Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Une information citoyenne au service d'une identité européenne

Denis Mukwege: le prix Sakharove aux femmes congolaises victimes de viols " !

pdf mise en ligne :07 12 2014 ( NEA say… n° 152 )

COOPERATION JUDICIAIRE PENALE > Lutte contre le trafic d'armes

 
Le Parlement européen a choisi, mardi 21 octobre, de remettre son prix « pour la liberté de l’esprit » au gynécologue congolais Denis Mukwege, défenseur des droits de l’homme. Il est récompensé pour son travail auprès des femmes victimes de viols et de violences sexuelles dans le contexte des conflits armés, notamment en République démocratique du Congo (RDC). Les présidents des groupes politiques, qui décernent le prix, se sont prononcés à l’unanimité, a annoncé mardi à Strasbourg le président du Parlement, Martin Schulz. Une distinction plus que méritée, pour ce gynécologue de 59 ans qui a soigné plus de 40.000 victimes de violences sexuelles, et donne de la voix dès qu’il le peut pour dénoncer ces attaques qui se perpétuent depuis les années 1990. Un travail à la mesure de l’horreur à laquelle il est confronté : l’ONU estime que plus de 200.000 femmes ont été violées, par des militaires, des miliciens ou des civils, ces quinze dernières années en République démocratique du Congo.

Le « docteur miracle », connu aussi comme le « réparateur de femmes », malgré un travail bien rémunéré en France, en 1989, choisit de retourner au Congo pour s’occuper de l’hôpital de Lemera, dont il devint médecin directeur. Lors de la Première Guerre du Congo en 1996, l’hôpital est sauvagement détruit. Plusieurs malades et infirmiers seront sauvagement tués, le docteur Denis Mukwege s’en sortira miraculeusement. Il se réfugie à Nairobi. Plutôt que de tourner définitivement la page du Congo, il décide d’y retourner. Avec l’aide du PMU (Pingstmissionens Utvecklingssamarbete, organisme caritatif suédois), il y fonde l’hôpital de Panzi, dans le Sud-Kivu, où il va découvrir une pathologie nouvelle qui va profondément marquer le restant de sa carrière : la destruction volontaire et planifiée des organes génitaux des femmes. Il fait connaître au monde la barbarie sexuelle dont les femmes sont victimes à l’Est du Congo où le viol collectif est utilisé comme arme de guerre. Pour faire face à cette épidémie volontaire, il s’est spécialisé dans la prise en charge des femmes victimes de viols collectifs. Cette prise en charge des femmes victimes de violences sexuelles est globale. Elle concerne les domaines tant physique, psychique, économique que juridique. Sur le plan médical, il est reconnu comme l’un des spécialistes mondiaux du traitement des fistules. C’est à ce titre qu’il a reçu un doctorat honoris causa de l’Université d’Umeå (Suède) en octobre 2010. Au cours de la même année, il a reçu la médaille Valemeberg de l’Université du Michigan.

Lorsqu'il qu’il a créé son célèbre hôpital et sa fondation, en 1999, le Congo était en pleine guerre. A l’origine, il voulait fonder une «simple maternité ayant la capacité de faire des césariennes». Mais la première patiente qu’il a eue n’est pas venue pour une césarienne : « elle avait été violée, puis on lui avait introduit une arme dans l’appareil génital et fait feu, elle avait tout le bassin détruit. Je pensais que c’était l’œuvre d’un fou mais la même année, j’ai soigné 45 cas semblables ». C’est ainsi qu’est né le combat de sa vie, et qu’il allait devenir le «médecin qui répare les femmes».

