Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Une information citoyenne au service d'une identité européenne

 Le Sommet mondial à Londres pour éliminer la violence sexuelle dans les conflits armés

pdf mise en ligne :25 06 2014 ( NEA say… n° 147 )

COOPERATION JUDICIAIRE PENALE > Lutte contre le trafic d'armes

Dans les guerres, les corps sont au cœur des conflits : le corps des soldats est utilisé comme outil de guerre, mais les corps sont aussi des illustrations de la souffrance : blessures, mutilations, violences sexuelles. Il ne s'agit pas seulement de détruire les possessions de l'ennemi, mais également de le détruire directement. Les violences sexuelles font partie des stratégies de guerre : le Statut de Rome, qui régit les règles de fonctionnement de la Cour internationale pénale depuis 1998, inclut dans sa définition des violences sexuelles le « viol, l'esclavage sexuel, la prostitution forcée, la grossesse forcée, la stérilisation forcée et toute autre forme de violence sexuelle de gravité comparable ». Cette définition tend à oublier que de telles violences existent également contre les hommes : ils peuvent être également victimes de viol, de stérilisation forcée, de violences génitales, de nudité forcée, de masturbation forcée...

            La démarcation entre les combattants et les civils est également devenue très floue : les civils sont devenus des cibles des conflits. Les violences sexuelles s'inscrivent dans une stratégie d'affaiblissement de la société  et elles s'insèrent souvent dans des objectifs militaires ou politiques plus larges. La multiplication de ces actes dans des régions comme la Yougoslavie, Tchétchénie, Sierra Leone, Colombie, Birmanie, Rwanda, Irak, Burundi, Libéria et plus récemment en République démocratique du Congo, au Nigéria a interpelé les Nations unies qui a qualifié le viol comme crime contre l'humanité à partir de 1993 dans le cadre du Tribunal Pénal International pour la Yougoslavie. Cette qualification a été par la suite inscrite dans le statut de Rome en 1998.

            Depuis 2007, les Nations Unies ont lancé une Campagne contre la violence sexuelle dans les conflits armés, qui se centre sur la lutte contre ces crimes perpétués contre les femmes, en temps de guerre, mais aussi de paix. La Campagne se divise en plusieurs champs d'action : la prévention auprès de la société civile, le développement et l'augmentation des soins, mais également la poursuite judiciaire des criminels. Selon l'ONU, trente-six femmes sont violées chaque jour en République démocratique du Congo.


             Du 10 au 13 juin 2014 s'est tenu à Londres le Sommet mondial pour éliminer la violence sexuelle. Les deux co-organisateurs, ONU-Femmes et le Haut-Commissariat des NU aux Droits de l'Homme, ont décidé de donner une nouvelle impulsion à la campagne en se concentrant sur les victimes et l'obtention de réparations. L'évènement a été également organisée par William Hague, le ministres des affaires étrangères britannique et par Angelina Jolie, Ambassadrice de Bonne volonté pour le Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés. Le Sommet a accueilli plus de 100 pays et 900 experts, membres d'ONGs, d'organisations internationales et victimes.

            Une attention particulière a été donnée au Nigéria et à la lutte contre Boko Haram. Cette secte salafiste nigériane a kidnappé près de trois cent jeunes filles mais également des garçons, qu'elle a forcés à la conversion religieuse et au mariage. Le ministère des Affaires étrangères s'est réuni avec des représentants des pays voisins, des États-Unis, du Canada, du Royaume-Uni, de la France, mais aussi de l'Union européenne pour trouver une solution durable face à ce mouvement extrémiste.  L'Union européenne et le Nigéria entretiennent des relations économiques notamment pour le gaz et le pétrole, qui ont été consolidées notamment par les accords ACP. L'UE apporte également une aide financière, s'élevant à 500 millions d'euros pour la période 2014-2020.

            Le discours de clôture a été prononcé par John Kerry : le Secrétaire d'Etat américain a mis l'accent sur la lutte contre une culture du viol, qui laisse impunis les crimes sexuels en temps de guerre. Il a également insisté sur le fait que l'Homme est capable de commettre les plus grandes horreurs. Le sommet s'est clos sur un engagement pour les parties prenantes de « travailler ensemble, dans un esprit de résolution inébranlable, pour apporter une réponse à l'urgence de cette question. Chaque individu est responsable moralement et doit, au niveau local, national et mondial, exiger un changement dans la façon dont le monde perçoit ces crimes et y répond. »

 

Margot Molenda

 

Pour en savoir plus :

·         Site de l'Observatoire national des violences sexuelles dans les conflits armés :http://www.viol-tactique-de-guerre.org/(Fr)

·         Sivakuma, Sandesh, Sexual Violence against men in armed conflict, The European Journal of International Law Vol. 18 no. 2 © EJIL,(2007), Vol. 18 No. 2, 253−276: http://www.ejil.org/pdfs/18/2/224.pdf(En)

·         Site du SEAE, Relations UE / Nigéria :http://eeas.europa.eu/nigeria/index_en.htm(En)