Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Une information citoyenne au service d'une identité européenne

Les jeux video trop violents doivent être interdits

pdf mise en ligne :28 12 2006 ( NEA say… n° 24 )

COOPERATION JUDICIAIRE PENALE > Lutte contre le trafic d'armes

La protection des droits de l’enfant est une priorité de la Commission européenne. La violence et le sadisme dans les loisirs numériques doivent être bannis. Les parents doivent être responsabilisés et éduqués, les producteurs de films et jeux également, ainsi que les responsables politiques et les grandes organisations internationales.

A la mi-novembre , Franco Frattini, commissaire en charge de la Justice et des Affaires intérieures, annonçait qu’il enverrait une lettre aux ministres de l’intérieur de l’UE ainsi qu’à la Roumanie et la Bulgarie, pour leur demander d’interdire la vente d’un jeu vidéo jugé trop violent « Rule of Rose ». Il n’y a rien de rose dans ce jeu a fait remarquer le commissaire: le jeu situe l’action dans l’Angleterre des années 30 et un pensionnat est le théâtre de meurtres rituels et sadiques pratiqués par de petites orphelines démentes sur des adultes de l’établissement. "Personne ne peut se permettre de violer les droits des enfants sans être puni" a fait remarquer Franco Frattini. Il a déclaré vouloir se faire le porte-parole du sentiment d’indignation et du respect de la morale dans cette affaire. La lettre a été envoyée. 

 

Le Washington post s’est également fait l’écho de la violence dans les jeux video dans son numéro du 18 novembre. 

 

Franco Frattini vient de renouveler ses préoccupations dans une déclaration faite devant la plénière du Parlement européen le 13 décembre dernier. Il rappelle les différentes initiatives qui soutiennent sa démarche, notamment PEGI (Pan-European Game Information), soulignant le fait que ni l’ONU, ni l’OMS n’ont été sensibilisés à ce problème. Il rappelle le rôle des différents programmes  DAPHNE de la Commission. Il a indiqué qu’il compte tirer profit de la mise en œuvre de la communication "Vers une stratégie européenne des droits de l’enfant" (FR) (EN) pour saisir le Forum européen des droits de l’enfant. Dans le domaine pénal, il proposera, au printemps 2007, une communication sur la cyber-criminalité qui s'inscrira dans la problématique générale des droits de l'enfant et Internet.

 

Personne ne doit se dissimuler la gravité de la situation. Un pays comme l'Allemagne, dans le sillage de la France, pourrait durcir sa politique de régulation des jeux video les plus violents, et autoriser les poursuites pénales contre les développeurs de tels jeux, mais aussi contre les joueurs. L'Allemagne, après l'envoi de la lettre de Franco Frattini, a connu un fait divers tragique qui a bouleversé toute l'Europe: un jeune allemand de 18 ans, adepte de jeux video violents, s'était rendu dans son ancien collège muni d'une arme à feu et avait blessé 11 étudiants avant de se donner la mort.