Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Une information citoyenne au service d'une identité européenne

Répression sans frontières contre la violence dans les stades

pdf mise en ligne :14 12 2006 ( NEA say… n° 23 )

LIBRE CIRCULATION DES PERSONNES > Droit de séjour

Le journal "Libération" fait un tour d'horizon complet des mesures de sécurisation des stades. Le Parlement européen s'inquiète de la situation. Le sport business est en cause.

Le Parlement européen s'inquiète de la recrudescence de hooliganisme en Europe: sa commission des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures (LIBE) a eu le 27 novembre un premier échange de vues. Le témoignage rapporté par le journal le Monde du 29 novembre, concernant un hooligan "violent pour le plaisir", justifie à lui seul les inquiétudes du Parlement européen. Les analyses sur les différentes formes de violence et les distinctions à faire entre hooligans, ultras et indépendants, explicitées par le même journal le Monde, sont loin d'apporter un début d'explication rassurant.

Les occasions pour se pencher sur les pratiques dans le monde du football n'ont pas manqué cette année: lors de la coupe du monde, le Parlement européen fut au premmier plan dans la lutte contre la prostitution forcée, les actes de racisme lors de match, les violences de toute sorte. Les paris clandestins et, récemment apparu, le trafic d'êtres humains avec les transferts de très jeunes sportifs complètent un dossier déjà important. De longue date, c'est-à-dire depuis sa création, l'espace Schengen a eu à connaître les exceptions momentanées à son fonctionnement normal, à l'occasion de compétitions de haut niveau et à hauts risques, qui s'accompagnent de déplacements de supporteurs agités et redoutés par les forces chargées  du maintien de l'ordre.

Le journal Libération, dans son numéro du 28 novembre, nous fait faire le tour d'Europe des mesures de sécurisation des stades. On voit déjà poindre un fichier européen de supporteurs à haut risque. Le scénario futur est aisément imaginable, d'autant que la mobilité des supporters va au-delà des espérances des autorités européennes, restant sans commune mesure avec celle des travailleurs, des diplômés, des services, etc.

Comment expliquer toutes ces dérives? L'ultraviolence qui fait partie du spectacle n'explique pas tout: le sport devenu business est aussi en cause, nous explique, dans le journal le Monde du 29 novembre, un professeur d'Université, Alain Loret, spécialiste de marketing et management du sport professionnel. Mais le même journal le Monde des 3/4 décembre appelle notre attention sur le fait que l'Angleterre, mère du hooliganisme, a jugulé le hooliganisme. Les mesures concrètes n'expliquent pas tout: enrichis par la télévision, les clubs ont pu enlever aux supporters le contrôle des gradins et attirer des spectateurs capables de payer leur place plus cher. Dans les stades, nous dit-on, la prospère classe moyenne blairiste a remplacé le prolétariat malheureux des années Thatcher.

Quant au rapporteur, Giusto CATANIA, après avoir rappelé la Décision du Conseil 2002/348 JHA  (EN) qui concerne la sécurité en liaison avec les matchs de football de dimension internationale, il a critiqué le projet de décision amendant cette décision, qu'il estime peu claire, suite à des initiatives autrichienne (FR)  et italienne (FR). Plus de clarté, c'est ce que demande aussi son collègue MORAES, qui souligne que les actes racistes et homophobes prennent une place de plus en plus importante dans cette violence. Le président Cavada a fait observer que ces matchs génèrent des revenus énormes, avant tout pour les medias; il recommande de jouer à huis clos ou même d'arrêter tout simplement... ce qui aurait comme conséquences d'inciter à fortement augmenter la sécurité, trop longtemps négligée.