Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Une information citoyenne au service d'une identité européenne

Immigration : un problème ! Mais aussi une solution au vieillissement de la population européenne selon une étude de l'OCDE et de l’Union européenne publiée le 18 septembre dernier. D’abord mieux gérer les flux migratoires.

pdf mise en ligne :21 09 2014 ( NEA say… n° 150 )

COOPERATION JUDICIAIRE PENALE > Protection des données personnelles

Les auteurs de l'étude plaident d'abord pour une meilleure mobilité au sein de l'Union européenne et pour une meilleure utilisation des compétences des immigrés déjà présents. Mieux utiliser les compétences des immigrés déjà installés et attirer plus de migrants qualifiés. C'est ce que devrait faire l'Union européenne alors que sa population en âge de travailler va diminuer de 2,2% d'ici à 2020 d’au moins 7,5 millions de personnes), estime un rapport de l'Organisation pour la coopération et le développement économique (OCDE) et de la Commission européenne publié très récemment . L’étude met en garde aussi contre certaines illusions.

 Conscientes qu'au vu de l'état actuel du marché du travail, et des débats sur le rôle des immigrés et de l'immigration  ,  l'OCDE et la Commission insistent sur le fait que si une augmentation de l'emploi des jeunes, des femmes ou des seniors est essentielle, les migrations et les immigrés ont également un rôle à jouer. Après une analyse de toute la littérature existante, l’étude souligne   que si les migrations peuvent  contribuer de façon importante à l’accroissement de la population active, leur capacité à contrer les effets du vieillissement de la population dépendra de la capacité des pays à mettre en adéquation les besoins en main d’œuvre avec les caractéristiques des migrants. Dans ce domaine, des efforts doivent être réalisés pour mieux utiliser les compétences des migrants et  adapter les systèmes de gestion des migrations de travail aux besoins des employeurs. Dire cela c’est souligner les échecs des politiques d’intégration ou plus exactement l’absence de réelle politique d’intégration, l’aspect répressif occupant l’essentiel du champ des débats. Le pacte européen pour l’immigration et l’asile adopté les 15 et 16 octobre 2008 n’a jamais été concrétisé et les appels du commissaire d’alors, Jacques Barrot, de passer «  du pacte à l’acte »  n’a jamais été réellement entendu. Un réel bilan de la « carte bleue », finalement adopté , n’a jamais été  mené même si l’on doit admettre que bien des mesures prises sont trop récentes pour se prêter à une évaluation,

Plusieurs thèmes ont fait l’objet de développements particuliers: cours de langue et reconnaissance et développement  des compétences, les métiers « en tension »,

 Dans cette étude intitulée : "Gérer les migrations économiques pour mieux répondre aux besoins du marché du travail en Europe", les deux institutions suggèrent plusieurs solutions. Les auteurs de l'étude plaident d'abord pour une meilleure mobilité au sein de l'Union européenne et pour une meilleure utilisation des compétences des immigrés déjà présents, qui souffrent souvent de déclassement. Des cours de langue et une meilleure reconnaissance des qualifications acquises à l'étranger sont ainsi souhaitables.

 Les "métiers en tensions" ne sont pas la bonne solution. Pour les auteurs de l'étude, il faut trouver "un meilleur équilibre" entre les besoins des employeurs et les mécanismes destinés à éviter les abus. Il faut aussi promouvoir la connaissance des langues européennes et améliorer les contacts entre les employeurs et les candidats potentiels. Ils soulignent au passage les faiblesses des "listes de métiers en tension [...] qui ne sont pas nécessairement efficaces". Mises en place à partir de 2008, ces listes (lorsqu’elles existent) dressent l'ensemble des métiers en difficulté de recrutement   ne sont  trop souvent pas opposables aux entreprises qui souhaitent faire appel à des étrangers".

Pour en savoir plus :

      -. Accéder à l’étude (FR) http://www.oecd-ilibrary.org/fr/social-issues-migration-health/gerer-les-migrations-economiques-pour-mieux-repondre-aux-besoins-du-marche-du-travail_9789264217027-fr  (EN) http://www.oecd-ilibrary.org/social-issues-migration-health/matching-economic-migration-with-labour-market-needs_9789264216501-en

      -.Article de Nea say sur l’adoption du « Pacte européen pour l’immigration et l’asile » http://www.eu-logos.org/eu-logos_nea-say.php?idr=4&idnl=840&nea=143&lang=fra&lst=0

      -.Texte du Pacte (FR) http://register.consilium.europa.eu/doc/srv?l=FR&f=ST%2013440%202008%20INIT

 (EN) http://register.consilium.europa.eu/doc/srv?l=EN&f=ST%2013440%202008%20INIT