En effet, dans ce pays de 67,5 millions d’habitants, comme dans d’autres pays, le viol de guerre est utilisé pour dominer, détruire la femme, et donc une population, et ainsi asseoir sa puissance et dominer un territoire et ses richesse «C’est une arme absolue. Il n’y a pas pire guerre que ça !» en rappelant que cette pratique abominable avait déjà été utilisée «au Rwanda pendant l’épuration ethnique», et soulignant qu’elle l’était aujourd’hui «au Nigeria par Boko Haram», ou encore «en Syrie par l’Etat islamique». À son avis, «laisser cette forme de barbarie prendre de la place est extrêmement dangereux. C’est une menace pour l’humanité car s’attaquer à l’organe génital de la femme, c’est détruire la porte d’entrée dans l’humanité». « Les armes chimiques, biologiques, nucléaires ont des effets à long terme. Eh bien le viol, c’est pareil ! Les personnes restent apparemment en vie. En réalité, les familles, les villages, les sociétés sont détruits, sur des générations. Les viols sont planifiés, organisés, mis en scène. Ils correspondent à une stratégie visant à traumatiser les familles et détruire les communautés, provoquer l’exode des populations vers les villes et permettre à d’autres de s’approprier les ressources naturelles du pays. C’est une arme de guerre. Formidablement efficace ».

« Je suis très reconnaissant aux représentants des pays européens pour avoir mis les projecteurs sur la tragédie humaine de l’Est du Congo », a réagi Denis Mukwege, dans un communiqué.

« Le prix Sakharov est un signal fort pour dire à ces femmes qu’elles ne sont pas abandonnées à leur propre sort et que le monde les écoute. Ce prix est enfin un message d’encouragement et d’espoir pour tous ceux qui luttent pour la promotion des droits de l’homme, pour la paix et la démocratie en RDC et à travers le monde ».

Le gynécologue a enfin appelé l’Europe à œuvrer en faveur de la paix en RDC : « Si ce prix peut catalyser l’avènement d'une paix durable à l’est de la RDC et contribuer à mettre fin à la tragédie des femmes Congolaises et des femmes en situation de conflit armé en général, nous serons ravis. Mais la situation sécuritaire ne fait que se dégrader dans les Provinces de l’est. Il y a urgence à agir! Ce prix n’aura de signification que si vous nous accompagnez sur le chemin de la paix, la justice et la démocratie ».

« L’impunité de facto vis-à-vis des viols dans les conflits armés doit cesser. Quand les commandements militaires utilisent et imposent le viol, cela devient un crime de guerre, et ces crimes de guerre doivent être punis comme des crimes de guerre », a renchéri le président du Parlement européen.

Et pour cela, le docteur Mukwege appelle à la création d’un Tribunal pénal international pour l’Est de la RDC.

Depuis le début de l’année, le « docteur miracle » a, en outre, lancé un mouvement féministe masculin, V-Men Congo, et a appelé à une « mobilisation générale » contre un nouveau fléau: les viols d’enfants et de bébés.

Quant aux milliers de casques bleus de la Mission de l’Organisation des Nations unies pour la stabilisation en RDC (Monusco) à laquelle la récente résolution 2080 de l’ONU donne de nouveaux pouvoirs d’intervention pour protéger les civils, ils restent, pour la population, synonymes d’inefficacité absolue. « Tu es comme la Monusco » est devenue une expression insultante en Swahili, raconte une jeune médecin. Cela signifie : « Tu n’es qu’un bon à rien ! ».

(Irene Capuozzo)

En savoir plus :

- France Libertés - Fondation Danielle Mitterrand - Vidéo : République Démocratique du Congo: Violations graves des droits humains - (FR)

- Site internet du mouvement féministe masculin: V-Men Congo lancé par Denis Mukwege - (EN)

- Le monde - Le prix Sakharov pour le docteur Mukwege et son soutien aux femmes violées en RDC - (FR)

- Le monde - Dans l’est du Congo, les viols comme armes de guerre - (FR)

- Euronews.com - Le très méritant Denis Mukwege reçoit le Prix Sakharov 26/11/2014 – (FR)

- Lesoir.be - Le Dr. Mukwege reçoit le Prix Sakharov - (FR)




















Editorial officer

Athèna EU-Logos


Rue du Cornet, 75

B.C.E. 882.407.020 B-1040

BRUXELLES

Tél. +32 2 230 51 34

E-mail: info@eu-logos.org