d'explication et de justification, John Bellinger, le conseiller juridique du département d'Etat, a prononcé une conférence remarquée à la London School of Economics le 31 octobre dernier, à l'occasion d'une nouvelle tournée en Europe.