Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Une information citoyenne au service d'une identité européenne

Coupe du monde de football, le Qatar mis hors jeu par l'UE : la balle est dans son camp !

pdf mise en ligne :09 12 2013 ( NEA say… n° 139 )

DROITS FONDAMENTAUX > Dignité humaine

Le 21 novembre dernier, le Parlement européen réuni à Strasbourg, a adopté une résolution sur le Qatar, au vu de l'ensemble des dénonciations dans le cadre de l'organisation de la Coupe du Monde 2022. Souvenons-nous, en septembre le Guardian dénonçait la situation des travailleurs migrants au Qatar, qualifiant la situation de néo-esclavagisme. Amnesty International, dans son rapport « The Dark side of migration : spotlight on Qatar's construction sector ahead of the World Cup » du 17 novembre dernier s'est allié au journal anglais quand à la situation qatari. Alors que la FIFA a dénoncé ces pratiques, l'Union européenne a tenu à, elle aussi, avoir son mot à dire sur le match pour les droits de l'Homme en cours.

Le 21 novembre dernier, le Parlement européen réuni à Strasbourg, a adopté une résolution sur le Qatar, au vu de l'ensemble des dénonciations dans le cadre de l'organisation de la Coupe du Monde 2022. Souvenons-nous, en septembre le Guardian dénonçait la situation des travailleurs migrants au Qatar, qualifiant la situation de néo-esclavagisme. Amnesty International, dans son rapport « The Dark side of migration : spotlight on Qatar's construction sector ahead of the World Cup » du 17 novembre dernier s'est allié au journal anglais quand à la situation qatari. Alors que la FIFA a dénoncé ces pratiques, l'Union européenne a tenu à, elle aussi, avoir son mot à dire sur le match pour les droits de l'Homme en cours.

Attardons-nous quelques instants sur le texte même de la résolution. Le Parlement dénonce la mort de plusieurs travailleurs migrants, leurs horaires alourdis, leurs conditions de travail dangereuses, les salaires dont le versement se fait attendre, la confiscation des passeports, les conditions de logement, l'absence d'accès à de l'eau potable notamment. Si une main d'oeuvre constituée de 90% de travailleurs migrants n'est pas chose aisée à contrôler, il est nécessaire de donner une autre trajectoire à la politique qatari. En ce sens, l'UE perçoit positivement les engagements pris par le Qatar : création d'une liste noire pour les entreprises qui exploitent les travailleurs migrants, sensibilisation, création d'un centre pour traiter les plaintes des travailleurs, déploiement d'inspecteurs du travail. Cependant, il est impératif de mettre un frein à la confiscation des passeports par les entreprises en attendant que les travailleurs aient pu rembourser leur visa : une législation sur les travailleurs domestiques est vivement recommandée. L'Union européenne demande au Qatar de ratifier la Convention internationale sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leurs famille, le pacte international relatif aux droits civils et politiques, le pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, ainsi que les conventions de l'OIT.

 La question des logements est elle aussi préoccupante : en ce sens, l'UE espère que l'engagement de construction de logements pour 60 000 travailleurs d'ici décembre 2013 sera respectée. La responsabilité du gouvernement n'est pas la seule invoquée : les entreprises doivent, elles aussi, se discipliner pour ce qui relève des conditions de travail offertes. Une coopération avec les pays d'origine des travailleurs migrants est également encouragée. Finalement, il est attendu de la FIFA, ayant une « responsabilité au-delà du développement du football et de l'organisation de compétitions » de prendre clairement position sur le dossier.

Attardons-nous maintenant sur la position des différents députés sur la question. Pour Véronique de Keyser (S&D), la Coupe du monde est peut être l'occasion d'améliorer les choses : ainsi, l'organisation d'un tel événement a permis de faire la lumière sur une situation, qui si elle est aujourd'hui exacerbée par les préparatifs du mondial, existe depuis bien longtemps. Les conditions de travail des travailleurs migrants au Qatar sont désormais relayées par l'ensemble des grands médias, cela créant une mobilisation de l'opinion publique dont la pression pourrait constituer l'impulsion qui a manqué jusque là aux autorités qataries. Pour Marie-Christine Vergiat (GUE), c'est un « Enfin ! » qu'elle a envie de crier : depuis le temps que le Parlement européen aurait dû réagir, même si la résolution aurait pu être plus ambitieuse à son goût, il est déjà bien que le dossier soit mis sur le devant de l'hémicycle. Il est déjà assez aberrant selon elle, qu'un pays qui néglige autant les droits de l'Homme (interdiction des partis politiques, même famille au pouvoir depuis 1971, etc) ait pu obtenir l'organisation d'un tel événement. On estime à 4000 le nombre de personnes qui pourraient mourir sur le chantier du mondial. Lochbihler (Verts/ALE) mentionne quand à elle le salaire misérable (quand il est perçu) de ces travailleurs : 8 à 11 dollars par jour pour 10 à 12 heures de travail. De même, les conditions relatives au logement sont, elles aussi, déplorables : il arrive souvent que ces travailleurs se retrouvent de 8 à 18 par chambre au lieu des 4 prévus par la loi. Pour elle, la FIFA est co-responsable de la situation et se doit, à ce titre, d'exercer les pression adéquates, au même rang que les entreprises présentes sur le territoire. Geringer de Oedenberg (S&D) s'insurge d'autant plus de la situation que le revenu moyen par habitant au Qatar s'élève à pas moins de 90 000 dollars par habitant. Cela poussera même  Schlyter (Verts/ALE) à affirmer que si les droits de l'Homme ne connaissaient pas un progrès substantiel, alors il faudrait peut être penser à l'organisation de la Coupe du Monde 2022 dans un autre pays.

En conclusion, bien qu'il s'agisse d'un événement footballistique, on ne peut tolérer que les infrastructures nécessaires à son bon fonctionnement se fasse dans le sang des travailleurs qui y participent. En parallèle, celui-ci permet de faire la lumière sur des conditions de travail déplorables et sera peut-être le déclencheur d'un changement notable pour la société qatari. Evertuons nous à gagner la partie des droits de l'Homme : balle au centre !  les droits de l'Homme seront-ils enfin un but en soi ?

 

Louise Ringuet

 

Pour en savoir plus :


      -. Résolution du PE du 21 novembre 2013 sur le Qatar : situation des travailleurs migrants :
(FR) :  http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?pubRef=-//EP//TEXT+TA+P7-TA-2013-0517+0+DOC+XML+V0//FR&language=FR
(EN) :  http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?pubRef=-//EP//TEXT+TA+P7-TA-2013-0517+0+DOC+XML+V0//EN

      -. Mediapart - « Le Qatar, ses esclaves et les autres » - 4 décembre 2013 :    http://blogs.mediapart.fr/blog/nada-maucourant/041213/le-qatar-ses-esclaves-et-les-autres

      - he Guardian - « Revealed : Qatar's World Cup slaves » - 25 september 2013 :
http://www.theguardian.com/world/2013/sep/25/revealed-qatars-world-cup-slaves

      -. Amnesty - « The Dark Side of Migration » - 2013 :
http://www.amnesty.org/en/library/asset/MDE22/010/2013/en/ca15040d-290e-4292-8616-d7f845beed7e/mde220102013en.pdf

      -. Le Point - « Mondial au Qatar : les questions qui fâchent au menu de la Fifa » - 3 décembre 2013 :  http://www.lepoint.fr/sport/football/mondial-au-qatar-les-questions-qui-fachent-au-menu-de-la-fifa-03-12-2013-1764462_1858.php