Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Une information citoyenne au service d'une identité européenne

Contribution des évêques à la Déclaration de Berlin pour le cinquantenaire des traités de Rome

pdf mise en ligne :14 12 2006 ( NEA say… n° 23 )

IMMIGRATION > Frontières extérieures

Selon les évêques de la Commission des Episcopats de la Communauté européenne (COMECE), la déclaration de Berlin de mars 2007 devrait refléter les motivations religieuses et humanistes de la citoyenneté européenne.

Les évêques de la Commission des Episcopats de la Communauté européenne (COMECE) ont adopté leur contribution à la Déclaration de Berlin sur les valeurs et ambitions que le Sommet du 25 mars adoptera pour le 50ème anniversaire des traités de Rome. Les évêques, indique un communiqué, ont affirmé à cette occasion que "l'empreinte chrétienne dans le projet européen a été un fait indéniable" pour "les fondateurs" de la Communauté européenne, et que les valeurs communes qui les avaient inspirés doivent être maintenant redéfinies, pour tenir compte des nouveaux défis. La Déclaration de Berlin devrait donc "refléter les valeurs religieuses et humanistes de la citoyenneté de l'UE" estiment les évêques, qui se disent aussi confiants que la Déclaration puisse "jeter les bases d'un nouveau cadre politique et juridique pour l'UE", après l'impasse provisoire dans laquelle l'Union européenne se trouve actuellement.

Ce ne sera une surprise pour personne de retrouver un écho dans les déclarations du Pape lors de son récent voyage en Turquie et tout particulièrement dans la Déclaration commune signée par Benoît XVI et le patriarche Bartholomaios I. Le paragraphe 4 évoque" le chemin vers la formation de l'Union européenne" (...) les acteurs de cette grande initiative ne manqueront pas de prendre en considération tous les aspects qui touchent à la personne humaine et à ses droits inaliénables, surtout liberté religieuse" comme "témoin et garante du respect de toute autre liberté". Il plaide également pour la protection des "minorités" y compris "leurs traditions culturelles et leurs spécificités religieuses".

Et à propos des racines chrétiennes religieuses de l'Europe, point douloureux pour certains au moment de la signature du projet de traité constitutionnel, la déclaration précise: "Tout en demeurant ouverts aux autres religions et à leur contribution à la culture, nous devons unir nos efforts pour préserver les racines, les traditions et les valeurs chrétiennes, pour assurer le respect de l'histoire, ainsi que pour contribuer à la culture de la future Europe, à la qualité des relations humaines à tous les niveaux".

Parlant du Moyen-Orient, la Déclaration commune rappelle "combien nous désirons ardemment que soit établie la paix sur cette terre, que se renforce la coexistence cordiale entre ses diverses populations, entre les Eglises et entre les différentes religions qui s'y trouvent. Pour cela, nous encourageons l'établissement de rapports plus étroits entre les chrétiens et d'un dialogue interreligieux authentique et loyal, en vue de lutter contre toute forme de volence et de discrimination".